Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

English below. Si vous êtes apprenti chez un cuisinier, meilleur ouvrier de France, trois étoiles au guide Michelin et que vous n'écoutez pas ses consignes, à quoi cela vous sert-il de l'avoir comme maître ? Un maître spirituel, c'est la même chose, sauf qu'aucune instance reconnue ne lui a donné ses lettres de noblesse. On reconnaît un arbre à ses fruits.

Satsang de sri hans Yoganand ji sur la spiritualité, les maîtres et gurus et LaVoie.
Un maître spirituel est un maître que l'on doit écouter

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir, faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

English below

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

 

J'ai récemment reçu le courriel d'une personne qui me dit :

 

« Si avant, je faisais peu ou ne faisais pas le Nectar, je prends aujourd'hui conscience que la technique me permet de me recentrer beaucoup plus facilement sur la technique du Saint-Nom.

 

Quand je fais des choses qui me demandent une concentration, comme du vélo, faire le Nectar m'aide à être à ce que je fais avec énergie. Un de tes satsangs, '' Retourner ses sens au dedans '' m'a fait prendre conscience qu'en retournant ses sens vers l'intérieur, on rejoint la conscience du Saint-Nom. En fin de compte, c'est très facile !

 

Ce qui a été mis en nous, pour aller vers Lui, c'est réversible. Ma conscience a comme buté sur ce mot ; '' réversible '' quand je l'ai lu. Eurêka ! Mais, bien sûr ; si nous avons de Lui en nous, en retournant nos sens vers l'intérieur, nous sommes avec Lui. Tout s'éclairci.

 

En pratiquant, on s’aperçoit que l'on voit l'intérieur, avec la technique de la lumière. On entend l'intérieur, avec celle de la musique. On ressent l'intérieur, avec celle du Saint-Nom. Tout ça pour aller en conscience vers ce qui nous constitue. Je n'avais pas compris toute l'importance de tout ça.

 

C'est comme ce que tu disais dans un satsang de bhakti : '' J'aime son amour constant ''. Avant, je comprenais peu cet amour, quoi que je le connaissais, le ressentais. Seulement, quelque chose me manquait, une conscience approfondie. Bien sûr, c'est toujours plus clair quand la conscience s'approfondit. Je suis sans doute longue à la détente.

 

J'ai toujours besoin de décortiquer les choses pour m'apercevoir de leur profondeur. Aujourd'hui, le sens de ton satsang '' Bhakti '', avec le rappel de l'importance du Nectar, renforce ma pratique en la rendant plus profonde. »

 

 

Vous êtes libre

 

 

Je profite de la lecture de ce courriel pour vous rappeler que de faire exactement ce que je vous dis est plutôt une bonne idée. Vous avez le droit de ne pas faire comme je vous dis de faire, mais ça ne fonctionnera pas. Ce que je vous dis de faire, c'est pour vous, pas pour moi.

 

Je n'ai pas les moyens de vous obliger à faire comme je vous dis de faire et c'est très bien ; l'être-humain est doué du libre arbitre. Dieu veut qu'il fasse le bien de sa propre volonté. Le père du fils prodigue, de la Bible (Luc 15 : 11 à 32), n'est pas parti à la recherche de son fils parti. Pourtant, quand ce fils lui est revenu, il l'a accueilli avec joie et a même tué le veau gras pour lui.

 

C'est ça l'utilité d'un maître spirituel, il n'est pas là seulement pour vous révéler les techniques de méditation. La grande majorité des initiés, après qu'ils ont reçu les techniques, ne me recontactent plus. Pourtant, je suis là pour les aider. S'ils lisent les satsangs que je donne, je les aide par ce biais. Le satsang fait partie des piliers de La Voie, ce n'est pas pour rien.

 

Si vous êtes apprenti chez un cuisinier, meilleur ouvrier de France, trois étoiles au guide Michelin et que vous n'écoutez pas ses consignes, à quoi cela vous sert-il de l'avoir comme maître ? Un maître spirituel, c'est la même chose, sauf qu'aucune instance reconnue ne lui a donné ses lettres de noblesse. On reconnaît un arbre à ses fruits. Quels sont les fruits d'un maître ? Son enseignement.

 

Cette disciple, qui m'a adressé ce courriel, que je vous ai lu au début, je lui avais dit de pratiquer le Nectar en même temps que le Saint-Nom, tout au long de la journée, autant que possible (« À l'impossible, nul n'est tenu »). Je ne lui tiens pas rigueur de son petit temps de retard, je ne tiens absolument pas que l'on fasse immédiatement ce que je demande, plus encore ; je ne tiens pas que l'on fasse ce que je dis. Mes agyas (consignes) sont destinés à votre réalisation, pas à la mienne.

 

Exercez votre libre arbitre en prenant, dans ce que je vous dis, ce qui vous plaît et en refusant ce qui ne vous plaît pas, c'est vous qui voyez.

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais je dois préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

 

Faites ce que je vous dis

 

 

I recently received an email from someone who says:


"If I used to do little or no Nectar, I am now aware that the technique allows me to focus much more easily on the technique of the Holy-Name.


When I do things that require me to concentrate, like biking, doing the Nectar helps me to be what I am doing energetically. One of your satsangs, '' Turning Your Senses Inside '' made me realize that by turning your senses inward, you reach the consciousness of the Holy-Name. In the end, it’s very easy!


What was put in us, to go to Him, is reversible. My consciousness stumbled upon this word; '' reversible '' when I read it. Eureka! But, of course; if we have Him in us, turning our senses inward, we are with Him. Everything is clarified.


In practice, we see that we see the interior, with the technique of light. We hear the interior, with that of music. We feel the interior, with that of the Holy-Name. All this to go in consciousness towards what constitutes us. I didn’t realize how important this was.


It’s like what you said in a bhakti satsang: 'I love his constant love ''. Before, I had little understanding of this love, whatever I knew, felt it. Only, something was missing, a deeper awareness. Of course, It’s always clearer when the consciousness deepens. I’m probably slow to relax.


I always need to unpack things to see how deep they are. Today, the meaning of your satsang '' Bhakti '', with the reminder of the importance of Nectar, strengthens my practice by making it deeper. "

 

You are free

 

I would like to take this opportunity to remind you that doing exactly what I am telling you is a pretty good idea. You have the right not to do what I’m telling you to do, but it won’t work. What I’m telling you to do is for you, not for me.


I don’t have the means to force you to do as I tell you to do and that’s fine; the human being is endowed with free will. God wants him to do good of his own free will. The father of the prodigal son, of the Bible (Luke 15:11-32), did not go in search of his departed son. Yet, when this son returned to him, he welcomed him with joy and even killed the fat calf for him.


This is the usefulness of a spiritual master, he is not only there to reveal to you the techniques of meditation. The vast majority of initiates, after they have received the techniques, no longer contact me. Yet, I am there to help them. If they read the satsangs I give, I help them through it. Satsang is one of the pillars of The Path, not for nothing.


If you are apprenticed to a cook, the "Meilleur ouvrier de France", "Trois étoiles au Michelin" and you do not listen to his instructions, what is the point of having him as a master? A spiritual master is the same thing, except that no recognized authority has given him his nobility. A tree is recognized by its fruits. What are the fruits of a master? His teaching.


This disciple, who sent me this e-mail, which I read to you at the beginning, I had told her to practice the Nectar at the same time as the Holy-Name, throughout the day, as much as possible (« Nobody is held to the impossible »). I do not hold him to account for his little delay, I do not hold him to account at all for doing immediately what I ask, and even more; I do not hold him to account for what I say. My agyas (instructions) are for your realization, not mine.


Exercise your free will by taking, in what I tell you, what you like and refusing what you do not like, it is you who see.

 

 

 

 


This satsang may help you in your spiritual research, I hope, but I must say this: it was said at the house where I live, recorded and then transcribed for the initiates who received the Revelation. The full 'benefit' of this satsang can only be achieved if you have had this Revelation and practice the four pillars. For more information, contact lavoie.eu@gmail.com

 

Tag(s) : #satsang, #maître, #disciple, #spiritualité, #spirituality, #HansYoganand, #LaVoie
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :