Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Si vous êtes apprenti chez un cuisinier, meilleur ouvrier de France, trois étoiles au guide Michelin et que vous n'écoutez pas ses consignes, à quoi cela vous sert-il de l'avoir comme maître ? Un maître spirituel, c'est la même chose, sauf qu'aucune instance reconnue ne lui a donné ses lettres de noblesse. On reconnaît un arbre à ses fruits.

Satsang de sri hans Yoganand ji sur la spiritualité, les maîtres et gurus et LaVoie.
Un maître spirituel est un maître que l'on doit écouter

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir, faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

 

J'ai récemment reçu le courriel d'une personne qui me raconte des choses :

 

 

« Si avant, je faisais peu ou ne faisais pas le Nectar, je prends aujourd'hui conscience que la technique me permet de me recentrer beaucoup plus facilement sur la technique du Saint-Nom.

 

 

Quand je fais des choses qui me demandent une concentration, comme du vélo, faire le Nectar m'aide à être à ce que je fais avec énergie. Un de tes satsangs, '' Retourner ses sens au dedans '' m'a fait prendre conscience qu'en retournant ses sens vers l'intérieur, on rejoint la conscience du Saint-Nom. En fin de compte, c'est très facile !

 

 

Ce qui a été mis en nous, pour aller vers Lui, c'est réversible. Ma conscience a comme buté sur ce mot ; '' réversible '' quand je l'ai lu. Eurêka ! Mais, bien sûr ; si nous avons de Lui en nous, en retournant nos sens vers l'intérieur, nous sommes avec Lui. Tout s'éclairci.

 

 

En pratiquant, on s’aperçoit que l'on voit l'intérieur, avec la technique de la lumière. On entend l'intérieur, avec celle de la musique. On ressent l'intérieur, avec celle du Saint-Nom. Tout ça pour aller en conscience vers ce qui nous constitue. Je n'avais pas compris toute l'importance de tout ça.

 

 

C'est comme ce que tu disais dans un satsang de bhakti : '' J'aime son amour constant ''. Avant, je comprenais peu cet amour, quoi que je le connaissais, le ressentais. Seulement, quelque chose me manquait, une conscience approfondie. Bien sûr, c'est toujours plus clair quand la conscience s'approfondit. Je suis sans doute longue à la détente.

 

 

J'ai toujours besoin de décortiquer les choses pour m'apercevoir de leur profondeur. Aujourd'hui, le sens de ton satsang '' Bhakti '', avec le rappel de l'importance du Nectar, renforce ma pratique en la rendant plus profonde. »

 

 

 

Vous êtes libre

 

 

 

Je profite de la lecture de ce courriel pour vous rappeler que de faire exactement ce que je vous dis est plutôt une bonne idée. Vous avez le droit de ne pas faire comme je vous dis de faire, mais ça ne fonctionnera pas. Ce que je vous dis de faire, c'est pour vous, pas pour moi.

 

 

Je n'ai pas les moyens de vous obliger à faire comme je vous dis de faire et c'est très bien ; l'être-humain est doué du libre arbitre. Dieu veut qu'il fasse le bien de sa propre volonté. Le père du fils prodigue, de la Bible (Luc 15 : 11 à 32), n'est pas parti à la recherche de son fils parti. Pourtant, quand ce fils lui est revenu, il l'a accueilli avec joie et a même tué le veau gras pour lui.

 

 

C'est ça l'utilité d'un maître spirituel, il n'est pas là seulement pour vous révéler les techniques de méditation. La grande majorité des initiés, après qu'ils ont reçu les techniques, ne me recontactent plus. Pourtant, je suis là pour les aider. S'ils lisent les satsangs que je donne, je les aide par ce biais. Le satsang fait partie des piliers de La Voie, ce n'est pas pour rien.

 

 

Si vous êtes apprenti chez un cuisinier, meilleur ouvrier de France, trois étoiles au guide Michelin et que vous n'écoutez pas ses consignes, à quoi cela vous sert-il de l'avoir comme maître ? Un maître spirituel, c'est la même chose, sauf qu'aucune instance reconnue ne lui a donné ses lettres de noblesse. On reconnaît un arbre à ses fruits. Quels sont les fruits d'un maître ? Son enseignement.

 

 

Cette disciple, qui m'a adressé ce courriel, que je vous ai lu au début, je lui avais dit de pratiquer le Nectar en même temps que le Saint-Nom, tout au long de la journée, autant que possible (« À l'impossible, nul n'est tenu »). Je ne lui tiens pas rigueur de son petit temps de retard, je ne tiens absolument pas que l'on fasse immédiatement ce que je demande, plus encore ; je ne tiens pas que l'on fasse ce que je dis. Mes agyas (consignes) sont destinés à votre réalisation, pas à la mienne.

 

 

Exercez votre libre arbitre en prenant, dans ce que je vous dis, ce qui vous plaît et en refusant ce qui ne vous plaît pas, c'est vous qui voyez.

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais je dois préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #satsang, #maître, #disciple, #spiritualité, #spirituality, #HansYoganand, #LaVoie
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :