Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

J'ai dit : « Je connais la vérité » et quand on dit ça, à qui veut l'entendre, il nous est répondu : « Celui qui dit détenir la vérité est un menteur, un affabulateur, car personne ne détient la vérité ! » C'est vrai, personne ne détient la vérité, mais ces gens, où ont-ils vu que je disais la détenir ? J'ai dit que je la connaissais, la vérité universelle, pas que je la détenais.

Satsanf de sri hans Yoganand ji sur la vérité, la spiritualité, la voie, le bonheur et la vie.
Connaître la vérité universelle n'est pas la détenir. Personne ne peut la détenir, elle est trop grande !

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

 

 

Je vais vous parler de moi, pas pour m'étendre sur ma vie, mais parce que je sais que ça en intéresse certains. Vous vous demandez peut-être comment c'est, quand on est arrivé au bout de La Voie. Je peux vous le dire : c'est comme avant en mieux ! Tout dépend de ce que l'on veut dire par « Arriver au bout de La Voie ».

 

 

Si c'est la Libération (de l'âme des chaînes du cycle des incarnations), eh bien je n'y suis pas arrivé, pas encore et je ne suis pas pressé ! Quand on arrive à ce bout-là, de La Voie, c'est-à-dire à se fondre dans l'Unité, en toute conscience et liberté, eh bien on est mort… Je veux dire le corps et le mental, les souvenirs, les connaissances apprises, la personnalité, sauf d'être en nirvikalpa-samadhi.

 

 

Quand la vie quitte le corps, la conscience ou âme, la suit comme un poisson remonte le courant d'une rivière. Notre âme est comme un hologramme fait par la lumière de Dieu et la conscience l'anime. Cette conscience, c'est notre conscience… C'est nous, si on met à part ce qui ne dure pas, l'éphémère comme le corps et le mental. Il est question, durant notre existence, d'identifier cette conscience à l'âme de telle façon que lorsque l'âme quittera le corps, en suivant le courant de la Grâce, notre conscience, nous la suivions pour aller, avec elle, où elle va. Mais au moment où l'on passe de l'autre côté du miroir, on oublie tout ce que nous avions cru être et c'est la peur de se perdre, à cause de ça, qui nous paralyse.

 

 

 

Arrivé au but,

que fait-on ?

 

 

 

Une fois que l'on a atteint le bout de La Voie, pas la Libération, mais la Réalisation, que fait-on ? On se suicide ? S'il nous reste plusieurs décennies à vivre dans ce corps, avec ce mental, sur cette planète, que fait-on ? Est-ce que l'on siège au Conseil constitutionnel, comme les anciens présidents ? Non, bien sûr ! Alors on continue à vivre, comme avant, en mieux !

 

 

Pour ma part, je suis retraité, donc je vis une vie de retraité… Sauf que je ne sors pas dans la rue avec mes pantoufles et que je ne mets pas mon pull dans mon pantalon remonté jusque sous le plexus solaire ! Bon, j'admets ne pas avoir une existence banale, en ce sens où je donne satsang et la Révélation, que j'ai des enfants encore en âge scolaire et que pour un retraité ce n'est pas si courant ! Mais, à part ça je vis tout à fait normalement. Je ne me déplace pas en palanquin, porté par des disciples, mais en deux chevaux Citroën.

 

 

Une autre différence est que l'on sait ce qu'il y a de l'autre côté du miroir. On y est allé de son vivant et l'on en a gardé le souvenir et l'on sait comment y retourner, toujours de son vivant. Vous savez, quand on a chopé le truc cela devient facile. Ce qui est difficile, apparemment, c'est de choper le truc ! Au moins je peux aider ceux qui demandent mon aide, ce n'est pas si mal. Je connais la vérité et c'est rassurant. C'est bien de vivre en étant rassuré, cela enlève une grande peur de sa vie même si le corps, lui, génère sa propre peur viscérale.

 

 

 

Je connais

la vérité

 

 

 

J'ai dit : « Je connais la vérité » et quand on dit ça, à qui veut l'entendre, il nous est répondu : « Celui qui dit détenir la vérité est un menteur, un affabulateur, car personne ne détient la vérité ! » C'est vrai, personne ne détient la vérité, mais ces gens, où ont-ils vu que je disais la détenir ? J'ai dit que je la connaissais, la vérité universelle, pas que je la détenais.

 

 

Personne ne détient la vérité universelle, elle est plus grande que nous ! La détenir on ne le peut pas, mais la connaître, ça on le peut ! Il suffit que quelqu'un qui la connaissait nous la montre, alors nous la connaissons à notre tour. C'est ensuite à nous de la montrer à d'autres... « Passe à ton voisin ! »

 

 

Quand on est arrivé à la Réalisation on a toujours un corps, un ego, un mental et un faux-ego, on est une personne humaine comme toutes les personnes humaines. Sans ego l'âme ne pourrait pas rester incarnée. Le faux-ego (que beaucoup croient être l'ego) ne peut plus nous tromper, se faire passer pour nous. Voilà la différence, mais on a toujours le libre-arbitre et l'on peut très bien choisir d'écouter le faux-ego, en toute connaissance de cause, plutôt que la vérité. Vous savez, Lucifer est censé être un ange ou un archange déchu ! De connaître la vérité ne nous enlève pas la capacité à choisir le bien ou à choisir le mal.

 

 

Il y a quelque chose d'encore différent, quand on est éveillé, c'est la claire-vision, on distingue à coup sûr ce qui est vrai de ce qui est faux. On a aussi un attachement très fort pour la vérité, sa lumière, sa paix et l'on a tendance à préférer aller dans la vérité qu'en dehors. C'est ça un éveillé, c'est quelqu'un qui est toujours dans le vrai, ce qui n'empêche pas d'être humain, avec des défauts et des qualités.

 

 

Nous n'avons pas de pouvoirs tels que celui de léviter, de lire les pensées des autres, etc. On en a d'autres, mais c'est inutile d'en parler ici. Si vous voulez savoir, vous me poserez la question personnellement. On peut être malade, on peut être agacé par des choses agaçantes, s'énerver, se calmer, aimer, ne pas aimer... bref ! Être humain, quoi même si l'on est incapable de rancune, de haine et si l'on fait toujours passer ses devoirs, sa raison avant ses désirs et ses envies.

 

 

 

On ne change pas

radicalement

 

 

 

Le mental n'a pas changé, fondamentalement, après un nirvikalpa-samadhi... c'est la conscience qui a changé pas le mental. L'éveil n'efface ni votre passé, ni vos souvenirs, ni vos connaissances, ni votre personnalité. Si avant le nirvikalpa-samadhi vous étiez con vous le restez après sauf que vous prenez de la distance avec votre mental et que ça se voit moins, sauf pour vos très intimes. Le nirvikalpa-samadhi ne vous « Déconifie » pas ! Mais vous ne vous identifiez plus à votre mental, votre personnalité, vos pensées, vos souvenirs, votre personnalité, votre corps, mais vous êtes l'âme, c'est vous le maître de votre maison. C'est une différence importante.

 

 

Je continue de pratiquer les piliers de l'agya et je profite du bonheur qu'il y a dans la conscience de Sa Grâce. Je profite de l'amour, de l'amitié, de manger à ma faim, de prendre une douche, d'écouter de la musique, je vis quoi ! Je ne passe pas mon temps assis sous un figuier à méditer, même si l'idée me plaît assez. Il m'est arrivé souvent et longtemps, dans ma vie depuis le nirvikalpa-samadhi, de méditer jusqu'à dix heures par jour, chaque jour. Mais c'était avant d'avoir des enfants et des disciples, et aspirants. Maintenant je dois rester disponible et être en lotus toute la journée ne rend pas particulièrement disponible.

 

 

Je vis et la vie sur Terre, comme je la connais, continue de couler comme le sable dans un sablier et sans que j'y sois pour grand-chose, je m'approche de la fin de cette aventure. Quand j'avais vingt ans ou trente je ne pensais pas à la retraite et maintenant j'y suis, à la retraite. La prochaine étape, c'est la fin du voyage et je connais l'infinie douceur du Royaume, comme disait Jésus quand il parlait de la béatitude. Je connais l'infini bonheur de la lumière qu'il y a partout, de l'autre côté. Elle ne me fait pas peur, je la vois chaque jour, quand je médite, mais mon mental, mon corps ont déjà la nostalgie de cette existence, avec ses peines et ses joies, mais qu'importe, je ne les écoute pas.

 

 

Le meilleur gamay (Vin blanc d'Alsace), un bon Munster fermier (Fromage fort d'Alsace) et un pain aux noix tiède sont un ensemble merveilleux, mais la lumière, la musique divines sont bien au-dessus de ces plaisirs… En tout cas pour mon âme, même si mon corps et mon mental apprécient la première proposition ! Chaque chose en son temps. Il y a un temps pour le fromage et le pain, un autre pour l'infini et sa paix lumineuse. Pour l'instant, je vis l'instant et il me semble s'étirer à l'infini, alors j'y reste autant que possible par l'observance des quatre piliers. Profitez de votre vie en toute conscience et rendez grâce à Dieu, c'est ce que vous avez de mieux à faire en attendant la fin du voyage.

 

 

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #satsang, #vérité, #spiritualité, #lavoie, #méditation, #bonheur
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :