Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Saint-Nom est toujours là, en nous comme en toutes choses, sinon nous serions morts. On peut le ressentir sans avoir reçu la Révélation, par exemple en aimant quelqu'un plus que soi, mais avec la Révélation on le ressent plus facilement.

Satsang de sri hans Yoganand ji sur la spiritualité, La Voie et le Saint-Nom dans l'amour que l'on ressent.
Le Saint-Nom est en nous et souvent on le ressent par amour

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

 

Bien sûr que le Saint-Nom est toujours là, sinon nous ne serions pas vivants, le soleil s'éteindrait et tout imploserait, mais que nous importe sa permanence si nous ne sommes pas toujours conscients de Lui. Nous sommes vivants, même sans conscience de Lui, mais ce n'est pas pleinement satisfaisant. «  Tout naît du non né venu de nulle part. Tout débute en Tout et s'y retrouve à la fin, revenu au point de départ.  » (Bhaktimàrga 1-1-8)

 

 

Vivre sans conscience du Saint-Nom c'est comme de rêver d'un bon repas quand on est affamé. Il s'agit de réaliser, avec l'intensité que nos sens, du dehors et du dedans, nous permettent, sa présence et Sa Grâce. Ainsi nous pouvons vivre notre vie en toute conscience selon la volonté du créateur, de sa Lilà (le jeu de Dieu).

 

 

 

Avoir conscience

du Saint-Nom

 

 

 

La présence du Saint-Nom, du Verbe ne dépend pas de nous, mais d'en avoir conscience dépend de nous... Je parle ici de ceux qui ont le moyen de le faire, de ceux qui ont reçue la Révélation, qui ont les outils pour avoir conscience de Sa Grâce. Sinon, si vous n'avez pas ces outils comment faites-vous ? Ces outils sont donnés au cours de la Révélation, une fois ce « Baptême » reçu vous pouvez pratiquer les quatre piliers et observer l'agya et voilà le moyen de prendre conscience.

 

 

C'est votre pratique qui donne sa forme, pour vous, au Saint-Nom. De théorique il devient pratique, réel. Bien sûr que l'on ressent le Saint-Nom même quand on n'a pas eu la Révélation qui est donnée à l'entrée de La Voie. L'Observance, possible seulement après avoir reçu la Révélation, permet de « systématiser » cette perception, de la rendre quotidienne faisant ainsi l'existence une vie spirituelle.

 

 

Quand vous regardez dormir un bébé que vous aimez, ce petit chatouillis au niveau du thymus, au milieu et en haut de la poitrine, c'est le Saint-Nom qui le provoque. Quand vous regardez dans les yeux un être aimé et aimant, vous ressentez ce même sourire-intérieur et vous dites que c'est l'amour, c'est aussi le Saint-Nom. Mais parce que cette conscience vous vient en regardant un être cher, vous dites que c'est l'amour, mais l'amour est un sentiment et le Saint-Nom n'est pas un sentiment. Simplement quand vous ressentez cet amour ça vous met dans une posture intérieure favorable à la perception du Saint-Nom.

 

 

 

L'amour est en vous

 

 

 

Quand vous aimez sincèrement, vous vous oubliez, vous vous donnez, vous placez avant vous quelqu'un d'autre et c'est ainsi que vous vous trouvez dans un état d'âme favorable à l'émergence de la conscience du Saint-Nom. Chaque fois que vous vous oubliez vous ressentez le Saint-Nom et il y a des gens qui sont accros et qui se donnent souvent, le plus possible afin de ressentir cette pleine satisfaction.

 

 

C'est ça que fait la pratique des quatre piliers. Une fois que vous avez demandé à recevoir la Révélation, une fois que vous l'avez reçue et quand vous observez l'agya avec constance, vous entrez dans cette dimension où la conscience du Saint-Nom affleure à la surface. Il na faut, alors, pas grand-chose pour y plonger et en jouir. Il n'est pas nécessaire d'aimer quelqu'un, ni d'être aimé de quelqu'un pour vivre cette satisfaction fondamentale. Ce qui n'empêche pas d'aimer ni d'être aimé, ce qui est toujours beau et épanouissant, mais l'essentiel vient de l'intérieur.

 

 

Vous pouvez éprouver du bonheur, de l'amour, de la satisfaction, vous épanouir à cause de facteurs extérieurs à vous, comme des êtres aimés, des circonstances favorables, des moments d'exception. Vous pouvez, une fois que vous avez reçu la Révélation, tout en observant l'agya, éprouver ce bonheur, mais vous pouvez aussi l'éprouver sans avoir reçu la Révélation, sans même connaître La Voie... ce n'est pas le sujet. Le sujet est de ne pas confondre ce qui vient du dehors, et qu'il n'est pas mauvais de recevoir, d'accepter, et ce qui vient du dedans.

 

 

 

Puiser à la source

 

 

 

La paix intérieure, l'amour sans condition se trouve à sa source, à l'intérieur quand on connaît le moyen d'aller y puiser. Chercher cette paix, cet amour au dehors, chez d'autres êtres et dans des circonstances particulières est une démarche erronée, relativement vaine. Chercher, trouver et aller puiser en soi cette paix et cet amour est la bonne démarche pour celui, celle qui vise la vérité et l'accomplissement spirituel selon l'enseignement de La Voie, délivré par sa parole vivante (le guide).

 

 

Cette démarche n'est pas incompatible avec le fait de rencontrer une personne qui nous chatouille aussi la poitrine et nous donne envie de nous oublier pour elle. Simplement, il s'agit de garder en conscience l'origine de tout amour, de toute paix, de toute joie véritable. Les satisfactions sexuelles, sentimentales, sensuelles, intellectuelles, artistiques, scientifiques, culturelles ne viennent pas du Saint-Nom pas plus que la béatitude (cette paix et cet amour du dedans) ne viendra du dehors. Ce n'est pas, dans la vie d'un Marcheur, d'une Marcheuse ou l'intérieur ou l'extérieur, ça peut être les deux mais à condition de ne jamais oublier l'intérieur.

 

 

« Le Tout est en dehors et en dedans,

il est l'eau de la rivière et son lit, le vent et le ciel,

le vide et le plein, l'avant, le maintenant,

le demain et le toujours. »

Bhaktimàrga 1-1-7

 

 

Tout tourne autour du centre comme les nébuleuses cosmiques tournent autour de leur centre. L'eau aussi tourne autour d'un centre, à cause des forces de Coriolis, c'est cette histoire du yin et du yang. Vous avez un centre, en vous et toute votre vie tourne autour de ce centre. De le connaître vous permet d'aller vous y réfugier et d'y trouver la paix, comme au centre d'un cyclone. Plus vous vous éloignez de ce centre et plus vous êtes entraîné loin de lui. Ce centre, c'est le Saint-Nom, plus exactement votre conscience du Saint-Nom.

 

 

 

Comme un lézard au soleil

 

 

 

La technique du Saint-Nom (une des quatre révélées) vous permet de travailler à ça, à rester concentré vers ce centre. Ce centre est la vacuité. Cette vacuité, si elle est vide de vanité, de pensées, est pleine d'amour, de paix, de sérénité, de calme, de béatitude, de bonheur, de dévotion, de reconnaissance, de sécurité, de satisfaction, de vérité, de lumière. Par la méditation régulière, curieuse, aspirante, quand on s'offre à la méditation, comme le lézard s'offre au soleil, la voile au vent qui souffle, alors on est comme un fétu de paille emporté sur le courant d'un torrent.

 

 

Là on est activement passif, ouvert, prêt à tout sans rien attendre et on se laisse emplir. La vacuité n'a pas de consistance et pourtant quand on lui prête attention, apparaît cet amour et cet amour n'est pas de nous. Il est en nous, mais pas de nous : il est du Saint-Nom, la parole vivante de Dieu qui n'est pas un mot, une phrase, une morale, des commandements, mais une bienveillante volonté toute puissante. Pourtant, sa toute-puissance ne va pas jusqu'à forcer notre libre-arbitre.

 

 

Nous avons toujours le choix, à chaque instant et c'est ce choix, ce libre-arbitre qui fait que nous pouvons nous donner. Sans lui nous ne nous donnerions pas : nous serions emportés malgré nous. Ce libre-arbitre nous permet aussi de nous reprendre, de ne pas nous donner et de choisir les ténèbres, la confusion. L'Observance ça marche ! Mais il s'agit d'avoir plus envie de ça que du reste. C'est le propos de toute une vie. J'ai envie de vous dire que ça demande plus qu'une vie mais je préfère me cantonner à cette vie, celle que vous vivez maintenant.

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #satsang, #spiritualité, #lavoie, #observance, #conscience, #yoga, #béatitude

Partager cet article

Repost0