Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La liberté est une illusion. Croyez-vous qu'un parent est libre ? Croyez-vous être libre de ne plus travailler ? De rouler à la vitesse que vous voulez ? Croyez-vous que vous êtes libre de faire ce que vous voulez de l'argent que vous gagnez ?

Satsang de sri hans Yoganand ji sur la liberté, le détachement, le non-agir et le service.
pas de vrai liberté sans vrai détachement

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

 

 

Dans les arts martiaux, on apprend par cœur des enchaînements de mouvements. Pour le piano, c'est pareil. Pour beaucoup de choses, c'est la même chose : on apprend par cœur et l'on répète sans fin.

 

 

Pour les arts martiaux, cet apprentissage sans cesse répété permet, quand on est agressé physiquement, de répondre sans réfléchir, laissant toute peur à plus tard. Dans la pratique de La Voie, cet exemple se rapporte au service*. Quelle est l'utilité du service ? Elle est multiple ; grâce à lui, on reste en contact avec l'harmonie de l'Unité, dans sa vie quotidienne et ça donne une autre couleur, lumière et parfum à l'existence. Le service permet aussi de se préparer à la méditation assise. Pour finir, c'est aussi une façon de se mettre hors du karma ou « loi d'action-réaction ».

 

*Service : un des quatre piliers (angas) de la sadhana*. Le service correspond au « non-agir », ou « Wu Wei » de Lao-Tseu, consistant à agir tout en gardant une part de son attention (ou conscience) dans la pratique d'une technique particulière, sorte de méditation en action. Dans la Bhagavad-Gîtâ, le « non-agir » est l'abandon du fruit de ses actes, ou « service ».

 

*Sadhana : mot sanskrit signifiant : « Ce qu'il faut faire » est désignant l'ensemble de ce qui compose une pratique spirituelle, ou « voie » (màrga). Sur La Voie, la sadhana est l'agya.

 

 

 

Non-agir ou service

 

 

 

Le « non-agir », ou « service » ou « Wu Wei », à quoi ça sert ? Il permet de faire comme Lao-Tseu préconisait. Dans quel but ? Pour atteindre la conscience de l'Unité, du Tout ou Tao. Une incarnation ou existence, sans conscience de l'Unité est comme un jour sans soleil. Le service est en même temps, le chemin et le but. C'est le chemin vers la réalisation et la réalisation en même temps.

 

 

La réalisation, c'est rendre réelle la présence de l'harmonie de l'Unité (ou Dieu) dans sa vie quotidienne. Quand on a conscience de cette harmonie (ou Saint-Nom) c'est dans l'instant et l'instant se renouvelle sans cesse. C'est pourquoi on ne peut pas, en un instant « T », dire : « J'ai réalisé ! ». Parce que l'instant d'après il faut recommencer en pratiquant la technique qui le permet (la technique dite « du Saint-Nom »).

 

 

Pour les initiés, pratiquants de La Voie je rappelle qu'il n'y a pas seulement la volonté d'être le plus souvent et le plus longtemps possible « dans le Saint-Nom », c'est-à-dire dans la pratique de la technique, il y a aussi le souci de faire le mieux possible ce que l'on doit faire et quand on doit le faire.

 

 

Il y a des aides, pour y arriver ; ce sont les « pauses Saint-Nom », ces moments, dans la journée, où vous cessez toute activité, pour vous asseoir, fermer les yeux et pratiquer le « Saint-Nom » durant une ou deux minutes. Faites ça plusieurs fois par jour, cinq fois, par exemple. Vous pouvez aussi fermer les yeux, pratiquer le « Saint-Nom » quelques secondes, quand vous changez d'activité, par exemple, avant de commencer à faire la vaisselle ou, avant de démarrer votre véhicule, avant de manger, à la fin du repas, etc.

 

 

 

Vrai détachement

 

 

 

En vérité, le service, ou « non-agir » a une utilité fondamentale, dont je n'ai pas encore parlé, c'est d'être dans le vrai détachement. On ne peut pas se détacher sans avoir quelque chose d'autre à quoi s'attacher. Prenez un bébé qui joue avec votre smartphone. Si vous voulez qu'il s'en détache, qu'il le lâche, tendez-lui un autre objet. Le bébé convoitera cet objet que vous lui tendez, et il lâchera votre smartphone.

 

 

Si vous désirez vous détacher des pensées, des concepts, de l'illusion, attrapez le Saint-Nom, la pratique de la technique homonyme. Ainsi, vous serez dans le vrai détachement. Pourquoi faire ? « ...renoncez au luxe, au profit et les voleurs disparaîtront et soyez sûr de la vanité des apparences, c'est le vrai détachement. Soyez simple, fidèle à vous-même. Rejetez la vanité, les désirs et La Voie s'ouvrira. » (Tao-Te-King, extrait de 1.19)

 

 

« Celui qui a conscience de l'Unité, ne peut en parler. Celui qui n'a pas cette conscience, en parle savamment. Celui qui connaît l'Unité, ferme sa bouche, ses oreilles et ses yeux. Il reste dans le non-agir, dégagé de tous liens et voile l'éclat de son rayonnement, ressemblant à tout le monde, faisant, en cela, comme la discrète harmonie du Tout. Il prend de la même façon l'amitié et l’inimitié, le mal et le bien, le profit et la perte, les honneurs et l’anonymat. Par l'Observance, il est arrivé au vrai détachement. » (Tao-Te-King, 2.56)

 

 

« Absorbé dans le service, l'initié pratiquant la vraie voie a son séjour dans l'Unité et, renonçant aux fruits de ses actes, il s’affranchit du cycle des incarnations, libre de toute souffrance. Quand ton esprit aura traversé le mur de l'illusion, tu connaîtras le détachement. Quand tu ne seras plus distrait par les connaissances vaines, des livres saints, quand tu seras entièrement tourné vers la réalisation, alors tu seras et resteras dans l'Unité. » (Bhagavad-Gîtâ, 2:51 à 53 et « Le chant de l'éveillé », 1.11)

 

 

 

Liberté

 

 

 

Beaucoup de personnes aspirent à la liberté, manifestent contre tout ce qu'ils croient être une atteinte à leur liberté mais, en vérité, qui est libre, sur cette planète ? La liberté, telle que la majorité la conçoit, est une illusion. Croyez-vous qu'un parent, en charge d'enfants, est libre ? Croyez-vous être libre de ne plus travailler ? Croyez-vous être libre de rouler à la vitesse que vous voulez ? Croyez-vous que vous êtes libre de faire ce que vous voulez de l'argent que vous gagnez ?

 

 

Il existe, pourtant, une vraie liberté, c'est le détachement, le vrai, pas l'indifférence. Quand vous vous attachez au Saint-Nom, autrement dit à la pratique de la technique, vous êtes dans le non-agir, le service, le vrai détachement.

 

 

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais je dois préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #détachement, #liberté, #satsang, #spiritualité, #LaVoie, #HansYoganand, #NonAgir, #service
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :