Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Quelqu'un qui médite te ramène plus au Saint-Nom que quelqu'un qui te parle du Saint-Nom... c'est le satsang vivant. Pour communier on doit se taire, partager le silence et ce silence est plein de béatitude. Nous nous sentons plus proches, plus en connivence quand nous partageons le silence.

Satsang de sri hans Yoganand ji sur le silence, l'harmonie, le son, la spiritualité et La Voie.
Quand aucun bruit d'origine humaine ne se fait entendre, le "silence" est le son de l'harmonie

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

L'accueil du blog

 

 

 

Télécharger le mp3

 

 

 

 

 

 

 

La plus belle des choses que l'on peut partager, entre pratiquants des quatre piliers, c'est le silence dans le Saint-Nom. Entre suiveurs assidus de l'agya, nous n'avons rien à nous dire de mieux que du satsang. Nous avons la Grâce de pouvoir vivre ensembles la conscience du moment. Ce partage est ce que nous pouvons nous offrir de plus vrai, de plus sincère, de plus intelligent et de plus utile.

 

 

 

Ah, le silence

 

 

 

Quelqu'un qui médite te ramène plus au Saint-Nom que quelqu'un qui te parle du Saint-Nom... c'est le satsang vivant. Pour communier on doit se taire, partager le silence et ce silence est plein de béatitude. Nous nous sentons plus proches, plus en connivence quand nous partageons le silence. Maintenant nous pouvons parler pour dire des bêtises, rire… Ou pour avoir du satsang ou un entretien particulier sur un sujet particulier : la liste des courses, les devoirs scolaires des enfants, l'organisation des vacances, etc.

 

 

Quand je médite, que je ne parle pas, c'est si plein de béatitude. Soyez comme une plante ; aussi têtu qu'une plante, que l'herbe des champs. Revenez sans cesse en ce centre de vous que vous quittez si facilement et si souvent. Revenez-y comme un réflexe. Vous sortez du Saint-Nom, vous y revenez, vous ressortez encore, vous y revenez encore, et ainsi de suite, tout le temps.

 

 

Comme l'herbe que l'on tond et qui repousse : on la tond et elle repousse, on la tond encore et elle repousse encore. Une herbe ne réfléchit pas, elle n'a pas d'état d'âme, on la tond, elle repousse. Faîtes comme elle ; revenez au Saint-Nom chaque fois que vous vous apercevez que vous en êtes sorti.

 

 

C'est vrai que si je m'écoutais, je ne dirais jamais rien. Mais, le monde des Hommes ne me le permet pas, pas plus que mon devoir. Déjà que je passe pour une étrange personne, alors imaginez, si j'étais atteint de mutisme ! L'interaction avec notre environnement nous porte souvent à sortir de notre couette intérieure... c'est ça le dharma !

 

 

Et puis, je me dois aux gens que j'aime et ne puis paraître les ignorer tout le temps. C’est pour ça que l'équanimité méditative est une chimère ! Nous ne sommes pas seuls. Mais, en tout cas profitons bien de ces moments de silence, quand ils se présentent et emplissons-les du Saint-Nom. Le Saint-Nom c'est le son du silence.

 

 

 

Plus on est connecté

et plus c'est facile

 

 

 

Plus vous êtes connecté au Saint-Nom et plus c'est facile. Pour ce qui me concerne, ce qui est moins facile, c'est d'être connecté et de rester intéressé par le monde et les histoires des Hommes. Il faut doser. Pour assumer ses devoirs, il faut doser. Plus je médite et moins j'ai envie d'en sortir. Soyez têtu comme l'herbe et ça fonctionne ! Chaque fois que vous vous connectez l'instant est meilleur que celui d'avant, plus pertinent.

 

 

Revenir au Saint-Nom c'est revenir à la réalité, à sa place. Rien de ce que vous pourrez dire ne remplacera la conscience du Saint-Nom. Vous recevez tellement plus de lumière, de certitudes et de Grâce dans le silence du Saint-Nom que lorsque vous conversez à n'en plus finir à propos de la vie, de la vérité, du but de l'homme. Si vous aimez les battles de mots, comme certains moines bouddhistes, juifs et rappeurs, alors pourquoi pas, mais n'attendez pas autre chose que de la distraction. Faites-le en conscience. Pourquoi pas avoir du plaisir intellectuel, écrire des poèmes, faire des mots croisés, jouer à polémiquer... mais que ça reste des jeux.

 

 

Les mots doivent rester des plaisirs intellectuels, des outils de communication pratiques et des véhicules du satsang cependant ils ne peuvent vous mener là où vous êtes si bien, dans la béatitude. J'aime être bercé par le Saint-Nom, comme par des vagues sur une plage… Le sac, le ressac, le sac, le ressac, chaque fois que je suis bercé dans ce rythme binaire du Saint-Nom, je ne m'ennuie pas et n'ai pas envie d'en sortir. Quand c'est profond même le service (un des quatre piliers) est difficile. Quand je suis dans le Saint-Nom profondément je suis un gros fainéant ! Il me faut un grand respect pour le dharma, si je veux me lever et agir. Vous voulez apprendre à méditer, copiez sur le lézard au soleil.

 

 

 

Rien ne vaut

la conscience

 

 

 

Rien ne vaut la conscience, quand vous en manquez, vous n'êtes pas vraiment vivant, comme dans un rêve. C'est la Màyà, l'illusion : quand vous n'êtes pas dans le Saint-Nom, vous êtes dans l'illusion. Ce qui jette le voile de l'illusion sur la vérité ce sont les concepts. Les concepts sont les fruits de la pensée en roue libre.

 

 

Quand vous allez au-delà des concepts, dans la vérité du Saint-Nom, que vous vous laissez bercer par le rythme binaire du Saint-Nom, vous êtes en paix ; comme en transe, une transe tranquille... C'est comme un mantra, un mantra que vous ne dites pas, que vous écoutez. Alors vous êtes dans l'instant présent et cet instant-présent, c'est exactement le même que tous les instants présents que vous avez connus depuis le tout début de votre existence. C'est fou ! C'est toujours le même !

 

 

Quand ça vous arrive profitez-en. Vous avez tant et tant d'occasions de le quitter cet instant. Par ailleurs, on ne peut pas faire comme si nous n'avions ni attaches ni obligations. Alors ne soyez pas étonné de ne pas être plus souvent dans cet état de Grâce, mais désirez-le, ayez-en besoin et profitez-en quand vous y venez.

 



 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #satsang, #spiritualité, #lavoie, #bonheur, #méditation, #silence, #harmonie
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :