Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Saint-Nom c'est la trame de notre vie, qu'on le nomme « Parole », « Verbe », « Esprit-Saint », « Vertu-du-Tao », qu'importe, il est la trame de notre vie. Que nous soyons conscients de son existence, de sa vérité ou pas, le Saint-Nom est la trame de notre vie (en vérité, il est plus que sa trame, il est notre vie).

Satsang de sri hans Yoganand ji sur la spiritualité, La Voie, la vie et nos actes.
On peut broder notre existence, en fonction de nos actes, mais la trame existe déjà

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

Télécharger le mp3

 

 

 

 

 

 

 

Le Saint-Nom c'est la trame de notre vie, qu'on le nomme « Parole », « Verbe », « Esprit-Saint », « Vertu-du-Tao », qu'importe, il est la trame de notre vie. Que nous soyons conscients de son existence, de sa vérité ou pas, le Saint-Nom est la trame de notre vie (en vérité, il est plus que sa trame, il est notre vie). Pour construire notre existence le fil de trame ne suffit pas, nous avons besoin du fil de chaîne. Le fil de chaîne est celui que passe le tisserand, avec sa navette, à travers les fils de trame pour tisser le motif du tissu. C'est ainsi pour notre existence : Il y a la trame, elle est la vie, notre vie, et il y a ce que l'on fait de notre vie ; l'existence que nous tissons.

 

 

Nous n'avons pas seulement besoin de la vie qui nous anime. Nous avons aussi besoin d'avoir un toit où s'abriter, de nourriture, d'eau, d'amis, d'amours, d'une activité dans laquelle nous nous épanouissons. Toutes ces choses « en plus », sont ce qui compose le fil de chaîne. Nous n'avons pas besoin seulement de vivre il nous faut aussi exister.

 

 

L'existence, notre existence n'est pas faite seulement de son essence. L'essence n'a pas d'état-d'âme et que nous soyons heureux ou malheureux durant notre existence lui importe peu. L'eau de la source ne coule pas pour l'assoiffé, elle n'a pas d'autre raison, pour couler, que la pente. « C'est à l'assoiffé de se pencher pour y boire, ce n'est pas à la source de couler dans la bouche de l'assoiffé ». Toutes les vies ont besoin d'eau, mais l'eau n'a pas besoin des vies qui ont besoin d'elle. Elle fait son job d'eau, elle coule vers la mer et s'élève au ciel pour y cultiver les nuages.

 

 

 

L'essentiel

et tout le reste

 

 

 

Le Saint-Nom est comme cette eau : toutes les créatures vivantes ont besoin de lui, mais lui n'a pas besoin des créatures vivantes. Il m'est arrivé, dans ma vie, de me retrouver dehors, à Paris ou ailleurs, sans abri où passer la nuit. Je m'asseyais sur un banc, je méditais sur le Saint-Nom et j'ai même, quelques fois, chanté Twaméva (chant dévotionnel ou bhajan). Je me souviens, j'avais conscience de la douceur du Saint-Nom dans ma poitrine, de chanter Twaméva me plongeait dans bhakti (dévotion) mais ça ne me donnait pas un abri pour dormir en paix.

 

 

Je me suis rendu compte que l'essentiel ne peut pas remplacer le reste. Le Saint-Nom ne peut pas remplacer une porte qui ferme, un lit, une couette, un canapé, une salle de bain, une télé, une télécommande ni une bière ! Je chantais Twaméva, je méditais et ça me donnait de l'amour, de la joie, mais l'angoisse d'être seul en pleine nuit, assis sur ce banc d'un jardin public restait en moi, pas au même « étage » mais quand même !

 

 

C'est ça la différence entre l'essence, le Saint-Nom, l'amour de Dieu, l'infini et le corps que nous habitons, sur cette planète Terre, dans cette existence. Dans la dimension spirituelle pure, seul le fil de trame compte, seule l'essence compte. Mais dans l'existence incarnée, il y a plein de fils de chaîne à passer entre les fils de trame pour y tisser la tapisserie de notre vie. Nous avons des choses à faire au quotidien, des choses triviales, nécessaires et nous avons des obligations à assurer, des devoirs à assumer.

 

 

Alors notre dharma (devoir sacré) est de faire ce que l'on a à faire, comme on doit le faire et quand on doit le faire. À partir du moment où l'on fait ça il s'agit aussi de ne pas oublier l'essentiel. Dans l'agya de La Voie il est dit comment on doit se comporter pour participer à l'harmonie de Dieu. Les quatre piliers de la sadhana (ce qu'il faut faire) nous permettent de plonger notre quotidien dans l'essentiel. Tout est lié, parfait.

 

 

 

Oublier l'essentiel

 

 

 

Quand il ne nous manque rien, matériellement, que tous nos besoins sont satisfaits il peut arriver d'oublier l'essentiel. Quand on est dans le dénuement, le besoin, il reste l'essentiel, on le voit comme le nez au milieu de la figure. En été les arbres sont pleins de feuilles et on ne voit qu'elles, c'est à peine si on remarque les branches et puis l'automne arrive et les feuilles jaunissent, se dessèchent et tombent. Bientôt il en reste une, pendue sur une petite branche, et il ne reste plus, sur la feuille elle-même, que la trame qui fait comme une dentelle et on ne voit plus qu'elle. L'essence de la feuille apparaît quand tout le reste disparaît.

 

 

voyez la Grâce au quotidien sans qu'il soit nécessaire de tout perdre et de vous retrouver, une nuit, seul assis sur le banc d'un jardin public à chanter Twaméva. C'est à ça que servent les quatre piliers, c'est à ça que sert le service : à rendre grâce au Seigneur de son harmonie qui vous comble dès que vous vous occupez en premier d'elle. Jésus l'a dit, à en croire les évangiles : « Préoccupez-vous en premier du Royaume et tout le reste vous sera donné de surcroît ». (Matthieu 6:33)

 

 

 

Commencez

par le commencement

 

 

 

La vie sur cette Terre, dans cette incarnation n'est pas faite que du Saint-Nom, même si le Saint-Nom sous-tend toutes choses. Pour vivre la vie comme il est bien de la vivre, il est bon de s'occuper des choses du monde, de satisfaire nos légitimes besoins sans, pour autant, oublier l'essentiel. C'est ça une spiritualité intelligente, équilibrée. Dans l'harmonie fondamentale de Dieu, tout est lié. Dans l'Unité il y a toute la multitude et cette infinie multitude devient l'Unité grâce au ciment de l'harmonie. Commencez par découvrir, en vous, ce ciment, ensuite la multitude des choses de l'existence deviendra l'Unité primordiale de Dieu.

 

 

Le multiple est fait de toutes les choses et les êtres du monde. L'Unité est le Saint-Nom. La technique de méditation du même nom permet au pratiquant de fondre le multiple dans l'Un. C'est là toute La Voie. C'est ce que Lao-Tseu, dans le Tao-Te-King, nommait le « non-agir ». Krishna, dans la Bhagavad-Gîtâ disait le « Service dans l'unité » (Bhagavad-Gîtâ chapitre 3, versets de 3 à 6 ou chapitre 2, verset 1 du « chant de l'éveillé »). Patanjali disait : « Vous pouvez aussi arriver à cette paix par la méditation sur le souffle. Poursuivre cette méditation dans l'action aide à rester en paix » (Yogasûtra, livre 1, aphorisme 34 et 35).

 

 

Un Homme ne peut pas vivre uniquement par son squelette. D'abord mettre le Saint-Nom dans notre vie, ensuite tout le reste, alors la Grâce de Dieu nous est assurée : « Préoccupez-vous en premier du Royaume et tout le reste vous sera donné de surcroît ». (Matthieu 6:33) Notre existence est une tapisserie faite de sa trame et de la chaîne que nous tissons. En prenant pour modèle l'harmonie de Dieu, on tisse une existence d'harmonie et cette existence d'harmonie est libérée de la souffrance, de la vanité, notre vanité. On n'a pas besoin de notre vanité pour vivre heureux. Même si le bonheur n'est pas le but de la vie, franchement il est mieux que le malheur.

 

 

La Grâce de Dieu est toujours là, mais on peut s'en rendre compte comme on peut ne pas s'en rendre compte. Rendez-vous compte de sa Grâce, ainsi vous irez comme elle va, dans l'harmonie au lieu de vous battre contre des ennemis imaginaires.

 

 

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #satsang, #grâce, #saintnom, #spiritualité, #bonheur, #lavoie, #yoga
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :