Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Grâce à l'Observance de l'agya, la sadhana* de La Voie, grâce aux pauses Saint-Nom c'est comme si vous vous réveilliez d'un rêve. Si le bonheur n'est pas le but de la vie, il permet de vivre mieux et vivre mieux facilite une spiritualité épanouie.

Satsan de sri hans Yoganand ji sur la spiritualité, La Voie, la méditation et la conscience.
Les micro-méditations, dans la journée, corrigent votre trajectoire

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir, faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

Le rêve et la réalité sont des choses différentes. Il vaut mieux avoir une vie de réalité, qu'une vie rêvée. Cela dit, il peut être difficile de distinguer la réalité du rêve. Qu'est-ce qu'une vie de réalité et qu'est-ce qu'une vie rêvée ? Comme maître de La Voie, je peux vous dire qu'une vie de réalité est une vie en conscience du Saint-Nom* et cette définition est vraie.

 

 * Saint-Nom : ce mot désigne plusieurs choses ; ce que Lao-Tseu nommait : « La vertu du Tao », et que la Bible désigne par le nom composé ; « Ruach Élohim », le Nouveau Testament par « Verbe » ou « Parole », « logos ». Ce mot désigne aussi une technique de méditation, la technique « du Saint-Nom ». Enfin, ce mot désigne le feeling ressenti quand on a conscience du Saint-Nom, comme un sourire intérieur qui s'ouvre dans la poitrine. Certains situent ce feeling dans le thymus et l'attribuent aux hormones endorphines. D'après Galien (médecin grec, 129-2012), le thymus était l'organe dans lequel se trouvait l'esprit ou âme.

 

 

Parfois, on rêve, en dormant, qu'une sorte de monstre, qu'un loup nous poursuit et que l'on court sans avancer, comme si nous étions collés. Là, nous avons un exemple de cauchemar, mais souvent, nous faisons des rêves simplement pénibles, qui ne sont pas, à proprement parler, des cauchemars.

 

 

 

Triste humeur

 

 

 

Dans la vraie vie, il nous arrive d'être dans cette sorte d'humeur, comme un rêve pénible. On s'ennuie, le monde, à nos yeux, n'a plus de couleur et nous n'avons plus de perspective. Quand on est dans ce type de rêve, au bout d'un moment, nous nous obligeons à nous réveiller, pour sortir de ce rêve, pour retrouver la réalité. Dans la vraie vie, je veux dire celle que l'on vit dans le monde, comment sortir de cette humeur triste, lourde et grise ?

 

 

Tout à l'heure, je vous ai dit qu'une vie de réalité, c'était une vie en conscience du Saint-Nom. Quand dans la vie, on est comme dans un mauvais rêve, c'est sans doute qu'il ne s'agit pas d'une vie de réalité, qu'il s'agit d'une vie pareille à un mauvais rêve, une vie d'illusion. La solution, pour en sortir, ne serait-elle pas d'avoir conscience du Saint-Nom ? Comment ? En pratiquant la technique du même nom. Quand « on fait le Saint-Nom », on ne se « prend plus la tête ».

 

 

Le Saint-Nom

 

 

 

Je ne veux pas dire que le fait de « faire le Saint-Nom », dans le service ou, plus particulièrement dans les « pauses Saint-Nom » cela rend plus claires nos pensées, et nous permet de trouver une solution. Ce qu'il se passe, c'est que l'on se moque bien de notre humeur, c'est fini.

 

 

La problématique d'une humeur grise, lourde, n'est pas comme celle de savoir si l'on a payé notre loyer, ou notre électricité et qu'une action adaptée règle. L'humeur dont je parle, pareille à un rêve pénible, a son origine dans l'absence de conscience du Saint-Nom. Méditez sur le Saint-Nom et cette absence n'existe plus.

 

 

La mauvaise humeur, telle que je vous l'ai décrite, est plombante, dans la vie de tous les jours. Elle vous démobilise et vous fait voir les choses comme mauvaises, encore plus mauvaises qu'elles ne le sont. Cette humeur ne nécessite pas des actions difficiles, que l'on ne peut pas envisager, faute d'argent, de relations ou que sais-je ? Non, cette humeur, pour disparaître, ne demande qu'une chose ; que la conscience du Saint-Nom revienne.

 

 

 

Se réveiller

 

 

 

Grâce à l'Observance de l'agya, la sadhana* de La Voie, grâce aux pauses Saint-Nom c'est comme si vous vous réveilliez d'un rêve. Si le bonheur n'est pas le but de la vie, il permet de vivre mieux et vivre mieux facilite une spiritualité épanouie. La pratique assidue et régulière d'une sadhana authentique, aide à effacer la grisaille qui vient obscurcir le mental, de temps à autre.

 

* Sadhana : mot Sanskrit signifiant « ce qu'il faut faire » et désignant l'ensemble des pratiques d'une voie spirituelle. (màrga ou tao)

 

 

La vie en général et la spiritualité en particulier se mènent un peu à la « godille », on va un coup à droite et un coup à gauche, qu'importe ; l'important étant de corriger sa trajectoire dès que l'on s’aperçoit qu'elle dévie. La pause Saint-Nom, ces moments, dans la journée, où l'on se pose, où l'on ferme les yeux et où l'on pratique la technique du Saint-Nom quelques instants, sont de bons outils pour corriger une trajectoire déviante.

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais je dois préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #satsang, #SaintNom, #spiritualité, #spirituality, #LaVoie, #hansYoganand, #méditation, #bonheur
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :