Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sur La Voie, la pratique a un but, avant de viser la Libération de l'âme, c'est la Réalisation. Réaliser c'est rendre réelle la conscience de l'Unité. C'est ce qu'il se passe pour un pèlerin, sur les chemins de Compostelle. Jour après jour, la conscience se raffine.

Satsang de sri hans Yoganand ji sur la spiritualité, la voie, la vie, la mort et le chemin.
La vie a un but, ne soyez pas pressé d'arriver, profitez du voyage

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

 

 

 

La Voie est une pratique, un chemin. Vous pouvez rester assis au bord, mais pour arriver quelque part, ça ne suffit pas. Il y a le cheminement, la pratique. Un chemin mène quelque part. Celui de Compostelle mène à Compostelle. Le but de ceux qui font ce pèlerinage n'est pas Compostelle. Leur but est de se retrouver, de se nettoyer et d'aller dans la vie, sous le regard de Dieu.

 

 

Le pèlerin, arrivé à la cathédrale abritant le tombeau du frère de Jésus, a déjà très largement entamé sa mue. C'est comme La Voie. En Inde, les disciples disent que La Voie est, en même temps, le chemin et le but. Un pèlerin de saint Jacques peut dire la même chose.

 

 

Pratiquer les différents constituants de la sadhana* (agya), c'est déjà être arrivé au but. Pourtant, La Voie mène bien quelque part, comme tous les chemins. Où mène La Voie ? À la Libération de l'âme. Quand l'Homme meurt, l'âme a le choix entre deux chemins, celui de la réincarnation et celui de la Libération des chaînes du samsara (le cycle des réincarnations).

 

*Sadhana : mot sanskrit signifiant « Ce qu'il faut faire » et désignant l'ensemble de ce qui fait une voie spirituelle (màrga). Sur La Voie, cette sadhana se nomme l'agya.

 

 

 

Le raffinage

de l'âme

 

 

 

Une âme ancienne, habituée à la fréquentation de l'Unité, du Saint-Nom*, de la lumière intérieure, aura plus de chance de choisir la voie vers la Libération. Une âme plus jeune, encore fortement imprégnée de l'animalité du corps, de ses besoins et désirs, aura peur de la lumière, visible au moment du passage et aura tendance à choisir la voie de la réincarnation.

 

*Saint-Nom : mot désignant deux choses : 1/ le principe à l'origine de toute vie, force intelligente présente en tout, que la conscience humaine peut percevoir durant sa vie incarnée. Lao-Tseu disait, pour parler du Saint-Nom : « vertu du Tao », c'est le « Te » du Tao-Te-King. On le nomme aussi Parole, Verbe, Satnam. Il ne s'agit pas d'un son, d'un mantra. 2/ Ce mot, Saint-Nom, désigne aussi une technique de méditation, une des quatre révélées au début de La Voie, par son « animateur ». Cette technique peut se pratiquer assis, très concentré, ce qui est la méditation, troisième composante (anga) des quatre de l'agya, ou en action, tout en vaquant à ses occupations quotidiennes. Ce qui est le service, premier des quatre angas de l'agya. (sadhana)

 

 

 

L'agya,

sadhana de La Voie

 

 

 

Pour que l'âme se raffine, elle peut se servir de l'agya, la sadhana de La Voie. Cette sadhana est constituée de quatre angas (subdivisions) qui interagissent les uns avec les autres. Il y a le service, le satsang, la méditation et les angas (un homonyme).

 

 

Le service, c'est de faire tout ce que l'on a à faire sans oublier le Saint-Nom (la technique). Le satsang, c'est l'enseignement de l'animateur de La Voie qui passe par ses textes. Il y a une différence entre les textes d'explications, publiés sur certains blogs et les satsang.

 

 

Le satsang est improvisé oralement, face à des pratiquants. Il est enregistré, puis retranscrit pour être publié sur le blog « Compagne des sages ». La méditation, c'est la pratique des techniques, comme enseignées au cours de la Révélation, sans rien faire d'autre. Les angas, sont des prescriptions morales qui aident le pratiquant à rester dans l'agya, ou sadhana.

 

 

 

Le rendez-vous final

 

 

 

Sur La Voie, l'Observance de l'agya a un but. Ce but, avant la Libération de l'âme, c'est la Réalisation. Réaliser c'est rendre réelle la conscience de l'Unité dans notre existence. C'est ce qu'il se passe pour un pèlerin, sur les chemins de Compostelle. Jour après jour, l'âme, la conscience se raffine, au fur et à mesure que le marcheur se rapproche de Saint-Jacques.

 

 

Le pratiquant de La Voie se rapproche de Saint-Jacques aussi, c'est-à-dire de sa mort. Il s'y prépare chaque jour, par l'Observance. Il est bien beau d'organiser sa retraite, ses obsèques, mais pourquoi s'arrêter là ? Il y a la mort et elle aussi se prépare. C'est la finalité de l'existence et la raison de l'agya, de la pratique de La Voie. Faire en sorte que l'âme arrive prête à ce rendez-vous. Ce qui n'empêche pas de profiter, avec gourmandise, de la vie, de ses amis, de sa famille, de l'amour de sa vie et de ses enfants.

 

 

 

Yoga des origines

 

 

 

La Voie est le yoga des origines, que Patanjali n'a pas inventé. Les origines de La Voie remontent à des milliers d'années. On ne peut pas dire combien (au moins huit mille ans), depuis la préhistoire, c'est-à-dire à une époque d'avant l'invention de l'écriture. On ne parle pas des Cro-Magnon, on parle du néolithique-supérieur, des débuts de l'agriculture et de la vie sédentaire dans des villages et des villes. La fin du néolithique correspond au début de l'âge du bronze.

 

 

Ce yoga des origines n'a rien à voir avec le yoga comme il est pratiqué en occident, avec ces postures plus ou moins faciles. Le hatha-yoga est le plus jeune des yogas-authentiques. En Inde, certains le pratiquent avec des visées mystiques, en occident, il est pratiqué comme une gymnastique. Le yoga des origines n'a pas de postures, comme avec le hatha-yoga. Patanjali, dans le « Yogasûtra » ne parle qu'une seule fois de posture et d'une seule posture. Dans l'aphorisme 29 du livre 2, il est dit qu'il faut avoir "...une posture stable et confortable" en méditation (àsana).

 

 

La posture (àsana) est avant tout intérieure. C'est l'intention que vous avez quand vous faites les choses. Pourquoi pratiquez-vous ? Quelles sont vos intentions, lorsque vous allez sur une voie spirituelle ? Le quatrième pilier de l'agya, les angas, aident à être dans une bonne posture intérieure. Vous devriez lire les angas régulièrement. Ils peuvent être une ligne de conduite. Ne perdez jamais de vue le pourquoi vous allez sur La Voie.

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #spiritualité, #lavoie, #méditation, #agya, #service, #satsang
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :