Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Avec une conscience mal placée, on voit les choses floues, comme un brouillard de petits points. La conscience dans le Saint-Nom, au bon endroit, on voit le monde, la vie comme ils sont. La vérité universelle existe, mais on le sait seulement quand notre conscience est au bon endroit. Sinon, chaque point est une vérité.

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

Si vous tenez à partager ce texte, copiez-collez son adresse

 

Télécharger le mp3

 

 

 

 

 

 

Je parle souvent de « La vie en conscience », je ne veux pas dire faire les choses consciencieusement ! Bien sûr que c'est mieux de bien faire les choses, mais ce n'est pas ça que je veux dire par « La vie en conscience ». Je veux dire vivre sa vie d'Homme avec sa conscience au bon endroit. Bien sûr, il s'agit du Saint-Nom. C'est le bon endroit.

 

Dans un autre satsang j'ai parlé d'une de ces installations d'objets, qui ne représentent rien qu'un tas d'objets hétéroclites, sauf si on les regarde à travers un trou précis, percé à travers une cloison, alors elles représentent le visage d'une personne, par exemple. C'est ça « La vie en conscience ». C'est aussi comme un tableau pointilliste...Il y a des artistes peintres, comme Georges Seurat, ou Camille Pissaro, par exemple, qui représentent le monde par petits points de couleurs. De près ça ne représente rien, mais en s'éloignant on reconnaît ce que l'artiste a peint, comme les affiches en quadrichromie.

 

Avec une conscience mal placée, on voit les choses floues, comme un brouillard de petits points. La conscience dans le Saint-Nom, au bon endroit, on voit la vie comme elle est. La vérité universelle existe, mais on le sait seulement quand notre conscience est au bon endroit. Sinon, chaque point est une vérité. Chacun est libre, en regardant l'image, d'y voir ce qui lui plaît, de reconstituer une vérité qui lui est personnelle, mais il y a une vérité vraie, c'est le peintre qui la connaît ; qu'a-t-il voulu représenter ? Si le peintre a représenté un arbre, un spectateur a le droit de voir un nuage, mais c'est quand même un arbre !

 

Le mental vibre à contretemps de l'harmonie fondamentale, c'est ainsi qu'un regard soumis au mental, verra le monde tel que le mental se le représente. Mais le monde n'est pas comme le mental se le représente ! Il est comme il est. Quand la conscience (ou âme) est au bon endroit, dans la bonne posture, elle voit les choses telles que le créateur les a faites.

 

Il y a la conscience et l'inconscience. La conscience dont je parle ici est celle de l'harmonie essentielle, fondamentale, créatrice, celle du Tao, comme disait Lao-Tseu. On peut aussi parler de la conscience du Saint-Nom ou « Vertu du Tao ». L'inconscience est le contraire. Ce qui ne veut pas dire qu'une personne inconsciente du Saint-Nom est dans une sorte de coma ! Elle est consciente de toutes sortes de choses, mais pas du Saint-Nom.

 

 

Ne pas croire ses pensées

 

 

Une personne inconsciente écoutera tout ce que ses pensées, ses émotions lui diront, elle les prendra pour des émanations, des manifestations, des productions d'elle-même, de son identité. Ainsi naissent la haine, le ressentiment, la jalousie, la paranoïa et toutes ces sortes de choses que l'on voit dans les réseaux sociaux, où l'on prête des intentions machiavéliques à des personnes politiques, par exemple, quand il ne s'agit, finalement, que de maladresse, voire d'incompétence et de manque d'empathie.

 

Pour se garder de cet aveuglement il est besoin de « retrouver la vue », une vue juste. Mais pour avoir une vue juste il faut qu’un « regardant » ou « observateur » ait un regard juste. Un regard ça s'étalonne, comme un instrument de mesure. Pour étalonner son regard il y a la méditation régulière et le reste de la sadhana, de la pratique, avec le service et le satsang.

 

Commencez déjà par ne plus accorder de crédit à vos pensées, à vos émotions. Passez-les au filtre du Saint-Nom. Le faux-ego, que beaucoup de gens confondent avec l'ego, est le principal facteur de l'aveuglement, alors apprenez à prendre de la distance vis-à-vis de lui. Il est comme un virus, un malware qui infecterait votre mental, vos pensées. C'est comme avec un PC, avant de lire un fichier, venu de l'extérieur, vous le passez au crible de l'antivirus. Avant de tenir compte de vos pensées, de vos sentiments, passez-les au filtre du Saint-Nom. Pour ça il est nécessaire de connaître la technique. Quand vous la connaissez, méditez sur le Saint-Nom, quand une idée, une pensée, un avis vous vient du mental, ainsi vous prendrez de la distance et vous saurez discerner le bon du mauvais, le vrai du faux.

 

Commencez déjà par demander la Révélation, si vous ne connaissez pas les techniques de La Voie, comme ça, quand vous les connaîtrez, vous pourrez les pratiquer et être en phase avec le satsang.

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère mais il faut préciser ceci: il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les trois piliers et observez l'agya. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #aveugle, #conscience, #spiritualité, #saintnom, #lavoie, #hansyoganand, #vie

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :