Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nous faisons les choses, mais le résultat de nos actes nous échappe souvent. C'est la Grâce, sa guidance qui couronne nos actes de succès, quand ils sont faits dans la conscience du Saint-Nom et le détachement (non-agir) et d'insuccès quand ils sont faits « dans le mental ».

Satsang de sri hans Yoganand ji sur la spiritualité, La Voie, le désir et le détachement.
" Qui trop embrasse mal étreint " . On ne peut pas tout avoir, sachez ce que vous voulez

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

L'accueil du blog

 

Télécharger le mp3

 

 

 

 

 

 

 

Le Saint-Nom est l'essence de tout. On peut aussi l’appeler autrement, par exemple la « Vertu-du-Tao », le « Verbe », « l'Esprit-Saint », la « Parole », le « Satnam », mais ça ne change rien. Quelque chose d'essentiel se rapproche quand même beaucoup de la notion d'Unité. Dans notre pratique quotidienne, il est aussi question de revenir constamment à l'essentiel.

 

 

 

Deux façons

 

 

 

Il y a deux façons de comprendre « Il faut revenir constamment à l'essentiel ». Première façon de comprendre : revenir au Saint-Nom constamment, comme un toc, c'est pratiquer la technique dite « du Saint-Nom » le plus souvent et le plus longtemps possible. Le faire du lever au coucher sans cesse, c'est ce que l'on appelle la réalisation. Souvent, on ne le fait pas, pris par nos pensées, nos émotions et nos préoccupations. Mais, c'est le but !

 

 

Il y a une deuxième façon de comprendre : " Il faut revenir à l'essentiel ", c'est rester dans l'Observance des piliers, revenir au service, au satsang, à la méditation et observer les angas, chaque fois que l'on s'est aperçu que l'on en était sorti. Il est ainsi possible d'avoir conscience du Saint-Nom. C'est ça, être dans l'essentiel ; avoir conscience du Saint-Nom.

 

 

S'attacher à l'Observance des piliers, de l'agya et travailler à cultiver les vertus spirituelles, détachement, simplicité, humilité et constance, c'est vraiment notre salut ! Rien d'autre ne nous sauvera de la vanité... vanité dans le sens de vain, d'inutile.

 

 

Bien sûr que dans la vie on fait des choses. On veut qu'elles soient bien faites, ce qui paraît incompatible avec le détachement, le non-agir. Pourtant, si l'on ne fait pas tout exactement comme ce doit être fait, parce que l'on n'y est pas arrivé, eh bien ce n'est pas grave ! Le principal est de rester dans la sadhana, de ne pas perdre de vue la raison de notre vie.

 

 

 

L'essentiel

 

 

 

Il ne faut jamais oublier ce qu'est l'essentiel : ce n'est pas de faire ce que l'on a à faire parfaitement, mais de le faire en gardant notre conscience du Saint-Nom, de sa Grâce. Souvent, notre mental, inspiré en cela par la vanité du faux-ego, s'attache aux résultats de nos actes et oublie la raison première de la vie. Alors, nous négligeons l'Observance au profit du résultat de nos actes. L'on s'éloigne ainsi de La Voie et l'on retrouve une humeur sombre, désabusée, désespérée.

 

 

Nous faisons les choses, mais le résultat de nos actes nous échappe souvent. C'est la Grâce, sa guidance qui couronne nos actes de succès, quand ils sont faits dans la conscience du Saint-Nom et le détachement (non-agir) et d'insuccès quand ils sont faits « dans le mental ».

 

 

Non seulement l’insuccès, l'échec vient sanctionner nos actes sans conscience, mais la souffrance, la confusion reviennent dans notre vie. Avec la conscience du Saint-Nom, notre vie est en 3D et en couleur, sans elle, notre vie est plate et grise.

 

 

On le sait, qu'on se laisse avoir par le chant des sirènes de la vanité, des actes vides du Saint-Nom, de l'attachement à l'illusion de nos mérites. C'est le contraire du détachement. Si le détachement n'est pas le « rien à faire », l'indifférence, ce n'est pas non plus l'obsession du résultat. Gardons toujours à l'esprit l'essentiel. On ne fait pas entrer le service, le satsang et la méditation dans notre vie. C'est notre vie que l'on fait entrer dans le service, le satsang et la méditation.

 

 

 

Une illusion entretenue

 

 

 

Il ne s'agit pas de se désintéresser de ce que l'on fait, du résultat de nos actes, mais il ne faut pas que ça passe en premier ! Ce qui passe en premier, c'est de ne pas lâcher la main de notre père, sous peine de se perdre. Quand on connaît l'état où nous met la réalisation, le reste nous semble fade. Alors ne risquons pas notre Réalisation pour la satisfaction de notre vanité et de notre nonchalance.

 

 

Nous pouvons avoir l'illusion que les choses dépendent de nous. La société humaine nous entretient dans cette illusion, avec le mythe de la réalisation sociale, de l'efficacité, de la gagne, relayé par les coachs de vie dont c'est le métier. C'est ainsi que certains courent après la performance, font du sport, mangent sain et équilibré, apprennent à gérer leurs relations sociales, remplissent leurs agendas d'activités et travaillent à se perfectionner en tout, pour en arriver où ? Au divorce, au chômage, à la retraite ? Et quoi ?

 

 

Sans le Saint-Nom on ne peut pas être détaché et sans détachement, on oublie le Saint-Nom. Le Saint-Nom et le détachement vont de pair.

 

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #essentiel, #saintnom, #spiritualité, #détachement, #méditation, #satsang, #lavoie
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :