Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pour aimer Dieu, il n'est pas nécessaire de tout connaître, comprendre de lui. Quand on aime la mer, on n'est pas pour autant océanographe. En s'y prenant « comme il faut » on peut ressentir, en soi, la paix qui le caractérise.

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

 

 

 

Dans un livre, « Les Fioretti de saint François d'Assise », il est relaté la vie du saint. Ce livre montre la relation intime que François avait avec Dieu, à travers tous les événements et les êtres du monde. Cette propension du saint de voir en tout, la présence de Dieu me fait penser aux animistes. Ces derniers voient le divin, dans tous les êtres de la nature, les animaux, les végétaux, les rochers, les sources et les rivières, le vent et le soleil.

 

 

Dans le dessin animé de Walt Disney, « Blanche-Neige et les sept nains », on voit une jeune fille qui, pour échapper à la mort, passe par la nuit, la forêt inconnue, pleine de mystère et de peurs. Les arbres, les ronces s'écartent de son chemin, pour la laisser passer, jusqu'à ce qu'elle arrive à la maison des nains. Il a fallu, pour ça, qu'elle soit arrivée au bout de sa peine, de sa peur et qu'elle s'abandonne à la Grâce.

 

 

Alors les animaux s'unissent pour l'aider à faire du propre, à ranger son nouveau séjour, où elle restera à l'abri de la mort, en compagnie des nains, qui sont sept, comme les chakras. Le nombre sept est très symbolique, pas seulement à cause des chakras. Il parle aussi du samsara, de la Libération (bodhi), qui est le retour au lieu d'où l'on est parti, si l'on considère l'hébreu « shéva », venu de l'indo-européen « SPT ».

 

 

 

Le corps de Dieu

 

 

 

Cette approche animiste de Dieu me fait penser à la peinture pointilliste, ou à une affiche imprimée en quadrichromie, où des points de couleurs s'étalent sur une surface, affiche ou toile. Quand on s'éloigne un peu, cet amas de points se transforme en image, par exemple « l'étude d'une dune » (Piet Mondrian) ou n'importe quelle photo d'une affiche de publicité. Chaque point de couleur est une créature, une création de Dieu. Chaque point est singulier mais, réunis ; ils font le « corps de Dieu ». Pour voir ce « corps de Dieu » il est besoin de prendre du recul. Ce corps de Dieu est la création.

 

 

Cette création, celle que l'on peut voir avec nos yeux de « chair », fait partie de Dieu et, quand on a sa conscience au bon endroit, on peut distinguer l'Unité du tout dans le multiple. Il n'y a, alors, plus de dualité. Le multiple n'est pas la dualité. La multitude fait partie du Tout. La dualité est une création de l'Homme, quand il voit les choses depuis son mental. La dualité est une illusion. Rien n'est en dehors du Tout, en dehors de Dieu.

 

 

 

Dieu

 

 

 

Le Dieu des religions n'existe pas, il est une invention des consciences illusionnées. Ces consciences voient Dieu comme un homme et lui prêtent les intentions, la psychologie, les défauts des Hommes. Il serait puritain, jaloux, rancunier, sectaire et inciterait les croyants à tuer les athées. Mais, Dieu a tout créé et chaque Homme est une de ses créatures, alors, pourquoi voudriez-vous qu'il crée des êtres pour les faire tuer par d'autres ? Pourquoi voudriez-vous que Dieu s'intéresse à qui couche avec qui et à ce que l'on met dans nos assiettes ou à notre façon de nous habiller, de nous coiffer ?

 

 

Dieu est le Tout. Un pixel, c'est un chevreuil, un autre pixel, c'est un être-humain, un autre encore, une pierre, une goutte d'eau, la feuille d'un arbre, un photon, un atome, etc. Ce Tout ne parle pas, ne pense pas mais, pourtant, a un dessein que certains, en Inde, nomment la « Lilà » (ou jeu de Dieu). Ce dessein, cette Lilà est de garder le Tout dans l'harmonie parfaite de son équation fondamentale.

 

 

Ce n'est pas parce qu'entre la Terre et la Lune il y a une certaine distance qu'il n'y a rien entre les deux ! Ce qui est visible, dans l'univers infini, ne représente que 5 % du tout et la matière invisible est six fois supérieure à la matière visible. Ce n'est pas parce que l'on ne peut pas la voir, que la matière invisible n'existe pas. Dieu est fait de tout, de ce que l'on peut voir comme de ce que l'on ne peut pas voir. Ainsi nous ne devrions pas tenter de décrire, d'expliquer Dieu : on en ignore plus que l'on en connaît.

 

 

 

Aimer Dieu

 

 

 

Pour aimer Dieu, il n'est pas nécessaire de tout connaître, comprendre de lui. Quand on aime la mer, on n'est pas pour autant océanographe. En s'y prenant « comme il faut » on peut ressentir, en soi, la paix qui le caractérise et en éprouver un amour tel qu'il devient dévotion. Il est parfaitement inutile d'étudier Dieu. Il n'est pas un sujet d'études, mais l'infini créateur, protecteur, « destructeur » de tout*.

 

 

* « Créateur, protecteur, destructeur » est une référence à la trimùrti, au créateur Brahmâ, au protecteur Vishnou et au destructeur Shiva, ou de sa forme terrible Rudra. Shiva est en même temps le « Dieu » du yoga. Il faut se référer à Lavoisier (chimiste, 1743-1794) qui a dit : « Rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme » en s'inspirant du philosophe Grec présocratique Anaxagore. Ces philosophes présocratiques, vers l'an 500 avant notre ère, étaient inspirés par l'esprit bouddhiste, la philosophie et la spiritualité asiatique.

 

 

Dans le livre « Les Fioretti de saint François d'Assise », on peut ressentir ce que la vie peut être quand on aime Dieu au quotidien et qu'on le voit partout, tout le temps. Cette vie d'amoureux est celle du pratiquant de La Voie, qui observe l'agya (la sadhana) régulièrement et prend conscience de l'omniprésence constante de la Grâce.

 

 

La Grâce est l'effet du Saint-Nom (parole, Verbe) dans notre existence. Le Saint-Nom dont je parle est ce que Lao-Tseu désignait par le mot « Vertu du tao ». Le philosophe Anaxagore (500-428 av. J.-C) disait : « Le Noûs », sorte d'intelligence fondamentale de la création. Ce que je désigne par le mot le Tout, l'Unité, Dieu, ce philosophe Grec le nommait le « Tout ensemble ».

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #spiritualité, #lavoie, #Dieu, #amour, #comprendre, #religion, #HansYoganand, #satsang
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :