Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le fait d'obéir battrait en brèche, selon certains, la notion de liberté. Ce mot, cette notion est devenue le Saint Graal. Pourtant, la liberté n'existe pas et elle n'a jamais existé. Qui peut dire : « Je suis libre » ? On a peut-être une certaine liberté de penser, relatif, car sommes-nous vraiment les maîtres de nos pensées ?

Satsang de sri hans Yoganand ji sur la spiritualité, la liberté, La Voie, le racisme, etc.
La liberté est-elle pour tout le monde ?

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

 

 

 

Le mot « obéir » n'a rien à voir avec le sens qu'on lui donne aujourd'hui. Quand on cherche ses origines, on arrive au sanskrit, au Grec, au latin et l'on constate qu'il a été inventé pour dire « s'engager en connaissance de cause ». Il y a beaucoup de mots qui n'ont plus le sens qu'ils avaient à l'origine, comme « manichéen ».

 

 

Manichéen signifie, aujourd'hui, « sans nuances, brutal, aveugle, injuste ». À l'origine, le mot manichéen désignait la religion fondée par Mani (216-274 ou 277), en Perse, inspirée par la mystique du buddha et de Jésus. Il était un éveillé, au même titre que le buddha Gautama, et que Patanjali.

 

 

 

Les mots déformés

 

 

 

Le mot guru, désigne un enseignant spirituel. Il existe une école traditionnelle, en Inde, la gurukula, qui fixe les relations entre le maître (guru) et son ou ses élèves. Aujourd'hui, en occident, on a le mot gourou. Le mot guru se prononce « gourou », alors on s'est mis à l'écrire ainsi.

 

 

Ce mot, aujourd'hui, parle d'un manipulateur pervers, néfaste. Il est devenu impossible de faire comprendre qu'un guru n'est pas un pervers narcissique. Plus une erreur est répétée, par les journaux, les réseaux sociaux, les commentateurs et plus elle devient la vérité et la vérité une erreur.

 

 

C'est pareil pour le mot « obéir ». Quand Don Camillo dit, par téléphone, à son supérieur, qui lui enjoint de revenir à Rome, « j'obéis », il ne s'humilie pas. Un prêtre, comme un moine, a fait vœu d'obéissance et quand il obéit, il respecte ses vœux, simplement. Il ne se sent pas humilié, ou alors en pensant humilité. L'humilité est un des éléments clés de la spiritualité authentique, avec la simplicité, le détachement, la soif et la constance.

 

 

Le fait d'obéir battrait en brèche, selon certains, la notion de liberté. Ce mot, cette notion est devenue le Saint Graal. Pourtant, la liberté n'existe pas et elle n'a jamais existé. Qui peut dire : « Je suis libre » ? On a peut-être une certaine liberté de penser, relatif, car sommes-nous vraiment les maîtres de nos pensées ? Nous pouvons être plus ou moins autonomes, mais libres ? Un parent est-il libre ? Oui, un mauvais parent, mais un bon ? Un salarié est-il libre ? Un automobiliste est-il libre ? Un citoyen est-il libre ?

 

 

 

La liberté

 

 

 

C'est comme « Liberté, égalité, fraternité ». Nous avons vu ce qu'il en était de la liberté et l'égalité ? Ici il s'agit de l'égalité devant la loi ; riche ou pauvre, la loi appliquera le même traitement à chacun. On ne dit pas que tous les Hommes doivent avoir le même revenu, qu'il n'y aura plus de riches et de pauvres. Pour ce qui est de la fraternité… Quand on voit certaines familles.

 

 

Pour la liberté, qui fait défiler tant de personnes dans la rue, c'est une illusion : personne n'est libre, ni le roi, ni les parents, ni les riches. Les seules personnes libres sont celles qui maîtrisent (samyama) leurs pensées, leurs émotions, leurs pulsions et leurs désirs. La seule liberté réaliste est celle vis-à-vis de soi-même. C'est un des propos de la spiritualité authentique : maîtriser son mental et agir en mettant la raison en avant (Sattva). Maintenir ses pulsions, ses désirs (rajas) sous la domination de la raison.

 

 

Les seules personnes libres sont celles dont les passions, les pulsions, les désirs et les pensées sont tenues en laisse par la raison.

 

 

Certains proclament qu'ils ont « leur liberté de penser », oui, ils ont la liberté de penser. Cependant, il y a une liberté qu'ils n'ont pas : la liberté de ne pas penser. Souvent, les pensées sont autonomes, ce n'est pas nous qui pensons, mais le cerveau, en roue libre. Doit-on toujours écouter nos pensées et tenir compte de tout ce qu'elles nous disent ?

 

 

Quand les pensées, les émotions deviennent trop nombreuses, on est dans la confusion, on ne sait plus ni quoi ni qu'est-ce. C'est ainsi que l'on ne sait plus ce qu'est un homme, ce qu'est une femme, ce qui est bien et ce qui est mal. Toutes ces choses sont laissées à la liberté de penser. Pas de dire : on a le droit de penser, mais on ne peut pas tout dire. Par exemple, on ne peut pas dire que l'on n'aime pas les homosexuels. On ne peut pas dire que l'on n'aime pas les noirs ou les Arabes.

 

 

Ce n'est pas bien, de ne pas aimer les noirs, les Arabes et les homosexuels, c'est raciste et le racisme, c'est mal. On n'est pas libre d'être raciste. On est libre d'être ce que l'on nous dit d'être. La morale ne se fait plus au catéchisme, mais sur les médias et les réseaux sociaux.

 

 

Ne pas aimer l'homosexualité et frapper une personne parce qu'elle est homosexuelle, ce n'est pas pareil, non ? La même chose pour les noirs et les Arabes. Dire : « L'islamisme est dangereux » est-ce la même chose que de dire :  « Tous les musulmans sont des terroristes » ? Mais, est-ce que de frapper un homme hétérosexuel (cisgenre) blanc, c'est bien ? Frapper c'est mal en général, sauf si c'est pour se défendre ou pour défendre une personne vulnérable. (voir les angas)

 

 

La confusion règne sur nos pays et sur nous-mêmes parce que l'on veut être libre, mais que l'on ignore ce qu'est la vraie liberté, celle que l'on a vis-à-vis de soi-même.

 

 

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais je dois préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #satsang, #spiritualité, #méditation, #HansYoganand, #liberté, #obéir
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :