Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce n'est pas parce que l'on est convaincu que l'illusion est réelle qu'elle l'est. Sur quoi allons-nous baser notre vérité ? Sur ce qui change sans cesse ou sur quelque chose d'immuable ? La réalité provisoire de notre enfance, comme celle d'aujourd'hui, sont dessinées sur le même fond : L'Unité du Tout, jamais née et immortelle.

satsang de sri hans Yoganand ji sur la spiritualité, La Voie, la vérité et l'illusion.
Chacun voit la réalité en fonction de son regard

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

 

 

Quand une personne a une hallucination, que ce soit à cause d'une maladie mentale ou d'un produit absorbé, ce qu'elle voit est, pour elle, vrai. Elle est capable de tuer quelqu'un à cause de ce qu'elle voit, entend. Certaines personnes se jettent du haut d'un immeuble, se croyant capables de voler.

 

 

Quand on rêve et que ce rêve est très réaliste, on ne se demande pas s'il s'agit d'un rêve ou de la réalité. On ne se pose pas la question ; on est certain que l'on vit la réalité. Quand on se réveille, on constate que l'on rêvait et que la réalité est ce que l'on voit au réveil.

 

 

La réalité est un rêve. Ce n'est pas parce que c'est fort et que ça nous mobilise complètement que c'est vrai. Ce qui est vrai, c'est ce qui ne change pas. Tout dépend de la vérité et la vérité ne dépend de rien ni de personne.

 

 

« L'Unité ne meurt pas ; elle est le Tout, à l'origine des racines du ciel et de la Terre, sans fin et toujours nouvelle. » (Tao-Te-King 1.6)

 

 

L'illusion (ou maya) est comme une hallucination, un rêve. Elle naît dans l'esprit de celui qui la voit et la projette sur tout.

 

 

 

Vie et mort

 

 

 

Tout ce qui est né mourra. Ce n'est pas la durée de vie qui fait la réalité. Un papillon est aussi réel et aussi éphémère qu'une planète qui vit dix milliards d'années. Quand quelque chose cesse, c'est comme s'il n'avait jamais existé, qu'il ait vécu une journée ou dix milliards d'années.

 

 

Tout ce qui est né mourra et tout ce qui meurt est éphémère, illusoire. « Rien ne se perd, rien ne se crée : tout se transforme » (Lavoisier,1743-1794). Le Tout ou Unité ou encore le Tao (pour Lao-Tseu) n'est pas concerné par ces vies, ces durées, ces transformations d'états ; il reste depuis toujours et pour toujours un continuum infini contenant tout.

 

 

« Indéfinissable, immatérielle, en tout, constamment, l'Unité du Tout existait avant le ciel et la Terre. Elle est à l'origine de tout. Invisible, elle est infinie, immobile et partout en même temps. » (Tao-Te-King, extrait de 1.25)

 

 

Notre nature animale nous pousse à prioriser ce qui se voit, avec les yeux ouverts, ce qui se touche, avec la peau, ce qui se sent, ce qui s'entend au-dehors et ce qui se goûte dans la dimension phénoménale*.

 

*Phénoménal : qui appartient aux phénomènes, qui peut se voir, s'entendre.

 

 

 

Réalité relative

 

 

 

Notre appréhension du monde dépend de nos sens. Le monde d'une mouche n'est pas celui d'un aigle, d'un chat ou que le nôtre. Lequel serait le plus vrai ? Tous sont vrais, pour l'être qui les perçoit, le temps qu'il est en vie. Le monde d'un être disparaît avec lui.

 

 

La vie d'un Homme se base sur une durée de cent ans, mais la vie d'une montagne n'est pas à la même échelle et celle d'une civilisation non plus. Quand on retourne, âgé, dans un endroit que nous avons connu enfant, on ne reconnaît rien. Même le ruisseau, où nous pêchions la truite, a disparu, remplacé par un parking, un lotissement et une zone commerciale.

 

 

Ce n'est pas parce que l'on est convaincu que l'illusion est réelle qu'elle l'est. Sur quoi allons-nous baser notre vérité ? Sur ce qui change sans cesse ou sur quelque chose d'immuable ? La réalité provisoire de notre enfance, comme celle d'aujourd'hui, sont dessinées sur le même fond : L'Unité du Tout, jamais née et immortelle.

 

 

 

La vérité

 

 

 

Sans se désintéresser de la relativité provisoire d'aujourd'hui, qui est l'eau de notre aquarium, il est bon de s'intéresser à la vérité immuable et éternelle. Pas à la place, mais en même temps, ainsi notre vie prendra toute sa dimension. Pour s'intéresser à la vérité, il est besoin de la connaître.

 

 

J'entends le chœur des chagrins dire, à l'unisson, que personne ne détient la vérité. Je les entends, mais me demande si c'est vrai. Ce que je sais, c'est que si personne ne détient la vérité, il est possible de la connaître et de la montrer à ceux qui ne la connaissent pas, pour qu'ils la connaissent.

 

 

Je sais que notre vie n'a pas commencé à notre naissance et ne se terminera pas à notre mort. Comment je le sais ? Parce que, sans la détenir, je connais la vérité. Que je vous dise : la vérité ne se connaît pas en théorie, par la lecture de livres qui en parlent.

 

 

Elle se connaît en pratique, intimement. Ce n'est pas parce que vous avez lu un livre sur l'Altaï que vous connaissez ses montagnes. La vérité se vit à travers une sadhana, c'est-à-dire l'ensemble des pratiques qui forment une voie spirituelle authentique (màrga).

 

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais je dois préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #satsang, #LaVoie, #HansYoganand, #vérité, #Dieu, #méditation, #spiritualité, #spiritual, #illusion
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :