Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

En un lieu sain et calme, il (le méditant) doit installer un endroit pour méditer, un coussin ni trop haut, ni trop bas. Là, il doit s'asseoir de façon à pouvoir tenir sa posture longtemps et sans douleur en maîtrisant le mental et les sens et en fixant ses pensées, sur un unique point, comme on le lui a appris.

Satsang de sri hans Yoganand ji sur la spiritualité, La Voie, les asanas, les postures et le yoga.
Patanjali, bouddha, krishna ont dit qu'une asana devait être confortable pour tenir longtemps

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

L'accueil du blog

 

 

 

Télécharger le mp3

 

 

 

 

 

 

 

Comme dans le moteur de recherche d'un traitement de texte, ou d'un fichier PDF, vous pourriez entrer quantité de mots différents pour tenter de décrire, d'expliciter cette "posture-intérieure" dont je vous parle si souvent. Par exemple, vous pourriez taper les mots « soif », « humilité », « harmonie », « simplicité », « lâcher-prise ». « Le non-agir est conscience, Grâce et harmonie dans l'action. » (Bhaktimàrga 2-3-4).

 

 

Le lâcher-prise a à voir avec l'harmonie. La posture intérieure, nécessaire à l'unité, est une recette subtile où de nombreux ingrédients entrent en œuvre. Le non-agir est directement lié au lâcher-prise, à l'harmonie et à l'humilité ! Le lâcher-prise, l'absence de tension est la posture intérieure qu'il est utile d'avoir dans sa vie quotidienne, dans le service et dans la méditation.

 

 

On peut bien sûr méditer parfaitement droit et dans un lotus parfait, les mains posées dos sur les genoux, pouces et index se touchant, la nuque bien droite à cause de la kundalini. Cette posture est une bonne posture, mais encore faut-il être jeune et/ou n'avoir aucun problème articulaire ! La méditation telle qu'enseignée et pratiquée sur La Voie, n'oblige personne à prendre cette position. Il est possible de parfaitement méditer semi-allongé, sur une sorte de transat, en tout cas sur la première technique, celle du Saint-Nom. Plus encore : le lâcher-prise sera favorisé par cette position, à condition de ne pas s'endormir !

 

 

 

Lâchez prise

 

 

 

Même si vous tenez la posture du lotus facilement, méditez allongé, pour expérimenter un relâchement des tensions du corps. Sur le dos, jambes et bras écartés, paumes des mains vers le haut, yeux fermés, complètement immobiles, ne vous inquiétez pas pour votre kundalini ! Vous êtes crispé sur vos peurs, vos croyances, vos concepts et sur l'idée que vous avez de ce que doit être un pratiquant dans l'Observance. C'est un peu comme si vous aviez vos poings crispés, serrés. Dans cette posture crispée vous passez souvent à côté de tellement d'amour, de paix.

 

 

Dans le « Chant du bienheureux » ou Bhagavad-Gîtà, il est dit : « « En un lieu sain et calme, il (le méditant) doit installer un endroit pour méditer, un coussin ni trop haut, ni trop bas. Là, il doit s'asseoir de façon à pouvoir tenir sa posture longtemps et sans douleur en maîtrisant le mental et les sens et en fixant ses pensées, sur un unique point, comme on le lui a appris.

 

 

Le corps et la tête droits, le regard entre les sourcils, le mental soumis, il doit méditer sur L'Un et en faire le but ultime de sa vie. Ainsi, par la maîtrise du corps, par celle du mental et de l'acte, l'initié, soustrait à l'existence matérielle, pour le temps de sa méditation, atteint L'Unité en Lui. » (chapitre 5, verset 6 pour le « Chant du bienheureux » et chapitre 6, versets 11&12, 13&14 pour la « Bhagavad-Gîtâ »).

 

 

Bouddha Gautama a dit : « Comment un dévot, un pratiquant médite-t-il sur le corps subtil dans le corps grossier ? Un dévot, un pratiquant doit trouver un endroit calme et isolé et s’asseoir les jambes croisées, le corps droit et fixe, dans une posture confortable qu'il peut garder longtemps. Il fixe alors son attention dans son masque et il inspire, puis expire. Il doit garder son attention parfaitement fixée sur l'inspiration et sur l'expiration.

 

 

Le méditant se concentre sur son inspiration, pleinement conscient qu'il inspire, que l'air pénètre son corps, emplissant ses poumons. Il se concentre sur son expiration, pleinement conscient qu'il expire, que l'air quitte son corps, vidant ses poumons. » (Mahàsatipatthàna Sutta, extrait de la première partie, « le corps », A/La respiration).

 

 

Patanjali a dit : « Ces étapes (les sept) sont Le respect de ses devoirs, vis-à-vis des autres et de soi-même, l'autodiscipline, avoir une posture stable et confortable en méditation. Garder son attention posée sur la respiration, rester concentré, ne pas bouger. Placer ses sens en état de perception atténuée et pour finir le samadhi : entrer en contemplation et se fondre dans la béatitude. » ( Yogasûtra, livre deux, aphorisme 29).

 

 

Il suffit de lâcher-prise, pas de ne rien faire : la technique du Saint-Nom n'est pas ne rien faire ! Donc, à un moment donné vous êtes dans une position confortable, vous fermez les yeux et vous écoutez ce que je vous ai appris à écouter, en vous : le Saint-Nom. Si l'environnement est bruyant mettez des boules spéciales dans vos oreilles. Écoutez et détendez-vous. Profitez de l'instant, ce doit-être du plaisir.

 

 

Le lâcher-prise est important, même dans la journée. Pourquoi être si sévère avec vous-même ? Laissez ce soin aux autres. C'est votre héritage judéo-chrétien, cette manie de la souffrance ! Depuis les premiers chrétiens, vous avez une manie sadomasochiste, spirituellement. C'est aussi une manie du faux-ego, de l'ego-spirituel qui est un vrai « zélote » quand il s'agit de vous plonger dans la confusion : « Tu ne médites pas assez, tu n'es pas assez dévoué... tu as trop de plaisirs... » La souffrance n'est pas obligée, je veux dire que vous pouvez même l'éviter. Il n'est pas utile de souffrir.

 

 

Tout est une question de motivation. Quand on aime l'équitation, se lever à cinq heures du matin pour aller nettoyer l'écurie et s'occuper des chevaux n'est pas un sacrifice ni une souffrance. Sur La Voie c'est la même chose, tout est dans la motivation. Mais, qu'est-ce que l'on peut aimer, sur La Voie ? On peut aimer la conscience de la paix qu'il y a en notre dedans. Pour aller sur cette voie plus profondément il faut le vouloir vraiment. « Dans l'Observance tu vois la Grâce, son harmonie diriger ta vie qui devient alors harmonieuse. » (Bhaktimàrga 2-7-13).

 

 

 

Détendez-vous

 

 

 

Détendez-vous. Vous n'avez pas d'examen à passer et il n'y a pas de punition si vous n'y arrivez pas ! Juste profitez ! Le lâcher-prise est vraiment physique. Voyez la rancune : quand vous avez de la rancune envers quelqu'un, à juste ou injuste titre, qui souffre de cette rancune ? C'est vous qui souffrez de cette rancune ; elle vous empoisonne vous. Alors qu'il suffit de lâcher prise, de ne plus en vouloir à cette personne. Attention, s'il y a préjudice important et méchanceté réitérée, il est important de faire en sorte que le problème soit réglé, mais la rancune doit être évitée, la rancune et la haine. Ces sentiments salissent et blessent celui, celle qui les porte.

 

 

Lâchez aussi vos exigences, elles sont parfois irréalistes et génèrent de la frustration, de la colère et de la confusion. Dans la méditation le lâcher-prise est important. Il ne s'agit pas de ne plus pratiquer la technique, non, mais que vos coudes, que vos mains, que votre cou soient dans le confort et la décontraction. C'est ça la contemplation. C'est ça la paix et l'harmonie de l'instant. Le lâcher-prise entraîne l'harmonie qui entraîne la paix.

 

 

La vie est simple, vous vous la compliquez à loisir. A chaque fois que vous choisissez de fermer les yeux et de méditer, quand vous les ouvrez de nouveau, tout vous paraît plus simple. Faites ce que vous avez à faire en vous décontractant et en mettant en avant le Saint-Nom, quand vous le connaissez pour avoir reçu la Révélation des quatre techniques de La Voie, sinon, demandez-la.

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #yoga, #patanjali, #yogasutra, #bouddha, #lavoie, #méditation, #spiritualité
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :