Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

« Préoccupe-toi en premier du Royaume et tout le reste te sera donné de surcroît. » (Matthieu 6:33) C'est une phrase attribuée à Jésus et je crois bien qu'il l'a vraiment dite, car c'était tout à fait son genre.

Satsang de sri hans Yoganand ji, sur la spiritualité, La Voie, la béatitude et la priorité de la vie.
La béatitude devrait être votre priorité, pas être votre seule préoccupation mais passer en premier

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

L'accueil du blog

 

 

Télécharger le mp3

 

 

 

 

 

 

 

« Préoccupe-toi en premier du Royaume et tout le reste te sera donné de surcroît. » (Matthieu 6:33) C'est une phrase attribuée à Jésus et je crois bien qu'il l'a vraiment dite, car c'était tout à fait son genre. Je vois, dans ma vie, combien c'est vrai ! Cette phrase dit qu'il faut se préoccuper en premier du Royaume, elle ne dit pas « Préoccupe-toi seulement du Royaume et ne t'occupe pas du reste. »

 

 

On peut, on doit souvent se préoccuper du reste. Le reste, ça comprend quoi ? Le reste, c'est de trouver les moyens de sa subsistance, ce sont nos proches, famille et amis, nos compatriotes, nos devoirs et obligations.

 

 

Il est important de faire ce qu'il faut, comme il faut, quand il faut et, pour cela, de planifier, d'anticiper. C'est si important que ça fait partie des angas, le quatrième pilier de l'agya (la sadhana* de La Voie). Nous avons des choses à faire dans notre vie, autre que de s'occuper du Royaume*. Pourtant, nous devons nous occuper, en premier du Royaume. Le Royaume c'est la béatitude, dans cette incarnation ou en dehors.

 

* Sadhana : mot sanskrit signifiant "ce qu'il faut faire" et désignant toutes les pratiques qui constituent une voie spirituelle, comme la méditation, les rituels, les prières, etc.

*Royaume : nom donné par Jésus à « satçitananda », ou parfaite conscience de la béatitude. C'est un état de conscience proche du samadhi, où l'Unité prend toute la place. Jésus disait que le Royaume était en nous (et en dehors de nous) (Thomas, logion 3)

 

 

 

La conscience

de la béatitude

 

 

 

On sait ce qu'est la conscience, sinon la parfaite conscience de la béatitude. La conscience, c'est l'âme qui regarde par nos yeux. Le mental a aussi une conscience, mais elle n'est pas vous, cette conscience mentale est celle du système d'exploitation de votre cerveau. Vous n'êtes pas votre cerveau, vos émotions ni vos connaissances apprises, pas plus que votre fonction sociale.

 

 

La béatitude n'a pas de fin. Elle commence petit, comme la sérénité et finit, on ne sait où, dans la parfaite conscience, le « nirvikalpa-samadhi », quand on se fond dans la lumière de Dieu (ou Unité). Je connais des gens, des savants, qui n'ont jamais connu le samadhi et qui en parlent savamment, qui en dressent la liste. Ils commencent avec le savikalpa-samadhi, où l'on s'identifie à l'objet* tout en restant conscient de son identité.

 

*Objet : il s'agit, en l’occurrence, de l'objet de la méditation. Après tout dépend de l'objet de méditation : mantras, lumière d'une bougie, musique d'ambiance, souffle, etc. Sur La Voie, l'objet est le Saint-Nom ou Verbe, ou Parole (logos) ou la musique intérieure ou, encore, la lumière intérieure. C'est une question de technique. Lors de la Révélation, quatre techniques (quatre objets) sont montrés.

 

 

Ensuite, ils continuent avec le savitarka-samadhi, qui est l'identification (à l'objet) raisonnée pour finir par l’asamprajnàta-samadhi, ou nirvikalpa-samadhi, quand la conscience se fond dans l'Unité et où les pensées et le temps disparaissent. Ils dénombrent six ou sept samadhis différents, selon l'école.

 

 

 

Les spécialistes

en théories

 

 

 

Pour les premiers samadhis, après dhyana*, je veux bien que ceux qui en parlent, les connaissent, mais à partir de l'asmità samadhi, j'ai des doutes, alors pour ce qui est du nirvikalpa-samadhi ! Vous savez, sri Gautama, du clan des Sakyas, a connu l'éveil (bodhi) par la méditation pour être entré en nirvikalpa-samadhi ! Des bouddhas (éveillés) il n'y en a pas tant que ça. Je ne parle pas de l'éveil des wokes et des complotistes, qui pensent avoir tout compris des visées manipulatrices des dirigeants du monde, de big-pharma, des illuminati, des reptiliens, des francs-maçons ligués contre l'humanité.

 

*Dhyana : deuxième étape (anga) de la méditation profonde, après dharana, le stade de concentration sur un seul point. (voir le yogasûtra)

 

 

Des « spécialistes » expliquent les samadhis et pourtant ils ne les connaissent pas. C'est comme pour les livres sacrés. Prenez, entre autres, le Tao-Te-King : pour une phrase de Lao-Tseu, les exégètes font une page de commentaires, cependant, ils n'ont jamais rencontré Lao-Tseu et il ne les a pas initiés. Ils ne savent rien de son enseignement, mais ils l'expliquent. C'est la même chose pour l'enseignement de Jésus, pour celui que les aryas surnommaient « le noir » ou « krishna » ou Patanjali.

 

 

L'enseignement d'un maître se transmet de maître à disciple (chela) et, pour ça, il est nécessaire que le maître soit vivant ! Ce qui est dans les livres, était à destination de ceux qui avaient eu la Révélation du maître, de son vivant. Ceux qui n'ont pas été initiés par le maître vivant ne peuvent pas comprendre ce qui est décrit par le livre. La spiritualité est une pratique, pas une théorie qui s'apprend dans les livres.

 

 

Le Royaume, dans l'absolu, c'est ce nirvikalpa-samadhi, cette parfaite conscience de la béatitude et croyez-moi, ce n'est pas aussi évident que ça. S'il y avait, sur Terre, autant d'éveillés qu'il y en a sur les réseaux sociaux, la planète serait un havre de paix ! Pourtant, c'est si simple l'Unité. L'Unité est plus simple que le multiple.

 

 

Simple signifie aussi unique, comme le chiffre "un" est unique. Mais, ce qui est si compliqué, c'est de faire simple... Quand on est compliqué et croyez-moi, l'être-humain, son mental, n'est pas simple. Tout l'enjeu de la spiritualité est de réussir à redevenir simple, comme un petit enfant, disait Jésus. Pour ça il faut tuer (en esprit) le vieil Homme, en nous. (Jésus et Nicodème, Jean 3:1-21)

 

 

Préoccupez-vous du Royaume, d'abord, ensuite faites ce que vous avez à faire. Quand je vous dis « d'abord », je ne veux pas dire en premier, dans l'emploi du temps, je veux dire en même temps que l'on fait les choses, mais en premier dans la conscience. C'est comme un tableau qui aurait plusieurs couches : toutes les couches de couleurs sont en même temps sur la toile en revanche il en est une qui a été posée en premier et sur laquelle toutes les autres sont peintes. La conscience du Saint-Nom doit être la première couche du tableau de vos journées.

 

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais je dois préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #spiritualité, #satsang, #lavoie, #Royaume, #béatitude, #HansYoganand, #Jésus
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :