Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vivre c'est exister en ayant conscience du Saint-Nom. Comme les olives baignent dans la saumure, l'âme baigne dans le Saint-Nom et qu’est-ce que l'âme, sinon notre identité véritable et trans-existentielle ?

Satsang de sri hans Yoganand ji sur la spiritualité, la vie, le bonheur et la conscience du Saint-Nom.
Il y a autre chose à faire de sa vie que d'exister

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

L'accueil du blog

 

 

Télécharger le mp3

 

 

 

 

 

 

Je ne sais pas comment les autres font, mais je sais que, pour moi, la vie sans la conscience du Saint-Nom* m'est impossible. Je ne veux pas dire que le Saint-Nom étant l'énergie vitale de toute vie, sans lui, je ne vivrais pas, car je parle de conscience du Saint-Nom. La plupart des gens vivent et n'ont pas conscience du Saint-Nom et, plus encore, ne connaissent même pas le mot. Vivre c'est plus qu'exister. Exister c'est ne pas être mort, assurer nos fonctions vitales, avoir des interactions sociales et nous reproduire avant de mourir. Pour arriver à ça, il y a les sociétés humaines, avec les structures sociales, l'école, le travail, les loisirs, la retraite et les pompes funèbres.

 

*Saint-Nom : Parole (logos), Verbe, Satnam, « vertu-du-Tao ». Force, énergie de vie, émanation de Dieu en même temps que technique de méditation permettant d'en prendre conscience.

 

 

Vivre c'est exister en ayant conscience du Saint-Nom. Comme les olives baignent dans la saumure, l'âme baigne dans le Saint-Nom et qu’est-ce que l'âme, sinon notre identité véritable et trans-existentielle ? Durant notre incarnation nous sommes des êtres faits de plusieurs composants, comme le corps, le mental et l'âme, mariée à l'ego*, sans qui elle ne pourrait pas être. Vivre sans conscience d'être l'âme, en se croyant le corps et les pensées, les émotions, c'est vivre à la manière des paramécies.

 

* Ego : pour avoir une bonne description de l'ego, comparé au faux-ego, cliquez sur le mot (en bleu) ça ouvrira un texte, dans un nouvel onglet.

 

 

 

La conscience du Saint-Nom

 

 

 

 

Je sais que tous les êtres humains ont régulièrement conscience du Saint-Nom, mais sans le savoir ! Comme ils ne connaissent pas ce mot, ni ce qu'il désigne, faute d'avoir rencontré quelqu'un qui le leur explique, ils ressentent le Saint-Nom, en eux, sans l'identifier. Quand une personne ressent un vrai amour, pour quelqu'un, pour un paysage, il ressent les effets du Saint-Nom.

 

 

Quand un travailleur se concentre à l'extrême dans l'accomplissement de sa tâche, comme un luthier, un ébéniste, un chaudronnier, un vigneron, il ressent les effets du Saint-Nom. Quand une personne se concentre pour faire une maquette de navire, en bois, pour classer ses timbres ou jouer d'un instrument de musique, elle ressent les effets du Saint-Nom. En résumé, quand on se concentre, la béatitude, propre à notre nature profonde, remonte à la surface de notre conscience.

 

 

Quand on sait ce qu'est le Saint-Nom, comment se concentrer sur lui, sans avoir besoin du hasard, on peut profiter plus de ses bienfaits, comme la béatitude. Encore un mot peu utilisé, dont le sens n'est pas très clair pour la plupart des gens. C'est ça l'utilité de la spiritualité vraie. Qu’est-ce qu'une spiritualité vraie ? C'est une pratique (pas une théorie) qui permet d'avoir conscience du Saint-Nom. Vous voyez, rien de très compliqué.

 

 

La conscience du Saint-Nom est comme le sel dans la soupe. Jésus a dit quelque chose d'intéressant, comme souvent, à propos du sel : « Vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel perd sa saveur, avec quoi la lui rendra-t-on ? Il ne sert plus qu'à être jeté dehors et foulé aux pieds par les hommes. » (Matthieu 5:13).

 

 

Pour fabriquer de l'hydrogène, à partir d'eau, il faut du courant électrique et un catalyseur, par exemple, un monocristal d'argent. Pour réaliser la conscience spirituelle, il est besoin d'énergie et d'un catalyseur. L'énergie est celle du Saint-Nom, le catalyseur est la pratique (Observance de l'agya).

 

 

 

Ce qui change et ce qui dure

 

 

 

Plus on avance en âge et plus on sait que, dans la vie, rien n'est définitif. Rien ne dure, tout change sans cesse et nous sommes, souvent, comme une pierre emportée dans le lit d'un torrent. Je sais, par expérience, qu'il y a quelque chose qui dure. Cette « chose » qui dure ne change pas. Depuis que j'ai été initié (la Révélation), en Inde, en 1975, et que j'observe l'agya (la sadhana*), je me suis rendu compte que cette « chose » est le Saint-Nom et que j'en avais conscience depuis tout petit. Quand j'étais enfant, il n'y avait pas grand-chose à faire, c'était un autre temps, au sortir de la Seconde Guerre mondiale et l'ennui m'a ouvert les portes de la contemplation. Qui dit contemplation, dit conscience du Saint-Nom.

 

* Sadhana : mot sanskrit signifiant "ce qu'il faut faire" et désignant toutes les pratiques qui constituent une voie spirituelle, comme la méditation, les rituels, les prières, etc.

 

 

Je vous offre la possibilité de faire comme j'ai fait, et comme d'autres font : de connaître le Saint-Nom et les techniques (de méditation) qui permettent de le rencontrer, en soi et de le « fréquenter » assidûment. Cette « fréquentation » régulière affûte les sens de l'âme (c'est-à-dire vous) et approfondit sa conscience de l'essence contenue dans l'instant.

 

 

 

Le bonheur

 

 

 

Si le bonheur n'est pas le but de la vie, il est mieux d'être heureux que malheureux et « Le bonheur, c'est l'absence de désirs et d'être satisfait dans la conscience de l'instant présent. » Ne confondez pas les désirs et les besoins pas plus qu'il ne faut confondre les désirs et le plaisir. Ce n'est pas le plaisir, l'ennemi du mystique sur la voie de la Libération (des chaînes du samsara) mais le désir. Satisfaire ses besoins n'empêche pas d'y prendre du plaisir. Par exemple, si vous avez faim, il vous faut manger et il n'est pas mal d'y prendre du plaisir. Mais, si vous avez le désir de manger du caviar, ne dites pas que c'est pour satisfaire un besoin ! Qui a besoin de manger du caviar ? Si le plaisir était un péché, pourquoi l'orgasme serait-il si agréable ?

 

 

Vivez pleinement en cessant d'attendre. L'existence n'est pas un tunnel entre deux stations ! Le temps vous est compté et vous ne savez pas combien il vous en reste, alors, pourquoi attendre ? Profitez de mon offre et demandez à recevoir la Révélation pour être en possibilité de vivre en toute conscience. Combien ça coûte ? Aussi étonnant que ça puisse paraître, je ne demande pas d'argent. Maintenant, si vous êtes riche et que vous ne savez pas quoi faire de votre argent, donnez-moi-en, je saurais comment l'utiliser. La Révélation est gratuite et se passe par « visioconférence ». Sa durée est de plus ou moins deux heures.

 

 

Tout ce qui est nécessaire, c'est d'être motivé. Parfois des gens me demandent la Révélation, je leur pose, au début, deux ou trois questions, ils y répondent et puis attendent. Ils attendent quoi ? Que je leur écrive pour les obliger à recevoir la Révélation ? « Ce n'est pas à l'eau d'aller à l'assoiffé, mais à l'assoiffé d'aller à l'eau. »

 

 

Alors j’attends que vous insistiez un peu, que vous montriez que vous êtes motivé, que ce n'est pas la simple curiosité qui vous anime. Il vous suffit de prendre l'initiative de m'écrire et de me demander un rendez-vous pour la visioconférence. J'ai plusieurs personnes, en ce moment, qui sont dans ce cas : ils m'ont dit leur désir de recevoir la Révélation, mais n'ont pas pris l'initiative de m'écrire un courriel pour me demander un rendez-vous formel. Qu'ils le fassent !

 

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais je dois préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #spiritualité, #lavoie, #vivre, #exister, #bonheur, #SaintNom, #HansYoganand
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :