Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Je me souviens de l'amour que j'éprouvais quand j'étais petit. J'ai grandi et j'ai arrêté de grandir, alors j'ai vieilli et quand je médite sur le Saint-Nom, c'est-à-dire souvent, j'éprouve de la béatitude. Ce n'est pas forcément le samadhi, il y a des degrés dans la béatitude. La paix, c'est déjà de la béatitude.

Satsang de sri hans Yoganand ji sur la spiritualité, La Voie, l'âme, la  vieillesse et la jeunesse.
le corps vieillit, pas l'âme, alors restez l'âme

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

 

 

 

Si je dis que la vérité est dans l'instant. Il y a de grandes chances que de nombreuses personnes soient d'accords, sauf celles qui estiment qu'il n'y a pas de vérité et qui veulent inscrire dans la constitution : « Il n'y a que des vérités individuelles » et engager des poursuites judiciaires contre ceux qui prônent la vérité. C'est vrai que chacun d'entre nous a sa vérité personnelle et son interprétation de la vérité universelle.

 

 

Je sais qu'il y a une vérité bonne pour tous, qu’elle ne peut pas s'expliquer. Tout être est vivant, quand il n'est pas mort et la vie est vérité. Tout être vivant a en commun, avec les autres, d'être vivant. La vérité, au-dessus des vérités individuelles, c'est la vie qui fait vivre les êtres, dont nous.

 

 

 

Le même feeling

 

 

 

Dans l'instant présent, on peut toucher cette vérité et alors ? J'ai reçu la Révélation, de cette vérité, il y a longtemps, en mille-neuf-cent-soixante-quinze, en Inde. Quand je suis revenu en France, j'étais seul. Je n'avais pas de famille, pas d'amis, pas de logement, de travail ni d'argent. Une nuit, j'étais assis sur le banc d'un petit parc de la région parisienne et je chantais "twameva", une chanson dévotionnelle apprise à l'ashram et je ressentais le même feeling que lorsque je la chantais à l'ashram.

 

 

Quand je méditais, pratiquant les techniques apprises là-bas et que j'avais pratiquée quelque temps au sein de l'ashram* où j'avais vécu quelque temps, j'éprouvais le même feeling. Ce feeling, je le connaissais depuis enfant, quand je m'ennuyais. Dans cet ennui, il y avait ce feeling de paix et d'amour. Il ne s'agissait pas d'un amour sentimental.

 

*Monastère

 

 

 

Je me souvenais, assis sur le banc de ce parc, de cet amour que j'éprouvais quand j'étais petit et puis j'ai grandi. J'ai arrêté de grandir, alors j'ai vieilli. Lorsque je médite sur le Saint-Nom, c’est-à-dire souvent, j'éprouve cette béatitude. Ce n'est pas forcément le samadhi. Il y a des degrés dans la béatitude. La paix, c'est déjà de la béatitude.

 

 

 

La béatitude

 

 

 

La béatitude, c'est la conscience de l'instant, la conscience de la vie qui nous remplit tout entier. Quand on a conscience de cette vie, on éprouve ce feeling, la béatitude. Je me suis rendu compte que lorsque j'éprouve cette béatitude, je me renfrogne, je prends l'air fermé, sévère.

 

 

Est-ce que je prendrais à la lettre ce que Jésus disait ? « Lorsque vous jeûnez, ne prenez pas un air triste, comme les hypocrites, qui se rendent le visage tout défait, pour montrer aux hommes qu'ils jeûnent. Je vous le dis en vérité, ils reçoivent leur récompense. Mais, quand tu jeûnes, parfume ta tête et lave ton visage, afin de ne pas montrer aux hommes que tu jeûnes, mais à ton Père qui est là dans le lieu secret ; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra ». (Matthieu 6:16/17/18).

 

 

Cette béatitude est le goût de la vie. Elle joue sa petite musique, le son du silence. Quand on entend cette musique, on est plongé dans l'instant. Cet instant, c'est le même qu'il y a vingt-ans, c'est le même qu'il y a trente-ans, qu'il y a quarante ans. C'est le même goût, le même parfum, le même feeling, le même instant !

 

 

Il n'y a pas d'instant passé, d'instant-présent et d'instant futur. Il n'y a qu'un instant. C'est comme si l'on jouait une pièce de théâtre, en plusieurs actes et que le décor restait le même. On est là, on joue notre pièce. Ce que l'on fait, ce que l'on dit change, mais le décor reste le même. Le décor de notre vie reste le même, tout le temps. C'est le Saint-Nom. Quand on lui prête attention cela engendre en nous un feeling qui est la béatitude.

 

 

 

Le goût de l'enfance

 

 

 

J'éprouvais cette béatitude quand j'étais enfant. Si je raconte ma vie, on va me dire que j'ai eu une enfance malheureuse, une vie d'orphelin. Mais, je me suis attaché à l'instant. Je me suis attaché au parfum, à la musique et au goût de l'ennui qui, en fait, est la béatitude, le bonheur simple de l'instant. À lui, je me suis attaché.

 

 

Quand j'ai reçu la Révélation, en Inde, que j'ai pratiqué, j'ai retrouvé dans le même feeling que dans mon enfance. J'ai alors su que je connaissais la béatitude depuis tout petit ! Je suis la même âme qu'aux moments de mon enfance. Aujourd'hui, quand je suis dans la "petite" béatitude du quotidien, je suis le même que l'enfant que j'étais.

 

 

Quand on dit : « Il faut être dans l'instant présent ! », sans connaître la technique pour le faire, on ne peut que parler. Alors, On fait des choses pour nous occuper l'esprit. On évite de spéculer sur l'avenir ou de se souvenir du passé. Quand on sait comment faire, on connaît vraiment l'instant présent.

 

 

Quand je suis dans le Saint-Nom, je suis dans l'instant, le même qu'en 1960, 1964, 1968, 1970, 1975, 1980... je suis dans le même Saint-Nom qu'avant ! Je suis la même personne, qui ressent le même feeling. C'est ça qui fait que je ne vieillis pas. Mon corps vieillit quand même, mais l'âme, c'est-à-dire moi, reste telle qu'au début. L'essence de la jeunesse, c'est l'amour de l'instant. La technique du Saint-Nom est réellement la clé du présent.

 

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #jeunesse, #enfance, #bonheur, #spiritualité, #hansyoganand, #lavoie, #méditation
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :