Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La Màyà (illusion) change tout le temps. Tout est éphémère et rien n'apporte de vraies satisfactions. En vous, c'est toujours pareil. Si vous cherchez, la constance, alors l'Observance est faite pour vous. Allez à l'intérieur. Certains aiment le bruit et détestent le calme, ainsi l'illusion est faite pour eux.

Satsang de sri hans Yoganand ji sur la spiritualité, La Voie, la liberté, l'illusion, la vérité et les concepts.
Vous êtes libre, au fond, de choisir la vérité ou l'illusion et les concepts

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

L'accueil du blog

 

Télécharger le mp3

 

 

 

 

 

 

 

Après un certain temps de pratique, la béatitude vous paraît plus dense, comme si vous pouviez la toucher. Plus vous pratiquez le Saint-Nom et plus votre mental devient capable de laisser place à la béatitude. Quand on marche vite, sur un sable mouvant, rien ne se passe, mais si l'on s'arrête, on s'enfonce. C'est comme la béatitude : quand vous vous y arrêtez dessus, vous vous y enfoncez.

 

 

Parfois, le mental éprouve de la peur. Certains, quand ils pratiquent la méditation, qu'ils arrivent à dhyàna*, ce qui reste du mental sursaute et les fait sortir de méditation par peur de se perdre. Cette peur est infondée : dans la béatitude, il n'y a rien à craindre. C'est le faux-ego qui a peur. Comme le vampire des films a peur de la lumière du jour, la vanité a peur de la vérité, de sa béatitude.

 

*Dhyàna : après dharana, la concentration. C'est la méditation profonde, avant le samadhi

 

 

Quand on est dans le Saint-Nom, les évidences commencent à nous paraître subtiles. C'est là que l'on comprend ce que le mot Màyà (illusion) signifie ! C'est votre regard qui donne la réalité aux choses. Lorsqu'il est tourné exclusivement vers le monde, le monde est la seule réalité. Quand il se tourne vers une dimension plus subtile, alors la subtilité devient tangible. Quand le Témoin (l'âme incarnée), est dans l'illusion, il a l'illusion comme réalité. Quand il regarde la lumière intérieure, c'est la béatitude qui devient vraie. La béatitude ne change jamais. Quand je méditais en 1975, la béatitude avait un certain goût, en 1980, elle avait le même goût et aujourd'hui, elle n'a pas changé.

 

 

 

L'illusion

change tout le temps

 

 

 

Les choses que vous croyez réelles changent tout le temps. Je suis retourné à la ville où j'ai vécu enfant, elle avait tant changé que je ne l'ai pas reconnue : là où se trouvaient des champs, des petites rues charmantes, il y avait des échangeurs routiers, des zones industrielles et commerciales et des grands ensembles. La Màyà (illusion) change tout le temps. Tout est éphémère et rien n'apporte de vraies satisfactions. En vous, c'est toujours pareil. Si vous cherchez, la constance, alors l'Observance est faite pour vous. Allez à l'intérieur. Certains aiment le bruit et détestent le calme, alors l'illusion est faite pour eux.

 

 

Quand on a la vérité comme centre d’intérêt, on mène son existence en fonction d'elle. Par exemple, si on nous propose deux opportunités de travail, on choisira celle qui facilite la béatitude. La décision est du domaine du libre-arbitre, mais quelle que soit cette décision, ne vous étonnez pas des conséquences. Moins vos désirs sont grands et moins vous avez de frustrations. La solution, pour ne pas être frustré, n'est pas de gagner beaucoup d'argent, c'est d'avoir moins de désirs. Quand on est pratiquant de La Voie, le plus grand bonheur est celui du Saint-Nom.

 

 

 

Faire un choix

 

 

 

On m'a demandé, un jour, si à ne faire qu'observer les quatre piliers de l'agya, on ne risquait pas de s'ennuyer. Mais vous pouvez faire plein de choses en restant dans le Saint-Nom ! Pourtant, il est vrai que d'aller en discothèque toute la nuit et de boire du whisky-coca n'est pas très favorable avec rester en son centre ! C'est à vous de choisir. Faites ce que vous voulez, mais ne vous étonnez pas des conséquences : quand on se tape sur les doigts, pourquoi s'étonner d'avoir mal ?

 

 

Videz-vous de vos certitudes, concepts, croyances, attachements, de l'image que vous avez de vous, pour la béatitude. Le détachement est un processus long. Au début, quand votre conscience n'est pas encore très profonde, vous commencez par vous détacher des choses grossières, des biens matériels. Plus vous approfondissez et plus vous découvrez vos attachements cachés, subtils et ces attachements-là sont plus difficiles.

 

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #illusion, #vérité, #satsang, #spiritualité, #lavoie, #hansyoganand, #bonheur
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :