Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

English below. Quand vous vous arrêtez, que vous fermez les yeux et que vous méditez, vous êtes dans le présent, la bonne personne qui fait la bonne chose. En étant un peu attentif et avec de la constance, vous commencerez à reconnaître l'unité et que vous faites partie de cette unité. Sortez de l'illusion, de la vanité et cherchez la vérité, l'instant, la paix du Saint-Nom.

Satsang de sri hans Yoganand ji sur la spiritualité, le Saint-Nom, La Voie, la spirituality.
Comme à chat perché, restez à l'abri du Saint-Nom

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir, faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

English below

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

 

Enfant, nous jouions à « chat perché ». C'est un peu ça, la journée d'un disciple assidu de La Voie. Quand on est perché, on ne peut pas être touché, on est à l'abri. C'est ça, être « dans le Saint-Nom ». Quand nous faisions « pouce », nous étions à l'abri. On ferme les yeux, on pratique le Saint-Nom et on est à l'abri. C'est comme si le temps suspendait son vol, que les événements s'arrêtaient. C'est une parenthèse enchantée.

 

La lumière marque la surface d'une pellicule argentique, les vibrations de l'air (le son), changent l'agencement des particules magnétisées, à la surface d'une bande magnétique audio. C'est la même chose pour les événements ; ils influent sur l'état du mental, sur notre humeur.

 

 

L'âme

 

 

Le support intérieur, le fond n'est pas changé par les photons, les sons, ni par les événements. Notre âme n'est pas touchée par les aléas existentiels. Elle est affectée par le mental, quand elle s'identifie à lui, mais pas directement par ce qu'il se passe à l'extérieur. Retrouver la conscience de qui vous êtes, l'âme, c'est vous mettre à l'abri des variations du mental (vrttis).

 

Quand j'étais en pension de la dass, petit, je me faisais « casser la gueule » par des grands. J'avais mal, mais mon âme n'était pas touchée. Mon mental l'était, lui. Quelques jours après la « bourre » que j'avais prise, le mental, désireux de se venger, allait retrouver les grands qui m'avaient frappé. Avec un bâton, je leur assénais des coups et leur jetais les cailloux au visage. S'ils recommençaient, je recommençais. Une fois que j'étais passé pour fou, plus personne ne m’attaquait.

 

Depuis ma plus « tendre » jeunesse, je faisais la différence entre mon corps, mon mental et moi. Je ne voyais pas de différence entre les filles et les garçons, au fond, car je savais qu'une âme n'avait pas de genre, pas plus que de sexe. Comment je savais tout ça ? Parce que mon existence m'avait donné toutes sortes d'occasions de m'ennuyer, en nourrices, dans les aériums, les différents orphelinats, pensionnats où l'on me plaçait.

 

 

Le Saint-Nom

 

 

Savez-vous ce qu'il y a « Au bout de l'ennui » ? La conscience du Saint-Nom, de soi, c'est-à-dire l'âme. Je pouvais dire : « Mon ennui est plus beau que vos jeux ». Début 1975, j'étais âgé de 19 ans, quand j'ai reçu la Révélation de La Voie, au sein d'un ashram, en Inde, et que j'ai commencé la pratique des piliers de l'agya, j'ai reconnu, dans le Saint-Nom, l'ange gardien qui m'avait tenu compagnie, consolé et protégé toute mon enfance.

 

Quand on me frappait, je ne peux pas dire que ça me procurait un grand plaisir, mais c'était mon corps qui était blessé, le mental qui était vexé et qui avait peur, mais moi, l'âme, je savais bien ce qu'il me fallait faire, pour que ces brutes idiotes, comme souvent les brutes, cessent de me frapper et d'essayer de faire de moi, comme ils l'avaient fait à d'autres, leur chose. Je devais les dégoûter de recommencer et c'est ce que j'ai fait et ç'a a fonctionné. On m'a pris pour un fou, mais au moins, j'étais tranquille.

 

Vous, à quoi vous identifiez-vous ? À votre corps, à vos idées, à votre mental ou à votre âme et, croyez-vous encore à l'âme ? Ma question n'est pas de pure forme ; il est particulièrement important que vous vous identifiiez à la bonne personne. Vous faites toutes sortes de choses, chaque jour, mais qui fait ces choses ? Il est important, essentiel de le savoir.

 

Quand vous méditez sur le Saint-Nom (à condition de connaître la technique) c'est la synchronicité de trois éléments : un acte, un instant et une personne. Quand ces trois choses sont en harmonie, la méditation peut être une réalité. Le temps de la méditation, vous êtes la bonne personne qui fait la bonne chose, au bon moment. La personne qui médite, qu'elle est-elle ? Il est essentiel que vous le sachiez.

 

 

Savoir qui l'on est

 

 

Quand vous ne savez pas qui vous êtes, que vous ne vous posez même pas la question, vous êtes dans la confusion et voyez ce qu'est la confusion : on ne sait plus ce qu'est une femme, un homme, le bien et le mal.

 

Quand votre conscience est à la surface des choses, à la surface de votre être, dans les particules magnétiques de la bande, le moindre événement vous touche, vous implique et vous blesse. Cette blessure, qui n'avait aucune raison d'être, dure et perdure ; parfois vous ne vous en relevez pas. La résilience est possible quand vous savez classer les choses selon leur importance. Elle vient aussi quand vous êtes identifié à la bonne personne.

 

Maîtrisez votre mental, votre corps et vous maîtriserez vos sentiments, vos émotions, vos désirs et les blessures du corps, de la vanité, ne s'inscriront pas profondément en vous. Alors, vous serez résilient. Le but de la vie n'est pas la résilience, le bonheur, mais la maîtrise est la voie de la réalisation du but de la vie.

 

Quand vous vous arrêtez, que vous fermez les yeux et que vous méditez, vous êtes dans le présent, la bonne personne qui fait la bonne chose. En étant un peu attentif et avec de la constance, vous commencerez à reconnaître l'unité et que vous faites partie de cette unité.

 

Sortez de l'illusion, de la vanité et cherchez la vérité, la paix du Saint-Nom. Si vous êtes initié à La Voie, n'oubliez-pas l'importance de l'agya. Si vous n'êtes pas initié à La Voie, il est possible de l'être, il suffit de le demander.

 

Je connais des initiés à La Voie, que j'ai initié et qui me demandent comment être plus dans la vérité. Je leur demande s'ils suivent l'agya et ils me répondent : « C'est quoi, l'agya ? ». Pourtant j'en parle tout le temps, dans mes satsang. Mais, lisent-ils le satsang ? Pourtant, c'est un des piliers de l'agya !

 

Les boutons de partage suivent la traduction.

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais je dois préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

 

Stay safe 2

 

 

As a child, we played « Chat perché». That’s a bit of a day for a diligent disciple of The Path. When you are perched, you cannot be touched, you are protected. That is what it means to be “in the Holy-Name”. When we « faisons pouce », we were safe. We close our eyes, practice the Holy-Name and we are safe. It is as if time were suspending its flight, that events stopped. That is an enchanted parenthesis.


Light marks the surface of a silver film, the vibrations of the air (sound), changing the arrangement of magnetized particles, on the surface of an audio magnetic tape. It is the same for events; they affect the state of the mind, our mood.

 

 

The soul

 

 

The inner support, the background is not changed by photons, sounds, or events. Our soul is not affected by existential hazards. It is affected by the mind, when it identifies with it, but not directly by what is happening outside. To regain the consciousness of who you are, the soul, is to put you away from the variations of the mind (vrttis).


When I was in boarding school, when I was a kid, I was “beaten up” by big guys. I hurt, but my soul wasn’t touched. It was my mind. A few days after the «squall» I had taken, the mind, eager for revenge, was going to find the great ones who had struck me. With a stick, I would kick them and throw stones at them. If they did it again, I would do it again. Once I went crazy, no one attacked me.


Since my most «tender» youth, I made the difference between my body, my mind and me. I didn’t see any difference between girls and boys, deep down, because I knew that a soul had no gender, no sex. How did I know all this? Because my existence had given me all kinds of opportunities to get bored, by nursing, in the air spaces, the various orphanages, boarding schools where I was placed.

 

 

The Holy Name

 

 

Do you know what is "at the end of boredom"? The consciousness of the Holy-Name, of oneself, that is, the soul. I could say, "My boredom is more beautiful than your games." At the beginning of 1975, I was 19 years old, when I received the Revelation of The Path, in an ashram in India, and when I began the practice of the pillars of the agya, I recognized, in the Holy-Name, the guardian angel who had kept me company, comforted and protected all my childhood.


When I was hit, I can’t say it was a great pleasure, but it was my body that was hurt, the mind that was upset and scared, but me, the soul, I knew well what I had to do, so that these stupid bullies, like often bullies, stop hitting me and trying to make me, as they did to others, their thing. I had to disgust them from starting over and that’s what I did and it worked. I was taken for a fool, but at least I was quiet.


What do you identify with? With your body, your ideas, your mind or your soul, and do you still believe in the soul? My question is not rhetorical; it is especially important that you identify with the right person. You do all kinds of things every day, but who does these things? It is important, essential to know.


When you meditate on the Holy-Name (provided you know the technique) it is the synchronicity of three elements: an act, an instant and a person. When these three things are in harmony, meditation can be a reality. At the time of meditation, you are the right person doing the right thing, at the right time. The person meditating, what is she? It is essential that you know this.

 

 

Know who you are

 

 

When you do not know who you are, when you do not even ask yourself the question, you are in confusion and see what confusion is: you no longer know what a woman, a man, good and evil is.


When your consciousness is on the surface of things, on the surface of your being, in the magnetic particles of the tape, the slightest event touches you, involves you and hurts you. This wound, which had no reason to be, lasts and endures; sometimes you do not recover. Resilience is possible when you know how to classify things according to their importance. It also comes when you are identified with the right person.


Control your mind, your body and you will control your feelings, your emotions, your desires and the wounds of the body, of vanity, will not be deeply inscribed in you. Then you will be resilient. The goal of life is not resilience, happiness, but mastery is the path to achieving life’s goal.


When you stop, close your eyes and meditate, you are in the present, the right person doing the right thing. By being a little attentive and with constancy, you will begin to recognize unity and that you are part of that unity.


Come out of illusion, from vanity and seek the truth, the peace of the Holy-Name. If you are initiated into The Path, do not forget the importance of the agya. If you are not initiated into the Way, it is possible to be, just ask.


I know initiates to The Path, whom I initiated and who ask me how to be more in the truth. I ask them if they follow the agya and they say, "What is the agya?" Yet I talk about it all the time in my satsang. But, do they read satsang? Yet, it is one of the pillars of agya!

 

 

 

 


This satsang may help you in your spiritual research, I hope, but I must say this: it was said at the house where I live, recorded and then transcribed for the initiates who received the Revelation. The full 'benefit' of this satsang can only be achieved if you have had this Revelation and practice the four pillars. For more information, contact lavoie.eu@gmail.com

 

Tag(s) : #satsang, #Saint-Nom, #méditation, #âme, #spiritualité, #spirituality, #LaVoie, #HansYoganand
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :