Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

English below. Il est coutume de dire que bhakti, la dévotion, est la perle du chemin. C'est vrai ; la dévotion est la perle du chemin. La Bhagavad-Gîtâ et le Bhaktimàrga, par exemple, disent la même chose. Il existe une voie spirituelle, le Bhakti-yoga, qui en a fait sa raison d'être. Pourquoi bhakti, c'est-à-dire le « Trésor de jade », serait la perle du chemin ?

satsang de sri hans Yoganand ji sur la spiritualité, La Voie, l'amour, le Saint-Nom et la dévotion ou bhakti.
L'amour vrai, la paix, la satisfaction, la béatitude sont des effêts du Saint-Nom

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir, faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

English below

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

 

Il est coutume de dire que bhakti, la dévotion, est la perle du chemin. C'est vrai ; la dévotion est la perle du chemin. La Bhagavad-Gîtâ et le Bhaktimàrga, par exemple, disent la même chose. Il existe une voie spirituelle, le Bhakti-yoga, qui en a fait sa raison d'être. Pourquoi bhakti, c'est-à-dire le « Trésor de jade* », serait la perle du chemin ? La dévotion nous fait plus de bien qu'à Dieu ! Dieu n'a pas besoin de notre dévotion, il n'est pas un homme, donc pas un pervers narcissique.

 

*Trésor de jade : « Le sage, sous son apparence banale, cache un véritable trésor, un trésor de Jade. » (Tao-Te-King, extrait de 2.70)

 

Considérez les amoureux... qui profite de l'amour qui fleurit dans son « cœur » ? C'est l'amoureux, pas l'être aimé. Celui qui voit le monde en rose, qui aime tout le monde et marche sur des nuages, c'est celui qui aime. Pour la dévotion, bhakti, c'est la même chose. L'être aimé n'a pas conscience de l'intensité, de la qualité du sentiment qu'on lui porte.

 

Un dévot, amoureux de Dieu, ne pratique pas les piliers de La Voie pour obtenir des avantages, pas même pour être heureux, pour atteindre la Réalisation et la Libération, non, il pratique pour plaire à Dieu et c'est la meilleure démarche pour être dans le non-agir (ou Wu Wei pour Lao-Tseu). Le non-agir (ou service) est le siège de la Réalisation. Donc, quand on pratique de façon désintéressée, on réalise. Ne dirait-on pas un paradoxe ? Comme de se retrouver en s'oubliant !

 

Bhakti nous éclaire comme le soleil éclaire la Lune. Si la Lune brille, ce n'est pas grâce à ses mérites, c'est parce que le soleil l'éclaire. Elle ne fait que refléter sa lumière. Le dévot reflète l'amour de Dieu.

 

Quand on éprouve de l'amour, quel que soit l'objet de cet amour, on expérimente le Saint-Nom, même si l'on ne connaît pas ce mot. C'est comme la paix intérieure ; quand on éprouve de la paix, de la satisfaction, on expérimente le Saint-Nom.

 

Celui qui connaît la technique du Saint-Nom et le feeling du même nom, sait le reconnaître dans toutes ses manifestations et il en ressent de la gratitude. La dévotion commence là, quand on a conscience du Saint-Nom et que l'on ressent, pour lui, de la gratitude, de la reconnaissance.

 

La vérité, évoquée dans certaines écritures, comme la Bhagavad-Gîtâ, les Upanishad, le TaoTeKing, les suttas, le Japji Sahib, le Bhaktimàrga, l'évangile de Jésus, le Yogasûtra, etc* est une, même si les langues, les mots, les époques et les pays sont différents. Je vous propose des versions de ces livres, qui mettent en exergue l'identité de ces enseignements. Vous pouvez les lire et vous faire une idée.

 

*Attention tout de même, à la traduction du livre, car, si vous téléchargez dix Yogasûtras différents, par exemple, vous aurez dix livres différents. Les mots, surtout en Sanskrit, peuvent avoir plusieurs dizaines d'acceptions différentes, selon l'époque, l'école spirituelle et le contexte. Pour bien traduire ce genre de livre, il ne s'agit pas d'être un fin lettré dans la langue originelle, il est nécessaire de pratiquer assidûment la voie spirituelle dont les livres parlent.

 

Profitons de l'amour de Dieu, lui n'a pas besoin d'amour, il en est le producteur ! Maintenant, je veux changer de sujet : on se dit, quand on est disciple de La Voie ; « Je dois réaliser La Voie ou la connaissance ». Qu'est-ce que ça veut dire ? Ça veut dire ; être en conscience du Saint-Nom du lever au coucher, pratiquer la technique tout le temps.

 

Qu'est-ce que ça veut dire ? Être conscient du Saint-Nom du lever au coucher ou pratiquer la technique du Saint-Nom du lever au coucher ? On peut pratiquer la technique et ne rien éprouver, n'avoir conscience de rien, sinon de la technique. Eh bien, ce n'est pas précisé. Je vais vous le dire : la Réalisation, c'est de pratiquer la technique du lever au coucher. Avoir conscience du Saint-Nom, de sa béatitude, c'est autre chose. On peut en avoir conscience sans pratiquer la technique. Quand vous aimez une personne et que vous la regardez dormir, vous avez conscience du Saint-Nom, mais vous ne pratiquez peut-être pas la technique.

 

Le plus important n'est pas d'avoir conscience de la béatitude. Le plus important, c'est d'obéir à Dieu, à son agya et de pratiquer les trois premiers piliers de l'agya* et de suivre les préceptes du quatrième, les angas. C'est ce que fait un dévot. Il ne réfléchit pas aux avantages qu'il pourrait tirer de cette Observance, il le fait par amour pour Dieu.

 

*L'agya est une des composantes de la sadhana de La Voie. Il est fait de quatre piliers, dont trois pratiques comme le service, le satsang et la méditation. Le quatrième pilier, les angas, sont des recommandations d'hygiène de vie, physique et mentale. Une sadhana est un ensemble de choses qui font une voie spirituelle (màrga).

 

Les boutons de partage sont à la suite de la traduction.

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais je dois préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

 

The Pearl of The Path

 

 

It is customary to say that bhakti, devotion, is the pearl of the way. It is true; devotion is the pearl of the way. The Bhagavad-Gita and the Bhaktimàrga, for example, say the same thing. There is a spiritual path, Bhakti-yoga, which has made it its raison d'être. Why bhakti, that is, the «jade treasure*», would be the pearl of the way? Devotion does us more good than to God! God does not need our devotion, he is not a man, so not a narcissistic pervert.


*Jade Treasure: "The wise, in his mundane appearance, hides a real treasure, a Jade Treasure." (Dao-De-Jing, 2.70)


Consider lovers... who enjoys the love that blossoms in their “heart”? It’s the lover, not the loved one. He who sees the world in pink, who loves everyone and walks on clouds, is he who loves. For devotion, bhakti, it is the same thing. The loved one is not aware of the intensity, of the quality of the feeling that we carry.


A devotee, in love with God, does not practice the pillars of The Path to obtain advantages, not even to be happy, to attain Realization and Liberation, no, he practices to please God and this is the best way to be in the inaction (or Wu Wei for Lao-Tzu). The Inaction (or service) is the seat of the Realization. So, when we practice selflessly, we realize. Wouldn’t we say a paradox? Like finding yourself forgotten!


Bhakti illuminates us as the sun illuminates the moon. If the moon shines, it is not because of its merits, it is because the sun illuminates it. It only reflects its light. The devotee reflects God’s love.


When we experience love, whatever the object of that love, we experience the Holy-Name, even if we do not know that word. It’s like inner peace; when you experience peace, satisfaction, you experience the Holy-Name.


He who knows the technique of the Holy-Name and the feeling of the same name, knows how to recognize it in all its manifestations and feels gratitude for it. Devotion begins there, when we are aware of the Holy-Name and feel for it gratitude, gratitude.


The truth, evoked in some scriptures, such as the Bhagavad-Gita, the Upanishad, the Dao-De-Jing, the suttas, the Japji Sahib, the Bhaktimàrga, the gospel of Jesus, the Yogasûtra, etc* is one, even if the languages, words, epochs and countries are different. I propose you versions of these books, which highlight the identity of these teachings. You can read them and get an idea.


*Be careful with the translation of the book, because if you download ten different Yogasûtras, for example, you will have ten different books. Words, especially in Sanskrit, can have several dozen different meanings, depending on the time, the spiritual school and the context. To properly translate this kind of book, it is not a matter of being a literate end in the original language, it is necessary to practice assiduously the spiritual path of which the books speak.


Let us enjoy the love of God, he does not need love, he is the producer! Now I want to change the subject: we say to ourselves, when we are a disciple of The Path; « I must realize The Path or knowledge ». What does it mean? It means to be aware of the Holy-Name from sunrise to sunset, to practice the technique all the time.


What does it mean? To be aware of the Holy-Name of rising at bedtime or to practice the technique of the Holy-Name of rising at bedtime? You can practice the technique and not experience anything, not be aware of anything except the technique. Well, it’s not specified. I will tell you: the Realization is to practice the technique of rising at bedtime. Being aware of the Holy-Name, of his beatitude, is something else. We can be aware of it without practicing the technique. When you love a person and watch them sleep, you are aware of the Holy-Name, but you may not practice the technique.


The most important thing is not to be aware of bliss. The most important thing is to obey God, his agya and to practice the first three pillars of agya* and to follow the precepts of the fourth, the angas. This is what a devotee does. He does not think about the benefits he could derive from this Observance, he does so out of love for God.


*Agya is one of the components of The Path sadhana. It is made up of four pillars, including three practices such as service, satsang and meditation. The fourth pillar, angas, are recommendations for lifestyle, physical and mental hygiene. A sadhana is a set of things that make a spiritual path (màrga).

 

 

 

 


This satsang may help you in your spiritual research, I hope, but I must say this: it was said at the house where I live, recorded and then transcribed for the initiates who received the Revelation. The full 'benefit' of this satsang can only be achieved if you have had this Revelation and practice the four pillars. For more information, contact lavoie.eu@gmail.com

 

Tag(s) : #satsang, #bhakti, #amour, #love, #Dieu, #LaVoie, #spiritualité, #hansYoganand, #agya
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :