Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vous pouvez prier, mais que diriez, dans vos prières ? Est-ce que vous réciteriez le « notre père » ? Allez-vous demander quelque chose ? Il n'y a pas de honte à demander. On peut demander à Saint-Christophe, quand on a perdu quelque chose. Chaque saint, dans l'Église catholique, intercède dans un domaine particulier.

Satsang de sri hans Yoganand ji sur la spiritualité, La Voie, Dieu, la prière et la méditation.
Méditer de la bonne façon est l'idéal pour entrer en communion, mais prier pourquoi pas ?

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

L'accueil du blog

 

 

Télécharger le fichier mp3

 

 

 

 

 

 

 

Dans notre pratique (sadhana), il y a les quatre piliers ; le service, le satsang, la méditation et les angas, mais il n'y a pas la prière ! Ce qui ne veut pas dire que c'est interdit de prier. Vous pouvez prier, si ça vous plaît, de prier. Quand j'étais petit, je priais, le soir, au pied de mon lit. Bien sûr qu'il existe la prière silencieuse de Jésus, qui est, en fait, la méditation, mais la prière en pensée ou à haute voix, qui est une adresse de mots, de phrases faite à Dieu, pourquoi pas ? Si c'est votre culture, votre sensibilité et si ça vous remonte la morale, vous donne de l'élan. Ce n'est pas parce que ça n'est pas dans la sadhana, que vous ne pouvez pas prier.

 

 

Les mantras, c'est autre chose. On n'a pas besoin de mantra, sur La Voie. Un mantra, c’est un mot, une courte phrase que l'on répète de façon incessante et cette pratique vient d'une erreur de traduction d'un mot sanskrit, « Japa », que l'on a cru être : « Répétition du nom de Dieu ». En fait ça signifie : « son qui se répète », ce qui est le Saint-Nom. C'est le son qui se répète, il n'a pas besoin de nous, ce n'est pas nous qui le répétons.

 

 

 

La technique du Saint-Nom

 

 

 

Le « Nom de Dieu », le « Verbe », le « Saint-Nom », la « Parole », la « vertu du Tao », le « Satnam » n'est pas quelque chose qui s'écrit ! Ni qui se dit, pas plus qu'il ne se pense. Donc les mantras, quand on connaît la technique dite « du Saint-Nom », sont inutiles. La technique du Saint-Nom, peut aussi se pratiquer tout au long de la journée, en vaquant à ses occupations, ce qui est un autre des piliers, le service. Vous pouvez prier, mais qu'est-ce que vous diriez, dans vos prières ? Est-ce que si vous étiez catholique vous réciteriez le « notre père » et le « je vous salue Marie » ? Qu'est-ce que vous allez dire, dans vos prières ? Allez-vous demander quelque chose ? Il n'y a pas de honte à demander.

 

 

 

Que faire en priant ?

 

 

 

Ce n'est pas parce que c'est religieux que c'est spirituel ! C'est une religion. Alors, normalement ça se respecte, les religions, paraît-il... Je ne sais pas pourquoi, mais il paraît que les religions, ça se respecte. Une religion ce n'est pas grand-chose, finalement. C'est un folklore construit sur la mémoire d'un maître vivant qui ne l'est plus. Alors, qu'allez-vous dire, en priant ? Vous allez demander à Dieu quelque chose ? Du courage ? De la santé, de l'argent, de la réussite, la réussite d'un proche dans ses examens, la guérison d'une personne ?

 

 

C'est bien, vous pouvez le faire. Le fait de demander à Dieu quelque chose n'empêchera pas la Grâce d'agir. Vous pouvez aussi prier pour dire à Dieu à quel point vous l'aimez en retour. Je précise, encore une fois, que Dieu n'est pas un homme, ni une femme, ni un entre-deux. Dieu n'est pas une personne. Dieu a créé la Terre et la Lune et le soleil, et les autres planètes et tout l'univers ! Une personne ne peut pas faire ça, ni Zeus, ni Jupiter, ni Thor, ni Odin, ni Toutatis, pas plus que Bélenos, personne.

 

 

Personne d'anthropomorphe ne peut créer tout ça ! L'énergie noire peut créer tout ça, mais n'est-elle pas de Dieu ? Si Dieu est l'énergie noire, et tout ce qui en découle, est-ce qu'il a un dessein, une volonté, un plan ? On ne peut pas l'expliquer, mais le vivre par la communion intérieure. Par la méditation, on peut vivre cette réalité que tout est régi pas une volonté harmonieuse, créatrice.

 

 

Vous savez, la Trimurti indienne ; Brahmà, Vishnou et Shiva ça décrit trois particularités de Dieu, créatrice, protectrice, destructrice... Pour créer, il faut bien détruire, car rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme. Pour faire renaître, il faut d'abord faire mourir. Le destructeur est en même temps le créateur et le protecteur. L'automne et l'hiver donnent le printemps et l'été. Vous pouvez lui parler, lui dire à quel point vous l'aimez !

 

 

 

Dire sa dévotion

 

 

 

En Inde, ce que l'on fait, c'est qu'on lui chante des bhajans, comme Aarti ou twameva. Pourquoi pas ? Si vous aimez chanter. Il y a deux façons de voir notre relation à Dieu : il y a la façon de celui qui s'adresse à Dieu, comme à un fournisseur de bienfaits et il y a la façon de l'amoureux (premie) qui n'attend rien de Lui et qui veut juste l'aimer en retour de l'amour qu'il nous porte. C'est le dévot. Le dévot ne demande rien à Dieu. Il l'aime sans rien attendre en retour. C'est une posture intérieure qui est bien, le désintéressement !

 

 

Quand vous aimez Dieu vous aimez être en sa présence et sa présence, c’est la vôtre, parce que Lui est toujours là. Il ne joue pas à cache-cache, Dieu. Il n'apparaît pas dans votre vie, à votre conscience quand vous l’appelez. Il n'est pas un chien que l'on siffle. Dieu est là tout le temps. C'est vous qui êtes conscient ou pas de sa présence. Si vous êtes conscient de sa présence, alors il est là, pour vous. Si vous n'êtes pas conscient de sa présence, alors il n'est pas là, pour vous, de votre point de vue.

 

 

Quand on aime Dieu, on aime être conscient de sa présence et on fait tout ce que l'on peut pour être conscient de sa présence. C'est une motivation suffisante. Alors on pratique les quatre piliers. C'est étrange, mais les prescriptions de l'agya se retrouvent dans les Yogasûtras, de Patanjali ! Donc ça corrobore !

 

 

Personnellement je ne demande rien à Dieu. Quand je me débranche du monde, à des moments précis (la méditation), je le sens en moi comme de l'eau sous pression qui fait « bander » un tuyau ! Il est en toutes choses et en moi, ce n'est pas en toutes choses que je vais le chercher, c'est en moi, ce Dieu que j'aime. Quand je le trouve en moi et que j'ouvre les yeux, je le vois tout autour. Le monde est ainsi plus beau, mais ce n'est le plus important. Le plus important, c’est d'abord d'aller en soi et de l'y trouver. Vous voyez, les trois singes de la sagesse... Ils ferment leurs sens de l'extérieur afin de les tourner vers l'intérieur, mais pourquoi ces singes font ça ? Pour aller trouver Dieu, son énergie, sa lumière, sa musique, son nectar, son Saint-Nom en eux. La Révélation vous apprend les techniques que ces singes symbolisent.

 

 

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #prier, #Dieu, #lavoie, #bonheur, #méditation, #spiritualité, #satsang

Partager cet article

Repost0