Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Il y a un instinct de grande influence dans la vie et cet instinct, c’est celui de survie. C'est lui qui génère cette grande peur fondatrice, la peur de mourir et pas seulement : certains effets secondaires de cette peur vous gênent jusqu'au plus profond de vos méditations.

Satsang de sri hans Yoganand ji à propos de spiritualité, de la peur de mourir et de la béatitude.
La peur est un instinct et même avec la conscience de la béatitude on ne peut pas la faire disparaître

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

 

 

Même si vous disposez théoriquement de la liberté de choisir la conscience ou l’inconscience et sa confusion, finalement beaucoup de choses vous échappent et donnent à votre liberté une réalité toute relative. Entre les hormones qui se passent de votre avis pour exercer leurs talents, les événements qui vous contraignent, l’inconscient, les traumas du passé, les résidus qui encombrent votre mental, votre liberté est réduite à portion congrue !

 

 

 

Les instincts

 

 

 

Sans compter les instincts qui dirigent une très grande part de vos comportements sociaux et amoureux… avec, là encore, l’aide des hormones. Pourtant, au fond, quand vous êtes arrivé dans un état de méditation profonde, vous avez le choix entre les pensées, les sentiments et la paix, entre les ténèbres et la lumière, entre le brouhaha et la musique.

 

 

Encore faut-il arriver là et ce n’est pas gagné ! Il y a un instinct qui a une grande influence dans votre vie et dont l’influence pénètre jusqu’à la profondeur de votre Observance, cet instinct, c'est celui de survie. C’est lui qui génère cette grande peur fondatrice, la peur de mourir et pas seulement : certains effets secondaires de cette peur vous gênent jusqu’au plus profond de vos méditations.

 

 

Quand vous avez soif de profondeur et que vous savez comment faire pour plonger profond, vous arrivez, à un moment de votre méditation, à un état de conscience particulier, dans dhyàna : la béatitude et la béatitude ressemble au vide, à la vacuité : elle est vide de pensées, de sentiments, de réflexions, mais pleine de paix. Comme la nature a horreur du vide, comme votre mental a peur de mourir, quand il se trouve face à ce vide de dhyàna, il panique et se retire. Vous savez, comme quand vous êtes sur le point de vous endormir et que vous avez l’impression de tomber et que ça vous fait sursauter.

 

 

 

La peur

 

 

 

Cette peur se manifeste aussi parfois dans la méditation sur la lumière… Quand vous pratiquez la technique « de-la-lumière » et que soudainement la tache blanche que vous voyez s’approche (en fait, c'est votre attention qui se fait plus grande) vous êtes parfois saisi d’une grande peur. Alors, vous sortez brusquement de méditation. Encore le fait de cet instinct de survie !

 

 

L’être-humain se protège, protège sa raison par une carapace de concepts, de croyances, de certitudes, de tabous, de règles. Face aux innombrables dangers de l’existence, face aux incertitudes, à la nescience le mental a besoin de se protéger et cette protection est faite de ces concepts, de ces certitudes. Le mental aura toujours du mal à se débarrasser de ces briques, de ces pierres qui font ce mur derrière lequel il se protège.

 

 

 

Disque dur ou cloud

 

 

 

« Il n’y a pas d’autres vérités que La vérité,

ne confondez pas vérité et véracité. »

 

Bhaktimàrga 1-4-4

 

 

Certains chercheurs, qui veulent arriver à la vérité, travaillent à analyser tout le contenu de leur mental et à trier ce qui est favorable à leur recherche et ce qui ne l’est pas. Mais, quelles connaissances ont-ils pour faire ce tri ? Une erreur et tout se met à dysfonctionner en cascade et ils n’y comprennent vite plus rien. Le besoin vient vite de tout réinstaller à la configuration d’usine. Mais comment faire ?

 

 

Ils cherchent la solution dans leur disque dur, mais c’est impossible : la solution n’est pas dans le disque dur ! C’est lui le problème… la solution est dans le cloud. Pour arriver à ce constat, c'est déjà quelque chose ! Peu de gens en arrivent à ce constat : « Je ne peux rien faire moi-même, j’ai besoin d’aide ». Il en faut de la lucidité et de l’humilité pour en arriver à ce constat.

 

 

Bon, aller dans le cloud pour y trouver la solution, qu’est-ce que ça signifie ? Selon le point de vue de La Voie, aller dans le cloud, c'est méditer…  Le cloud apporte la connaissance non apprise. La réflexion intellectuelle (à partir du disque dur), n’apporte que des connaissances apprises, incapables de dissiper le flou, la confusion du mental. Il faut la connaissance non apprise et cette connaissance vient du « cloud », de la méditation profonde.

 

 

 

Tout vider

 

 

 

Ce qu’il vous faut faire c’est tout vider… ce qui est bon restera accroché, ce qui est inutile et qui vous encombre l’esprit tombera. Mais, beaucoup sont des accumulateurs de concepts compulsifs et ne veulent rien jeter de ce qu’ils ont accumulé. Le principal problème vient de là… de l’attachement. Comment voulez-vous vous libérer, si vous refusez de vous détacher ?

 

 

Le faux-ego prend comme vérités les concepts qui tiennent debout et qui sont partagés par la majorité, mais un concept n’est pas obligatoirement faux ni mauvais : il y a des concepts justes, vrais, mais sont-ils pour autant la vérité ? Non, aucun concept, aussi juste soit-il, ne peut être la vérité, car la vérité n’est pas un concept. La vérité ne se trouve pas dans le disque dur pas plus que dans des livres, aussi saints soient-ils : elle se trouve dans le cloud.

 

 

Des livres parlent de la vérité, certains de ces livres qui en parlent ont été rédigés d’après les paroles d’un maître éveillé du passé et les paroles, que ce maître a dites, venaient du cloud. De les retranscrire fait qu’elles deviennent des concepts… des concepts justes, mais des concepts quand même. Tout ce que ces concepts justes peuvent faire, c’est vous donner l’envie d’aller dans le cloud y voir de plus près !

 

 

Mais, ce cloud, qu’est-ce que c’est ? Seuls ceux qui savent méditer peuvent commencer à comprendre ce qu’est le cloud. Jésus, parlant de Lui, disait le Royaume et il disait que ce Royaume était en dedans de nous ainsi qu'au-dehors… qu’il était partout. « Si ceux qui vous guident vous disent : voici, le Royaume est dans le ciel, alors les oiseaux du ciel vous devanceront ; s’ils vous disent qu’il est dans la mer, alors les poissons vous devanceront. Mais, le Royaume, il est le dedans et il est le dehors de vous » (évangile selon Thomas, logion 3)

 

 

 

Se réinitialiser

 

 

« Qui se garde dans l'Observance reçoit de L'Un Sa Grâce,

se voit libre de tout attachement, comme de toute aversion. »

 

Bhaktimàrga 2-2-19

 

 

Mais où est-il le plus simple d’aller pour le trouver, ce cloud, ce Royaume, Satçitananda  ? (comme on dit en Inde) Au-dehors de soi ou au dedans ? Évidemment au-dedans de soi ! L’ayant trouvé au-dedans de soi on peut, ensuite, le voir partout au-dehors. C’est un état de conscience que l’on trouve quand on est dans la contemplation sans pensée, grâce à la pratique de la méditation profonde.

 

 

Aller dans le cloud, c'est se réinitialiser, revenir à un état de conscience libre de tout malware, virus et autres aberrations provoquées par la nescience. Vous qui avez reçu la Révélation, qui savez comment faire, la solution c’est l’Observance de l’agya, la pratique assidue de ses quatre piliers. Vous qui n’avez pas reçu la Révélation, faites comme vous pouvez ou demandez à recevoir la Révélation, ainsi vous pourrez observer l’agya, pratiquer ses quatre piliers.

 

 

Pour être réaliste, il vous faut bien reconnaître que vous ne serez pas à l’abri de la confusion h24, car vous n’êtes pas des siddhis, même si l’ego-spirituel se plaît à le croire. Mais, en observant bien l’agya, en pratiquant et en vous ménageant des « pauses-Saint-Nom » dans la journée, vous arriverez à évoluer vers une existence pleine de sens, allant vers l’accomplissement. Vous êtes comme vous êtes et n’y pouvez pas grand-chose. Ce qui vous incombe n’est pas de devenir meilleur, mais de rester le plus souvent possible et le plus longtemps possible centré sur l’essentiel par l’Observance assidue des quatre piliers.

 


 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #peur, #spiritualité, #lavoie, #méditation, #bonheur, #satsang, #instinct
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :