Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La spiritualité, c'est pour l'instant présent, pas pour préparer son éternité ou sa réincarnation. Pour l'instant, ce qui compte le plus c'est maintenant. L'existence n'est pas un tunnel entre deux stations.

Satsang de sri hans Yoganand ji sur la spiritualité, La Voie, l'instant, la vérité et la vie.
Ne vivez pas en apnée en attendant la fin, ouvrez votre conscience sur l'instant

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

 

 

 

« Si ce que tu as à dire n'est pas plus important que le silence, ne le dit pas. » Cette phrase, je l'ai entendue dans l'ashram* où j'ai vécu, en Inde, dans les années 70. Elle nous invitait à « rester dans le nectar », c'est-à-dire à pratiquer une technique de méditation du même nom (« Khechari-Mudra » dans la « Dhyanabindu Upanishad », versets 79 à 83).

 

*Ashram : communauté spirituelle, sorte de monastère.

 

 

Quand on ne vit pas seul, il est bien obligé de parler, même pour dire des bêtises, pour amuser l'autre. Pourtant, le silence est plus favorable à la conscience que le bruit. Le satsang se dit en parlant, il se dit aussi en silence, par l'exemple. Rien n'a plus de sens que de se taire et d'être « dans le Saint-Nom », autrement dit ; de pratiquer les techniques du Saint-Nom et du nectar. C'est un des piliers de l'agya (la sadhana*).

 

*Sadhana : mot sanskrit signifiant : « Ce qu'il faut faire » et désignant l'ensemble des pratiques d'une voie spirituelle (màrga).

 

 

La vie, en conscience du Saint-Nom, a du sens. Je fais la différence avec le fait de ne pas avoir conscience du Saint-Nom. Quand on n'est pas conscient du Saint-Nom, l'existence est comme un mauvais rêve… Pas toujours un cauchemar, mais un de ces rêves lourds, pénibles où l'on s'englue dans l'absurdité et que l'on est soulagé de quitter, quand on se réveille. Pour ce qui nous occupe, le réveil, à ne pas confondre avec l'éveil (Bodhi), c'est quand on reprend la pratique du Saint-Nom.

 

 

 

 

L'absurdité

 

 

 

 

Enfant, je faisais un cauchemar où je fuyais un poursuivant, que je ne voyais pas et je n'avançais pas. Je sentais son souffle. La peur qu'il m'inspirait m'engluait et je courais sans avancer. C'est ça, la vie sans la conscience du Saint-Nom. ? Il y a cette folie, en nous, prête à nous saisir et rien ne peut l'arrêter, à part la pratique du Saint-Nom, la conscience de l'harmonie.

 

 

Sans la conscience de l'Unité, l'existence a, comme perspective, la mort gratuite, sans rien après, l'absurdité de l'expérience vaine. En vérité, pourquoi s'améliorer, avec l'âge, si c'est pour mourir et puis c'est tout ? C'est absurde ! Il y a un après et la vie a un sens, un sens qui dépasse la mort. Le concept d'éternité ne suffit pas, en vérité. La conscience de l'éternel instant apporte la paix.

 

 

Vivre pour ne pas mourir est une absurdité, l'âme le sait, mais le mental l'a oublié. Il ressent de la colère, à cause de cela. Comme il n'en connaît pas la source il l'attribue au gouvernement, quel qu'il soit, aux riches, aux autres. C'est tellement plus facile. Cependant, la cause de notre souffrance est intérieure et la projeter à l'extérieur, sur les autres, ne l'éteindra pas. Vous devez aller voir au dedans de vous et, pour ça, connaître la méthode.

 

 

 

Trouvez le sens

 

 

 

L'existence, sans la conscience du Saint-Nom, n'a aucun sens. Une existence dans la confusion, l'aveuglement est une absurdité, une souffrance sans remède. La première chose à faire, dans la vie, c'est d'en trouver le sens. Ensuite vous pouvez acheter une maison, avoir des enfants, aimer une autre personne, écrire un livre, faire de la poterie.

 

 

Jésus disait : « Préoccupe-toi en premier du Royaume et tout le reste te sera donné en plus. » (Matthieu 6:33). Ce que Jésus nommait « Royaume » est « satçitananda », la parfaite conscience de la béatitude. Jésus enseignait une voie spirituelle dont les racines étaient et sont encore, en Inde. Il était tourné vers l'orient, pas vers l'occident. N'oubliez pas que l'empire perse voisin (Syrie, Irak, Iran), allait jusqu'en Inde, aux rives de l'Indus.

 

 

La spiritualité, c'est l'instant présent, pas la préparation de sa réincarnation. Pour l'instant, ce qui compte le plus c'est maintenant. L'existence n'est pas un tunnel entre deux stations… Dubo, Dubon, Dubonnet* ! L'instant n'est pas une chose provisoire, il dure toujours. Trouvez-le, apprenez à y rester et vous aurez la vie éternelle, ici et maintenant.

 

*Dubo, Dubon, Dubonnet : clin d'œil à une publicité, pour un apéritif, qui était peinte sur les murs des tunnels du métropolitain parisien.

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #spiritualité, #lavoie, #satsang, #instant, #présent, #éternité, #bonheur
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :