Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Quand tout change, tout bouge, on est inquiet. On a soif de stabilité, de sécurité. Plus on vieillit et plus on en a besoin. C'est pour ça que les jeunes se moquent des vieux, avec leurs horaires de la soupe et leurs chaussons, en oubliant que bientôt ce seront eux, les vieux.

satsang de sri hans Yoganand ji sur la spiritualité, l'âme, la vérité et La Voie.
Pour être heureux il faut raison garder et cesser de se fier à nos émotions

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

 

 

 

Tout change tout le temps, sauf l'essentiel. Le monde, les mentalités, les gens changent. Quand on voit des photos de personnes connues, au temps de leur splendeur, et aujourd'hui, on ne les reconnaît pas et l'on se demande si nous-même avons autant changé.

 

 

 

Véritable identité

 

 

 

Quand on connaît sa véritable identité et que l'on se considère en tant que tel, on ne se sent pas vieillir. Peut-être est-ce ainsi pour la plupart des gens, après tout. Notre véritable « soi » c'est l'âme et elle ne change pas. Elle se raffine, à force d'incarnations, sur le « chemin du retour » à la maison. Néanmoins, sa nature, ses qualités ne changent pas.

 

 

C'est l'âme que l'on veut retrouver en cherchant l'enfant intérieur. On oublie alors que « nous », c'est elle ! On s'identifie au mental, à ses pensées, ses émotions. On s'identifie à nos connaissances apprises, à notre personnalité, à notre corps, à ce que les autres pensent de nous et à notre rôle social.

 

 

 

Nostalgie et fascisme

 

 

 

Quand on voit les phénomènes sociaux, politiques d'aujourd'hui, on s'étonne et l'on regrette les valeurs des temps passés. On est alors considéré comme réactionnaire, si ce n'est fasciste et poursuivi par des ados attardés, fils et filles de bourgeois, qui luttent contre les fascistes (les antifas).

 

 

Il n'y a pas de fascistes, il n'y a que des gens qui regrettent le temps béni où tout était plus simple : il y avait des hommes, des femmes et des homosexuels, des Français et des étrangers, des riches et des pauvres. C'est un exemple, il y en a d'autres, par exemple, l'école, avec ses ardoises, ses tables de multiplication, son éducation civique et sa morale quotidienne, ses dictées, ses problèmes, son calcul mental et nos ancêtres les gaulois.

 

 

Les vieux

 

 

 

Quand tout change, tout bouge, on est inquiet. On a soif de stabilité, de sécurité. Plus on vieillit et plus on en a besoin. C'est pour ça que les jeunes se moquent des vieux, avec leurs horaires de la soupe et leurs chaussons, en oubliant que bientôt ce seront eux, les vieux.

 

 

Je suis vieux et j'en mange de la soupe, à heure fixe. Je ne porte pas de pantoufles, mais j'aimerais bien ! Pourtant, à 18 ans, je suis parti pour les Indes en auto-stop, sans papiers d'identité, sans argent et j'y suis arrivé. J'y ai vécu deux ans, au sein d'un ashram.

 

 

J'en ai eu des aventures, mais les jeunes qui me voient me traitent de pépé ! Surtout que je vis dans les Landes de Gascogne, au sud-ouest de la France et que je porte le béret régional et la barbe !

 

 

 

Ce qui dure toujours

 

 

 

En moi, la douceur de la béatitude, de la conscience du « Saint-Nom » est toujours la même. Je la vivais enfant, avant d'avoir reçu l'initiation, en Inde, aux techniques de La Voie et de pouvoir méditer comme on peut, avec elles. Depuis 1975, que je pratique la sadhana* de La Voie, j'ai dans ma vie quelque chose de stable, qui dure et semble ne jamais devoir changer.

 

*Sadhana : mot sanskrit signifiant « Ce qu'il faut faire » et désignant l'ensemble des pratiques d'une voie spirituelle. (màrga)

 

 

Quand je lis les livres anciens, comme le Tao-Te-King, la Bhagavad-Gîtâ ou « Le chant de l'éveillé » et d'autres ouvrages, je constate que la mentalité humaine n'a pas changé, un peu plus aujourd'hui, avec internet et les réseaux sociaux. Je constate aussi que la vérité (universelle), la spiritualité est toujours pareille. L'initiation que j'ai reçue, que je donne aujourd'hui à qui me la demande, est la même que celle qui était donnée il y a des milliers d'années, en Inde et ailleurs.

 

 

Avec l'expérience, je constate que la conscience du Saint-Nom a le goût, le parfum, la densité et la tessiture du bonheur, du vrai bonheur. De là à en conclure que c'est le vrai bonheur, il n'y a qu'un pas. Ne confondez pas bonheur et satisfaction, bonheur et plaisir, bonheur et joie, bonne humeur.

 

 

La conscience du Saint-Nom ou béatitude est le vrai bonheur. Cette conscience ne vient pas obligatoirement et uniquement du fait d'avoir été initié à La Voie et d'observer sa sadhana, elle vient aussi de choses simples, du quotidien, quand on s'oublie un peu.

 

 

Besoin de sécurité

 

 

 

Aujourd'hui, il est plus que jamais nécessaire d'établir notre existence sur des fondations solides. Ces dernières sont faites de la conscience ouverte à la vérité de l'instant. Il y a des risques de devenir fou. Voyez quelle confusion règne sur notre monde occidental.

 

 

Je ne veux pas trop vous donner d'exemples concrets, pour ne pas heurter certaines de vos convictions, mais je vous assure que, quand on connaît et que l'on fréquente la constante de la vie, on s'aperçoit de la folie d'aujourd'hui. Un exemple pourtant : une personne a dit, sérieusement, qu'il n'était pas nécessaire d'être un homme pour être un père. Alors, on peut argumenter à ce propos, sur le genre et toutes ces sortes de choses, mais que c'est compliqué et la vérité (spirituelle) n'est pas compliquée. Cherchez la simplicité et vous rencontrerez la vérité, car elle existe.

 

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais je dois préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #satsang, #LaVoie, #béatitude, #bonheur, #hansYoganand, #folie, #peur
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :