Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les juifs n'ont pas accepté Jésus comme Messie, parce qu'ils étaient attachés à leurs écritures et à leurs traditions, plus qu'à la possibilité du Messie. Ils étaient et sont toujours, attachés à la prédiction que le Messie viendra dans le futur. Le futur est comme l'horizon : il recule au fur et à mesure que l'on avance.

Satsang de sri hans Yoganand ji sur la spiritualité, le détachement, l'instant présent.
Tout se passe dans le présent, pas besoin d'apprendre mais de pratiquer

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

 

Quand on demande à un juif religieux, pratiquant, qui était Jésus, il répond qu'il était né juif et qu'il a dévié de la Thora, quitté la vérité et qu'à cause de ça il n'était plus juif. Quand on demande aux juifs pourquoi, alors qu'ils attendent le Messie, ils ne reconnaissent pas Jésus comme messie, les plus lettrés, ceux qui connaissent très bien la Thora, le Talmud, disent que Jésus n'était pas le Messie parce que la Thora et le Talmud disent que le Messie viendra dans le futur, pas dans le présent. Le présent n'est pas le futur.

 

 

Si on leur demande à quoi reconnaîtra-t-on que le présent est le futur attendu et qu’untel est bel et bien le Messie, ils répondent que la paix sera sur Terre et que tout ira bien. La vie sera parfaite. Cette paix sera le signe que le Messie est bien là, que la prophétie est accomplie et que le temps de la rédemption est là. Le Messie apportera la rédemption, donc la paix. Si la paix ne règne pas sur le monde, c'est que le Messie n'est pas arrivé.

 

 

D'autres répondent que « Jésus n'était pas le Messie parce qu'il n'est pas dans notre livre. Il n'est pas dans la liste des prophètes. Il ne fait pas partie de notre histoire. Il n'est rien, pour nous. » Certains juifs, interrogés dans la rue, disent qu'il était une personne très gentille, qui prônait la paix, mais qu'il n'avait pas les « outils » nécessaires pour qu'elle advienne. Ces outils sont la Thora et le Talmud.

 

 

Sans ces livres, on ne peut pas être dans l'alliance avec Dieu. L'alliance avec Dieu est une affaire de juif. Dieu s'est allié aux juifs, pas aux non-juifs. L'alliance avec Dieu, pour La Voie, c'est quand la conscience est alliée à Dieu, c'est-à-dire la « conscience de la béatitude », la pratique de la technique dite « Du Saint-Nom ». C'est là un bel exemple de ce qu'est un concept et une religion. Jamais les juifs ne reconnaîtront le Messie, s'il vient un jour. C'est comme les bouddhistes ou les hindouistes, les Jaïns, qui croient que le but du samsara (le cycle des réincarnations) est d’atteindre la Libération (autrement dit la fin de ce cycle) et qui travaillent, toute leur vie, à se faire un capital de bon karma, pour avoir une incarnation, une vie meilleure la prochaine fois.

 

 

 

Attachement

et détachement

 

 

 

Quand j'étais enfant, j'aimais bien jouer à l'écran magique, vous savez, cette tablette avec deux boutons, qui permettait de dessiner, puis, en secouant le jouet, d'effacer ce que l'on avait dessiné. Pour dessiner un cercle et un triangle, ce n'était pas évident ! Il y avait aussi l'ardoise magique, sur laquelle on dessinait, avec un stylet, et que l'on effaçait, avec une règle coulissante. C'est ça, le principe du détachement, qui permet d'effacer les concepts et d'ainsi « tuer le vieil Homme », en esprit, et d'être capable d'entrer au « Royaume » (Satçitananda).

 

 

Si les juifs n'ont pas accepté Jésus comme Messie, c'est qu'ils étaient attachés à leurs écritures et à leurs traditions, plus qu'à la possibilité du Messie. Ils étaient et sont toujours, attachés à la prédiction que le Messie viendra dans le futur. Le futur est comme l'horizon : il recule au fur et à mesure que l'on avance. Il n'existera jamais. Seul le présent existe (et le passé, pour ceux qui tiennent aux traditions des écritures). Le futur ne sera jamais sur les livres du passé.

 

 

 

Effacer et recommencer

 

 

 

C'est ça l'attachement et pas seulement celui à ses biens matériels, à des personnes, à des privilèges. Comment voulez-vous tuer le « vieil Homme », en soi, sans se débarrasser de l'attachement ? C'est la différence qu'il y a entre une religion et une spiritualité authentique*. La religion est une parole morte dans le passé, une spiritualité est une pratique du présent, dont la parole est vivante (satsang).

 

*Spiritualité authentique : pour avoir plus d'informations, cliquez sur le mot bleu (lien hypertexte).

 

 

Tuer le vieil Homme c'est effacer tout ce que l'on croit être et savoir, afin de renaître au Royaume. Jésus, en parlant de ce Royaume, disait qu'il était en nous, comme en dehors de nous. (Thomas, logion 3). Ce Royaume n'est pas un endroit, comme le serait le paradis. C'est un état de la conscience, incarnée et non incarnée (libérée). Les autorités chrétiennes, des débuts de la religion, après le départ de Jésus, ont ajouté à ses paroles le terme « des cieux ». Jésus parlait du Royaume, pas du royaume des cieux.

 

 

La vérité (universelle, pas personnelle) est comme une mise à jour constante ; elle « annule et remplace » l'ancienne version. Elle est du temps présent et une pratique. Les livres qui en parlent ne sont pas des enseignements, cependant ils peuvent servir de motivation pour pratiquer. La vérité se renforce, s'approfondit, s'installe au fur et à mesure de la pratique. Cette pratique a des outils, des techniques de méditation enseignées au cours de la révélation.

 

 

Quand un pratiquant, celui qui a eu la Révélation et qui observe l'agya (la sadhana de La Voie et ses quatre piliers), ferme les yeux et « fait » la technique dite « du Saint-Nom », c'est comme s'il passait la réglette sur l'ardoise magique : il efface ses concepts, fait « reset » et recommence sa pratique sur une nouvelle base. La méditation ne sert pas à consolider des certitudes, des concepts, ce que l'on croit connaître de La Voie. Elle sert à effacer et à recommencer.

 

 

Sur La Voie on n'a pas besoin de savoir ni de croire. On a besoin d'être « dans le Saint-Nom ».

 

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais je dois préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #spiritualité, #religion, #juifs, #Messie, #jésus, #LaVoie, #Détachement
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :