Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Alors, quel est ce vrai nous que l'on cherche, croyant chercher l'enfant que nous aurions gardé en germe ? Il s'agit de l'âme, de notre âme ! Mais, s'il y a un vrai nous, c'est qu'il y en aurait un faux. Qu'est-ce que serait le faux nous ? Nous ne sommes pas faits d'une pièce. Nous sommes l'âme, nous sommes aussi le corps physique et le mental.

Satsang de sri hans Yoganand ji sur la spiritualité, La Voie, l'enfant intérieur et la vérité de l'âme.
On cherche son vrai soi, en cherchant l'enfant intérieur

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

 

 

 

Sur les réseaux sociaux, un thème revient régulièrement, celui de « retrouver son enfant intérieur ». L'image est belle. Quand j'étais jeune, avant dix-huit ans, je me plaisais à dire : « Durant sa vie, on ne doit pas trahir l'enfant que nous étions ».

 

 

Imaginez que ce soit possible, comment cela se passerait-il ? Nous aurions cet enfant, que nous fûmes, face à nous et nous parlerions ensemble ? Nous écouterait-il ? Ou bien ferait-il comme font les enfants, aujourd'hui ; se moquerait-il de ce que nous lui dirions ? Est-ce que nous lui demanderions des conseils ? Comment un enfant pourrait-il nous conseiller ?

 

 

Sûrement qu'il ne s'agit pas de cela, que de retrouver l'enfant intérieur, c'est renouer avec sa simplicité, sa faculté d'émerveillement. En vraie spiritualité, est-ce que de se retourner vers soi-même est le bon chemin pour rencontrer l'Unité du Tout ou Tao, comme disait Lao-Tseu.

 

 

D'autres parlent de Dieu, ou plutôt de son Verbe, Parole, Saint-Esprit, Saint-Nom. Si c'est la paix intérieure que l'on cherche, la vérité, l'épanouissement spirituel, la quête de la Grâce me semble plus utile qu'une introspection plus ou moins psychanalytique.

 

 

 

Le vrai soi

 

 

 

En vérité, ce que l'on cherche à retrouver, sans le savoir, c'est nous, le vrai nous, celui d'aujourd'hui comme celui d'hier et celui de demain. On a tant abusé des mots, chacun s'en servant à sa manière et leur faisant dire ce qu'il veut, qu'ils ne veulent plus rien dire. Combien de gens, aujourd'hui, consultent un dictionnaire pour savoir ce que signifie un mot ? Combien consultent son étymologie ?

 

 

Les dictionnaires entérinent le sens que la majorité donne aux mots et ne s'occupent plus de sauvegarder leurs sens d'origine. Quand on dit « sécure » pour dire « sûr », ou « challenge », pour « défit » ou « combo » pour « combinaison » ou « racisme » pour « xénophobie » et que les dictionnaires actent ces dérives sémantiques, comment leur faire confiance ? Il reste l'étymologie, pour nous donner les sens premiers.

 

 

Alors, quel est ce vrai nous que l'on cherche, croyant chercher l'enfant que nous aurions gardé en germe ? Il s'agit de l'âme, de notre âme ! Mais, s'il y a un vrai nous, c'est qu'il y en aurait un faux. Qu'est-ce que serait le faux nous ? Nous ne sommes pas faits d'une pièce. Nous sommes l'âme, nous sommes aussi le corps physique et le mental. Le mental est le « système d'exploitation » du cerveau. Le bulbe rachidien est le « bios » du corps.

 

 

Le mental est à l'origine de notre personnalité, de nos pensées, de notre mémoire et, souvent, de nos émotions. La plupart du temps, on croit être notre corps, nos pensées, nos concepts, nos émotions, nos souvenirs, nos connaissances, notre utilité sociale.

 

 

Alors, progressivement, nous avons oublié que nous sommes l'âme et nous nous identifions au mental et au corps. Retrouver son enfant intérieur, c'est retrouver la conscience que nous sommes l'âme, autrement dit que nous cessions de nous identifier au mental.

 

 

 

L'instant présent

 

 

 

La vérité est dans l'instant présent. Les petits enfants vivent dans l'instant présent et ils comptent le temps en « dodos » : « Combien de dodos me séparent de Noël ?  » Si vous voulez avoir conscience des choses avec une juste identification, commencez par privilégier l'instant présent.

 

 

Pour ça, un disciple de La Voie, qui connaît la technique du « Saint-Nom », se servira de la méditation sur ce Saint-Nom, tout au long de la journée, tout en vaquant à ses affaires (service). Un non-disciple pourra demander à connaître cette technique, en attendant, il peut éviter de penser sans cesse, à tout et à rien, pour gagner en simplicité.

 

 

La vérité est dans le présent. Depuis notre naissance, jusqu'à la fin de cette incarnation, il n'y a eu, il n'y a et il n'y aura que l'instant présent, étalé sur toute la surface de notre existence, comme fond où s'écrit notre vie.

 

 

Le présent ne change pas, si les événements, notre corps et notre mental varient. Au fil du temps, l'âme reste égale à elle-même. Tout au plus acquière-t-elle de la sagesse, qui lui sert à évoluer à travers les multiples incarnations par lesquelles elle passera avant d'atteindre la Libération.

 

 

Jésus disait qu'il fallait tuer, en nous, le « vieil Homme » pour renaître en esprit et, ainsi, pouvoir entrer au « Royaume ». (Jean, 3:1 à 21) C'est exactement ça, retrouver notre enfant intérieur. Jésus disait « Laissez venir à moi les petits enfants ; car le Royaume est pour ceux qui leur ressemblent. » (Matthieu, 19:14)

 

 

 

N'oubliez pas l'essentiel

 

 

 

La plupart des gens vivent leur vie comme si elle devait durer toujours. Ils s'y installent « pour toujours » mais ils se mentent, ça ne durera pas toujours. Il y a quelque chose à faire, durant cette vie, qui ne relève pas de la jouissance. On peut jouir de la vie, de ses plaisirs, de ses joies cependant ça ne peut pas suffire. Ne négligez pas la dimension spirituelle.

 

 

Après la mort, c'est elle qui comptera, pas ce que vous avez fait. Les « péchés » s'effacent avec la mort. Il n'y a pas de tribunal pour juger les morts. Il n'y a pas de grand livre où seraient inscrits tous nos faits et gestes. Le Royaume, dont parlait Jésus, n'est pas le royaume des cieux que les chrétiens ont inventés après son départ.

 

 

Le karma ou loi d'action-réaction, se paie comptant. Il ne se réserve pas pour la vie d'après. La vie d'après, l'âme réincarnée, donne naissance à une autre personne, avec un autre corps et un autre mental.

 

 

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais je dois préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #Satsang, #spiritualité, #enfant, #âme, #LaVoie, #hansYoganand
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :