Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

English below. Qu'attend-on de l'Observance ? Tout est là. Je vous ai déjà parlé de la « posture intérieure » et ce que vous attendez de l'Observance fait partie de cette posture intérieure. Attendez-vous d'être bien ?

Satsang de sri hans Yoganand ji sur la spiritualité, La Voie, la motivation, la pratique.
Avec la pratique, en spiritualité, la motivation compte autant que les techniques

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir, faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

English below

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

 

Qu'attend-on de l'Observance ? Tout est là. La pratique des trois premiers piliers de l'agya et l'observation du quatrième (les angas) est essentiel. Je vous ai déjà parlé de la « posture intérieure » eh bien, ce que vous attendez de l'Observance fait partie de cette posture intérieure ; c'est votre motivation.

 

Attendez-vous d'être bien ? Si vous avez faim, ce n'est pas en pratiquant la technique du nectar que vous n'aurez plus faim, contrairement à ce qu'affirme la Gheranda-samhita*. Peut-être quelques heures, mais il vous faudra manger, à un moment donné.

 

* La Gheraṇḍa saṃhitā a été composée par Gheranda au XVIIᵉ siècle. Ce texte, qui comprend 5 483 mots, est composé de 351 śloka (strophes) réparties en sept upadeśa (leçons ou chapitres). Ces sept upadeśa ou leçons sont : sat-karmāni (purification) ; āsana (posture) ; mudrā (position des doigts) ; pratyāhāra (retrait des sens) ; prāṇāyāma (contrôle de la respiration) ; dhyāna (méditation) ; samādhi (achèvement par l'absorption profonde ou la contemplation).

 

Votre corps, votre cerveau, ont besoin de nutriments, de sucre, de protéines, de vitamines, etc. Ce n'est pas l'Observance qui va vous les apporter, sauf si vous vous conformez au quatrième pilier, les angas, qui dit qu'il faut s'occuper de son corps. Si vous avez soif, c'est de boire qui vous désaltérera.

 

L'Homme a des besoins essentiels et ce n'est pas l'Observance de la sadhana de La Voie qui va satisfaire ces besoins essentiels, sauf de parler de la Grâce ! Ne confondez pas les besoins et les désirs.

 

 

Être heureux

 

 

Qu'attendez-vous de la pratique ? D'être heureux ? Oui, c'est bien d'être heureux. Mais, ce n'est pas le but de la vie qui vous a été donnée. Ce n'est pas l'Observance qui remplacera l'attention, l'amour, la tendresse de ceux qui vous aiment et que vous aimez, ni la satisfaction que procure une jolie maison, l'épanouissement professionnel, la santé, etc.

 

Une pratique régulière favorisera vos bonnes dispositions au bonheur, mais elle ne vous donnera pas, directement, le bonheur. Ou alors, un bonheur tout spirituel, celui d'un ermite.

 

Un des plus grands obstacles au bonheur durable, profond, c'est que l'on a des désirs. Un autre obstacle est la vanité, un autre, l'aveuglement. Tant que vous aurez des désirs hors du contrôle de votre raison, vous ne pourrez pas être heureux. Vous pourrez avoir quelques satisfactions, qui ne durent pas, mais de bonheur stable, vous n'en aurez pas.

 

Pour éliminer, ou au moins maîtriser les désirs, il n'est pas nécessaire de tous les satisfaire, ça n'aurait pas de fin : un désir chasse l'autre. Si l'on espère être heureux une fois que l'on aura tout ce que l'on désire, c'est une quête sans fin, génératrice de frustration et d'autodénigrement.

 

 

Maîtriser les désirs

 

 

On peut, on doit satisfaire nos besoins, mais pour les désirs, on doit faire comme pour la cigarette : « Demain, j'arrête ! ». Non, plus que ça, on peut, tout de suite, les soumettre à la raison... à condition d'être raisonnable. C'est ça le plus dur. Combien de gens, aujourd'hui, rêvent d'être raisonnables ? Alors ? Qu'attend-on de l'Observance, de la pratique (de La Voie) ?

 

Je sais ce que j'attends de la pratique. J'attends d'être dans l'état où me met la pratique. Quand je compare l'état où je suis quand je reste dans l'agya, l'Observance et celui où je suis quand j'oublie de le faire, je préfère revenir à la pratique. C'est bête, comme motivation. Mais, c'est la bonne.

 

Les gens moins fous que moi, qui se satisfont de leur état « normal », eh bien, ils n'ont pas besoin de La Voie. La Voie est faite pour ceux qui sont mal, quand ils sont séparés de la conscience profonde, la conscience de la béatitude. Jésus disait, à ce propos : « Ce ne sont pas ceux qui se portent bien, qui ont besoin de médecin, mais les malades. Je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs. » (Marc ; 2:17)

 

Si Jésus vivait aujourd'hui, la mivilude dirait qu'il est le « gourou » d'une secte, car tous les gourous de sectes s'adressent aux faibles, aux gens vulnérables. Jésus avait ajouté : « Ce ne sont pas ceux qui se portent bien, qui ont besoin de médecin, mais les malades. » (Matthieu, 9:12) ou encore : « Je ne suis pas venu appeler à la repentance des justes, mais des pécheurs. » (Luc, 5:32).

 

Je n'aime pas la vie sans les effets de la pratique. Dans la conscience du Saint-Nom, la vie a une dimension, des couleurs qu'elle avait quand j'étais enfant. Je ne suis plus un enfant, toutefois cette dimension, ces couleurs aujourd'hui, sont les mêmes que dans mon enfance.

 

Je ne sais pas si je dois retrouver l'enfant que j'étais, mais je retrouve sa vision, la même qualité de bonheur. Est-ce que j'atteindrai bientôt la Libération des chaînes du samsara ? Que m'importent ces concepts, qu'ils soient vrais ou faux, ce qui compte, c'est maintenant.

 

Les boutons de partage sont à la suite de la traduction. Si ce texte vous a apporté quelque chose, partagez sur les réseaux sociaux pour que d'autres puissent le lire.

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais je dois préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

 

Why practice

 

 

What is expected of the Observance? Everything is there. Practicing the first three pillars of agya and observing the fourth (angas) is essential. I already told you about the «inner posture» well, what you expect from the Observance is part of this inner posture; it is your motivation.


Do you expect to be well? If you are hungry, it is not by practicing the nectar technique that you will no longer be hungry, contrary to what the Gheranda-samhita* claims. Maybe a few hours, but you’ll have to eat at some point.


* Gheraṇḍa saůhitā was composed by Gheranda in the 17th century. This text consists of 5,483 words and consists of 351 śloka (stanzas) divided into seven upadeśa (lessons or chapters). These seven upadeśa or lessons are: sat-karmāni (purification); āsana (posture); mudrā (finger position); pratyāhāra (withdrawal of senses); prāṇāyāma (breath control); dhyāna (meditation); samādhi (completion by deep absorption or contemplation).


Your body, your brain, needs nutrients, sugar, protein, vitamins, etc. It is not the Observance that will bring them to you, unless you comply with the fourth pillar, the angas, which says that you must take care of your body. If you are thirsty, it is to drink that will quench your thirst.


Man has essential needs and it is not the Observance of the sadhana of The Path that will satisfy these essential needs, except to speak of Grace! Do not confuse needs and desires.

 

 

Be happy

 

 

What do you expect from practice? To be happy? Yes, it is good to be happy. But, this is not the purpose of life that has been given to you. It is not the Observance that will replace the attention, the love, the tenderness of those who love you and whom you love, nor the satisfaction that a pretty home, professional fulfillment, health, etc.


A regular practice will promote your good disposition to happiness, but it will not give you, directly, happiness. Or, a spiritual happiness, that of a hermit.


One of the greatest obstacles to lasting, profound happiness is that one has desires. Another obstacle is vanity, another, blindness. As long as you have desires beyond your control, you cannot be happy. You may have some satisfactions, which do not last, but of stable happiness, you will not.


To eliminate, or at least control desires, it is not necessary to satisfy them all, it would have no end: one desire chases the other. If we hope to be happy once we have everything we want, it is an endless quest, generating frustration and self-denial.

 

 

Control desires

 

 

We can, we must satisfy our needs, but for desires, we must do as for cigarettes: "Tomorrow, I stop!". No, more than that, we can immediately subject them to reason... provided they are reasonable. That is the hardest part. How many people today dream of being reasonable? So? What is expected of the Observance, of the practice (of The Path)?


I know what I expect from practice. I expect to be in the state that practice puts me in. When I compare the state where I am when I stay in the agya, the Observance and the one where I am when I forget to do it, I prefer to return to practice. That’s a silly motivation. But it’s the right one.


People less crazy than me, who are satisfied with their «normal» state, well, they don’t need The Path. The Path is made for those who are evil, when they are separated from the deep consciousness, the consciousness of bliss. In this regard, Jesus said: It is not those who are well, who need a doctor, but the sick. I have come not to call the righteous, but sinners." (Mark 2:17)


If Jesus lived today, the "mivilude" (French organization fighting sects) would say that he is the “guru” of a sect, because all the sect gurus address the weak, the vulnerable. Jesus added, "It is not those who are well, who need a doctor, but the sick." (Matthew 9:12) or, "I have come not to call for the repentance of the righteous, but of sinners" (Luke 5:32).


I don’t like life without the effects of practice. In the consciousness of the Holy-Name, life has a dimension, colors that it had when I was a child. I am no longer a child, however this dimension, these colors today, are the same as in my childhood.


I don’t know if I should find the child I was, but I find his vision, the same quality of happiness. Will I soon reach the Liberation of the chains of samsara? Whether these concepts are true or false, what matters is now.

 

 

 

 

 

This satsang may help you in your spiritual research, I hope, but I must say this: it was said at the house where I live, recorded and then transcribed for the initiates who received the Revelation. The full 'benefit' of this satsang can only be achieved if you have had this Revelation and practice the four pillars. For more information, contact lavoie.eu@gmail.com

Tag(s) : #spiritualité, #lavoie, #bonheur, #enfant, #jésus, #méditation, #spirituality, #meditate, #satsang, #HansYoganand, #ThePath, #Yoga
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :