Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Il est des gens qui vont sur une voie spirituelle comme on va sur le sentier de la guerre et ils se disent lutter contre le mal ! Ils se disent guerriers de lumière, en toute simplicité ! C'est fou ! Ils se trompent complètement.

Satsang de sri hans Yoganand ji sur la spiritualité, le non-agir, la Grâce et La Voie.
la réussite en question est du domaine spirituel et là, il faut laisser faire la Grâce, faire sans faire

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

Télécharger le mp3

 

 

 

 

 

 

Comprendre la spiritualité, l'Esprit avec le cerveau, ses connaissances, ses concepts est une gageure, un défi qu'il est vain de vouloir relever. La compréhension vient de l'âme, c'est elle qui comprend, c'est seulement ensuite que le mental fait des phrases pour dire cette compréhension nécessaire. C'est dans cet ordre-là que ça se passe. Les mots sont les vêtements de la compréhension, l'intelligence en est le tailleur. Vouloir comprendre le domaine de l'essentiel avec l'instruction est vain. Le savoir n'est pas le fabricant de la compréhension, il en est au plus l'accessoiriste, le bibliothécaire.

 

 

 

La spiritualité

 

 

 

Je vous parle de l'Esprit, au sens étymologique qui vient de « spirare », « souffle » et signifie âme... La philosophie, les mathématiques, la physique, la chimie sont du domaine de l'intelligence, comme la religion, mais la spiritualité comme elle est vécue sur La Voie, est le domaine des sens tournés vers l'intérieur, par la méditation profonde. Le domaine spirituel est si subtil que si vous le percevez, le comprenez et que vous vous décalez d'un degré, vous ne comprenez plus, vous n'êtes plus dans le bon angle. C'est simple, suprêmement simple, mais dans le bon angle.

 

 

 

La corde

pour se raccrocher

 

 

 

Vous êtes bloqué sur une falaise, à mi-chemin et l'on vous dit : « Lâche prise ! », pourtant vous ne lâchez pas ! Vous avez peur de tomber. Cependant, on vous tend une corde à laquelle vous accrocher, mais la peur est la plus forte. Vous qui êtes pratiquant de La Voie, qui avez reçu la révélation des quatre techniques vous avez la corde de l'agya et de ses quatre piliers à laquelle vous raccrocher, alors, accrochez-vous à elle.

 

 

Vous êtes dans un rêve pénible et prégnant, si réaliste ! Quelqu'un, hors de votre rêve, vous dit : « Éveille-toi ! » et vous vous débattez, mais quand allez-vous lâcher ce rêve et vous éveiller ? Je vous tends une corde à laquelle vous raccrocher, alors vous pouvez lâcher prise. On ne peut pas lâcher prise sans solution de rechange, si on n'a rien à quoi se raccrocher, mais ce n'est pas votre cas, vous avez l'Observance.

 

 

Il est facile de dire : « Pour être heureux, il faut se détacher »... et ? « Non, rien, je disais ça comme ça ! ». Yaka ! La secte des yaka sévit sur le net… Il fleurit partout des panneaux qui affirment des choses comme ça. Vous, les pratiquants de La Voie, vous avez le moyen d'étancher votre soif spirituelle. Vous avez un attachement de substitution ; le Saint-Nom, la technique de méditation du même nom et le reste des quatre piliers.

 

 

 

Le détachement

 

 

 

À propos de détachement, puisqu'il paraît qu'il faut en passer par là pour aller profond dans la conscience… L'attachement le plus fort est celui à notre identité. Lâcher sa voiture est facile, donner de l'argent, quand on en a peu, n'est pas plus difficile, donner sa tablette est encore une chose assez facile, mais se détacher de l'image de soi ! Bien sûr, vous le savez que ce "soi-même" qu'il vous faudrait lâcher n'est pas le vrai ! Mais vous êtes tellement habitué à ce "vous", que vous croyez être, que vous n'arrivez pas à le lâcher. Lâcher l'image que vous avez de vous, vos certitudes, c'est le plus difficile.

 

 

 

Lutter contre le mal,

les guerriers de Lumière

 

 

 

Vous acceptez, théoriquement, de vous donner, mais vous voulez vous donner à Dieu, en personne, sinon non. Vous avez une telle estime pour vous qu'il vous faut Dieu en personne pour vous donner à Lui, parce que vous le valez bien. Ah ce n'est pas évident l'humilité ! Quand on a la Grâce de souffrir d'un déficit d'auto-estime, c'est moins difficile d'être humble et de se donner, mais lorsqu'on a une haute idée de soi, comment fait-on ? Et, a-t-on même le besoin de le faire ?

 

 

Il est des gens qui vont sur une voie spirituelle comme on va sur le sentier de la guerre et ils se disent lutter contre le mal ! Ils se disent guerriers de lumière, en toute simplicité ! C'est fou ! Ils se trompent complètement. Comment peut-on se croire suffisamment fort pour se dire capable de lutter contre le mal, ne serait-ce que contre la part de mal qui est en soi ? Quelle vanité, quel aveuglement !

 

 

Devinez ce qui, en vous, peut bien vous souffler de telles énormités ? Le faux-ego vous propose un adversaire pour vous empêcher de bien faire, ainsi, pendant que vous vous battez contre ses chimères, il reste tranquille, sans risque. Ce qui est dangereux, pour le faux-ego, c'est le vrai détachement, autrement dit l'attachement au Saint-Nom.

 

 

 

Occupez-vous en premier

du Royaume

 

 

 

Si vous avez une grande motivation mystique, spirituelle, venant du bon endroit, alors vous avez à observer l'agya et ses piliers, simplement. Le reste appartient à la Grâce ou providence, comme disent les chrétiens. « Cherchez premièrement le Royaume et la justice de Dieu et toutes ces choses vous seront données par-dessus ». (Matthieu 6:33), que celui qui a l'entendement pour entendre, entende !

 

 

Quand vous rencontrez la paix que Dieu a mise en votre dedans, cette paix qui est ce qui vous rend vivant, alors vous n'avez plus à vous battre. Il ne s'agit pas de se battre, il s'agit de se donner... de s'adonner à la paix du dedans. S'adonner à la paix signifie, pratiquement, préférer être dans le Saint-Nom que de ne pas y être. Le fait d'être dans le Saint-Nom, c'est-à-dire au minimum d'aimer pratiquer la technique du Saint-Nom, que ce soit votre état par défaut. Je sais que le lecteur de ce satsang, qui n'est pas initié à la pratique de La Voie, se demandera ce que signifie tout ça, mais vous, vous qui êtes des pratiquants vous voyez bien ce que ça signifie.

 

 

 

Vous connaissez le chemin,

alors marchez-y

 

 

 

Mettez-vous immédiatement à méditer sur le Saint-Nom chaque fois que vous vous apercevez que vous n'y êtes pas et que ça vous joue des tours et tant pis si vous êtes les trois quarts du temps en dehors. Ce n'est pas une raison pour ne pas vous y mettre quand vous en avez besoin ! Le temps passé dans le Saint-Nom n'est jamais du temps de perdu. Une seconde de Saint-Nom vaut plus qu'une après-midi en dehors. Alors Soyez confiant ! Vous connaissez le chemin, c'est entre vos mains. Si vous voulez lâcher-prise, pratiquez la technique du Saint-Nom, simplement. Cette technique est tellement plus puissante que de réciter un mantra, de dire un chapelet ou de faire tourner un moulin à prière.

 

 

Pratiquez pour de vrai ; méditez, lisez du satsang et restez dans le service. Vous n'avez pas à être équanime, juste à observer les quatre piliers de l'agya. Si vous voulez être équanime prenez du « Tranxene 50 » toutes les trois heures, vous serez équanime. Non, il s'agit d'approfondir votre conscience en la plongeant dans le Saint-Nom, par la pratique, l'Observance. Il n'y a là rien de compliqué.

 

 

Si vous désirez acquérir des pouvoirs, alors vous n'avez rien à faire sur La Voie. Le vrai mystique refuse les pouvoirs quand ils viennent. Le faux-ego, déguisé en moine (ou l'ego-spirituel), aime les pouvoirs. Souvent, il prétexte la volonté de soigner les gens ou de les aider à évoluer, pour justifier sa course aux pouvoirs. Mais, il faut les refuser pour être sur le vrai chemin, celui dont le Jésus, bouddha, Lao-Tseu, krishna, guru Nanak et tant d'autres encore parlaient. « Te samādhāvupasargā vyutthāne siddhayaḥ. Ces facultés ressenties comme des pouvoirs, par celui qui est tourné au-dehors, sont des obstacles sur la voie du samadhi. » (Yogasûtra 3:37)

 

 

Soyez et restez dans le « non-agir ». C'est ça le « non-agir » si cher au Tao. Les couloirs de contention de l'agya et de l'Observance nous permettent de laisser la Grâce agir à notre place. Quand on agit en pratiquant la technique du Saint-Nom, on est dans le non-agir, celui du Tao-Te-King. La Voie est la voie de la liberté, celle du non-agir (Et pas du rien faire). Lao-Tseu était un maître de La Voie. Le mot Tao signifie, entre autres choses, La Voie. « Le Tout et sa Création ne font qu'Un. La Voie parfaite est le chemin du Royaume où vont ceux dont l'âme a soif de vérité. » (Bhaktimàrga 1-1-47)

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.


 

Tag(s) : #satsang, #lavoie, #spiritualité, #bonheur, #yoga, #méditation, #guerrierdelumière
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :