Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L’intérêt des livres anciens, c'est que l'on peut les interpréter à notre fantaisie, ils ne nous reprendront pas. Un maître vivant peut vous dire que vous vous trompez et l'Homme n'aime pas qu'on lui dise qu'il se trompe !

Satsang de sri hans Yoganand ji sur la spiritualité, La Voie, le satsang, la vérité et les livres Saints.
la vérité, des livres en parlent, mais aucun ne l'enseigne

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

 

 

 

Des livres* évoquent la Voie, donnent à lire ce qui est supposé être les paroles d'un maître disparu, un éveillé. Souvent, ces livres ont été rédigés par des personnes qui n'ont pas connu le maître disparu. D'autres, de ces livres, ont des rédacteurs inconnus, d'autres, encore, auraient été rédigés par un ou des hommes ayant connu le maître, mais tous ont ceci en commun : ils sont incompréhensibles, hermétiques.

 

*Livres évoquant La Voie : Yogasûtra, Bhagavad-Gîtâ, Upanishads, Védas, Tao-Te-King, Guru granth sahib, Suttas pitaka, Bhaktimàrga, évangile (celui de Jésus), etc.

 

 

La plupart du temps, nous français, ne lisons pas le sanskrit, le Pali, le grec antique, l'araméen, le Chinois ancien, aussi lisons-nous des textes qui ont été traduis, mais les traducteurs étaient-ils des disciples des maîtres disparus ? Pratiquaient-ils leur mystique ? Notre texte en français a souvent été traduit du sanskrit en anglais, puis de l'anglais en français, comment considérer qu'il est fiable ?

 

 

Ceux qui n'ont que ces livres, comme source de l'enseignement, ne peuvent pas pratiquer une spiritualité établie sur une vérité. La traduction des textes, qui leur servent de référence, est mauvaise à la base. Par exemple, le yogasûtra de Patanjali, livre trois, aphorisme trente-neuf : « Udānajayājjalapaṅkakaṇṭakādiṣvasaṅga utkrāntiśca. » est fréquemment traduit ainsi : « Par la maîtrise de l'air vital udana, on atteint le pouvoir de lévitation et l'on n'entre pas en contact avec l'eau, la boue et les épines. ». La traduction de La Voie (ici) est : « Par la maîtrise dans l'inspiration, on se tient sans attachements au-dessus de la boue des marais des épines et de la mort. »

 

 

La maîtrise (samyama) dans l'inspire (le souffle ascendant) c'est la maîtrise des vrttis durant l'inspire, comme durant l'expire. Se tenir au-dessus de la boue des marais, des épines et de la mort ne signifie pas léviter, mais fait penser à l'image de la fleur de lotus et de la béatitude que rien ne peut atteindre. Qu'il soit fait mention de la fleur de lotus, dans un livre à propos du yoga, n'est pas fait pour nous étonner.

 

 

Vous voyez comment les traductions peuvent changer tout. Ceux qui lisent le yogasûtra et essaient d'acquérir des pouvoirs, dont celui de lévitation, se trompent ! Surtout que Patanjali disait de se méfier des pouvoirs : « Te samādhāvupasargā vyutthāne siddhayaḥ. » « Ces facultés ressenties comme des pouvoirs, par celui qui est tourné au-dehors, sont des obstacles sur la voie du samadhi. » (Yogasûtra 3.37)

 

 

 

Avoir le code

 

 

 

Si vous téléchargez dix PDF du Yogasûtra, vous aurez dix versions différentes, selon la traduction. De plus, ce que vous ne savez peut-être pas, c'est que les paroles, dites par les maître du passé, par exemple, le bouddha le plus connu, Gautama, du clan des Sakyas, étaient adressées aux disciples. Ces disciples avaient été initiés par le maître et pratiquaient la sadhana* de sa mystique. Si vous n'avez pas été initié par le maître vivant, vous ne pouvez pas comprendre les paroles de ses sermons (satsang). Ceux qui croient pratiquer en suivant les textes anciens, censés donner à lire les paroles d'un maître mort, se trompent.

 

*Sadhana : mot sanskrit signifiant : « ce qu'il faut faire » et désignant l'ensemble des pratiques d'une voie (màrga) spirituelle.

 

*Satsang : mot sanskrit signifiant « compagnie de la vérité » et désignant un des quatre piliers de la sadhana de La Voie. Paroles dites, improvisées par un éveillé ou un pratiquant consacré, inspirées par le Saint-Nom.

 

 

Vous pouvez comprendre, au moins en partie, les textes de ces livres, à condition d'avoir la clé du code. C'est comme pour la machine « enigma », pendant la Deuxième Guerre mondiale, qui servait, aux Allemands, à coder leurs messages ou les hiéroglyphes de l’Égypte ancienne, avec la pierre de rosette. Le code, pour comprendre l'enseignement partagé par les livres saints, c'est la pratique assidue de la sadhana dont ils parlent. Pour pratiquer cette sadhana, vous devez avoir reçu la Révélation par le maître vivant.

 

 

 

La vanité

 

 

 

L’intérêt des livres anciens, c'est que l'on peut les interpréter à notre fantaisie, ils ne nous reprendront pas. Un maître vivant peut vous dire que vous vous trompez et l'Homme n'aime pas qu'on lui dise qu'il se trompe ! C'est la vanité, l'ego-spirituel. On préfère ses erreurs à la vérité d'un autre. De plus, on croit qu'accepter la vérité d'un autre, c'est se soumettre et que de se soumettre c'est perdre sa liberté. Les Hommes sont très attachés à une illusion, car la liberté est une illusion. La liberté n'a jamais existé, depuis le début de l'humanité. Personne, jamais, n'a été libre.

 

 

Méfiez-vous de la vanité. On ne se méfie jamais assez de la vanité. Parfois on lui donne le nom d'amour-propre et la société nous apprend que la liberté individuelle, les droits et l'amour-propre sont ce qu'il y a de plus important, dans la vie. Voyez comment est la société des Hommes, aujourd'hui. Jésus a dit, en parlant d'autre chose, que l'on reconnaissait un arbre à ses fruits. Considérez les fruits de notre société et voyez s'ils sont bons et dignes d'être cultivés.

 

 

Voyez comment la notion de Dieu est rendue obsolète, comment les devoirs, à assumer, sont passés sous silence, au profit des droits et de la liberté. Après, n'allez pas vous étonner que chacun se tricote sa vérité ! Voilà une autre réalité qui est niée : la vérité. On a décrété que la vérité universelle n'existait pas, que chacun avait sa vérité et que toutes se valaient. Si vous avez l'intuition qu'il existe une vérité universelle, si vous avez conscience que la liberté est une illusion, alors vous êtes un chercheur . « Cherchez et vous trouverez ».

 

 

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #spiritualité, #lavoie, #satsang, #LivresSaints, #vérité, #HansYoganand, #Yoga
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :