Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jésus disait que la graine devait être semée dans une bonne terre, sans cailloux ni ronces. C’est à ça que sert l'attente de la Révélation : à préparer la terre afin que la graine semée germe, prenne racine et se développe.

 

Satsang de sri hans Yoganand ji sur la spiritualité, la graine à semer, La Voie, le bonheur.
Une initiation c'est comme semer une graine : il faut bien préparer la terre avant de la semer

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

 

Le semeur

 

 

 

« Ce jour-là, Jésus sortit de chez lui et alla s’asseoir au bord du lac. Autour de lui la foule se rassembla si nombreuse qu’il dut monter dans une barque. Il s’y assit. La foule se tenait sur le rivage. Il prit la parole et leur exposa bien des choses sous forme de paraboles. Il leur dit : Un semeur sortit pour semer. Alors qu’il répandait sa semence, des grains tombèrent au bord du chemin ; les oiseaux vinrent et les mangèrent.

 

D’autres tombèrent sur un sol rocailleux et, ne trouvant qu’une mince couche de terre, ils levèrent rapidement parce que la terre n’était pas profonde. Mais quand le soleil fut monté haut dans le ciel, les petits plants furent vite brûlés, et comme ils n’avaient pas vraiment pris racine, ils séchèrent. D’autres grains tombèrent parmi les ronces. Celles-ci grandirent et étouffèrent les jeunes pousses. D’autres grains enfin tombèrent sur la bonne terre et donnèrent du fruit avec un rendement de cent, soixante, ou trente pour un. Celui qui a des oreilles, qu’il entende !

 

Alors ses disciples s’approchèrent et lui demandèrent : Pourquoi te sers-tu de paraboles pour leur parler ? Il leur répondit : Vous avez reçu le privilège de connaître les secrets du royaume des cieux, eux ne l’ont pas reçu. Car à celui qui a, on donnera encore, jusqu’à ce qu’il soit dans l’abondance ; mais à celui qui n’a pas, on ôtera même ce qu’il a.

 

Voici pourquoi je me sers de paraboles : c’est que, bien qu’ils regardent, ils ne voient pas, et bien qu’ils écoutent, ils n’entendent pas et ne comprennent pas. Pour eux s’accomplit cette prophétie d’Esaïe : Vous aurez beau entendre, vous ne comprendrez pas. Vous aurez beau voir de vos propres yeux, vous ne saisirez pas. Car le cœur de ce peuple est devenu insensible. Ils ont fait la sourde oreille et ils se sont bouché les yeux, de peur que leurs yeux ne voient, et que leurs oreilles n’entendent. De peur que leur cœur ne comprenne, qu’ils ne se tournent vers moi et que je les guérisse.

 

Vous, au contraire, vous êtes heureux, vos yeux voient et vos oreilles entendent ! Vraiment, je vous l’assure : beaucoup de prophètes et de justes ont désiré voir ce que vous voyez, mais ne l’ont pas vu ; ils ont désiré entendre ce que vous entendez, mais ne l’ont pas entendu.

 

Vous donc, écoutez ce que signifie la parabole du semeur : Chaque fois que quelqu’un entend le message qui concerne le royaume et ne le comprend pas, le diable vient arracher ce qui a été semé dans son cœur. Tel est celui qui a reçu la semence « au bord du chemin ».

 

Puis il y a celui qui reçoit la semence « sur le sol rocailleux » : quand il entend la Parole, il l’accepte aussitôt avec joie. Mais il ne la laisse pas prendre racine en lui, car il est inconstant. Que surviennent des difficultés ou la persécution à cause de la Parole, le voilà qui abandonne tout.

 

Un autre encore a reçu la semence « parmi les ronces ». C’est celui qui écoute la Parole, mais en qui elle ne porte pas de fruit parce qu’elle est étouffée par les soucis de ce monde et par l’attrait trompeur des richesses.

 

Un autre enfin a reçu la semence « sur la bonne terre ». C’est celui qui écoute la Parole et la comprend. Alors, il porte du fruit : chez l’un, un grain en rapporte cent, chez un autre soixante, chez un autre trente ». (Matthieu, parabole du semeur 13:1 à 23)

 

 

 

Décryptage

 

 

 

(Sri Hans yoganand, s’adressant aux disciples) Bon, la Parole, vous voyez ce que c’est, plus ou moins… Jésus, en parlant de Parole parle de deux choses ; d’une part du satsang, d’autre part du Saint-Nom ou Verbe. Les mystères du Royaume sont les quatre techniques révélées. Ce que vous pouvez voir et entendre, que les autres, même des saints et des prophètes ne peuvent ni voir ni entendre c’est la lumière-intérieure, le Saint-Nom et la musique-intérieure. Ce que vous comprenez, eh bien, c'est la dévotion, c’est l’amour en vous et soyez heureux, heureuses de ça.

 

 

Bien sûr, la graine (la Révélation) est tombée en vous, comme la graine dans la terre. Elle a pris, elle a grandi et les ronces qui étaient encore là n’ont pas étouffé cette graine que vous avez reçue lors de l’initiation. Chez d’autres cette graine reçue n’a pas pris racine, ils ont quitté La Voie, avant même de commencer à y marcher et ont continué leur recherche auprès d’autres maîtres, sur d’autres voies.

 

 

À quoi ça sert de s’échiner à parler à ceux qui n’ont pas d’oreilles pour entendre ? Jésus parlait à ceux qui avaient des oreilles, de l’entendement pour l’entendre. Ils ne savaient pas qui ils étaient, ni combien ils étaient, parmi la foule, à l’entendre, mais il s’adressait à eux, car c’était son devoir de le faire. Aucune explication ne peut faire comprendre quoi que ce soit à propos de La Voie. Ça touche quelque chose de profond, enfouie sous des couches de choses apprises dans le monde, durant l’existence.

 

 

 

Explications

 

 

 

Je donne beaucoup d’explications, il faut bien que je m’occupe ! Mais je ne me fais aucune illusion sur le pouvoir de mes paroles. Quand quelqu’un ne veut pas entendre, il est le plus grand des sourds et aucune parole de lui dira quoi que ce soit. Je continue de passer mon temps à écrire, à parler à propos de La Voie pour les quelques rares personnes qui cherchent vraiment, croyant ne pas savoir. Il y a tant de gens qui croient savoir et avoir quelque chose à apprendre aux gens ! Il y a plus de maîtres que de disciples !

 

 

Vous savez, quand on dit « Saint-Nom » ou « Verbe » à quelqu’un ça ne veut rien dire. La plupart des gens qui lisent ou entendent ce mot pensent à un mantra, ce qu’il n’est pas. D’autres pensent à « Yahvé », d’autres à « Allah » ou à un autre de ses quatre-vingt-dix neuf noms, mais vous, qui avez reçu la Révélation, vous savez très exactement de quoi je parle.

 

 

Cette Révélation je ne peux pas la donner en vrac, et par écrit, sur les réseaux, car elle se donne en particulier, en face à face, que ce soit physiquement présent ou par webcam pour ceux qui sont trop loin. Il faut passer par une petite période de préparation avant de recevoir cette Révélation.

 

 

Jésus disait que la graine devait être semée dans une bonne terre, sans cailloux ni ronces. C’est à ça que sert la période de préparation à la Révélation : à préparer la terre afin que la graine semée germe, prenne racine et se développe.

 

 

Beaucoup de gens m’écrivent, par la page de contact des blogs, pour me demander les quatre techniques. Je leur réponds que oui, il n’y a pas de problèmes, qu’il faut passer par une période de préparation, alors ils ne me répondent plus et je ne les revois plus : attendre, ils ne le peuvent pas !

 

 

 

Le Verbe

 

 

 

La Voie est si simple ! Il faut des années de pratique, après avoir reçu la Révélation, pour se rendre compte de sa simplicité. Ce n’est pas facile de faire simple quand on est compliqué ! Il faut des centaines de satsang pour commencer à comprendre quelque chose et des méditations aussi. Alors, imaginez combien sont ceux qui ont la patience d’attendre pour comprendre. Il en faut de la motivation, une vraie soif de vérité ! C’est pour ça que Jésus ne s’adressait qu’à ceux qui avaient des oreilles pour l’entendre et l’écouter. Il en faut des incarnations pour arriver à cette soif, à cet entendement.

 

 

Le Saint-Nom ou Verbe, voyez ce que Jean en disait, dans la genèse, quand il a écrit : « Au début était le Verbe, le Verbe était avec Dieu, le Verbe était Dieu » De quel Verbe parlait-il ? Du verbe être ? Du Ôm ? On connaît ce Verbe, quand on a reçu la Révélation et que l’on pratique les quatre piliers. Le Saint-Nom ce n’est pas la technique dite du Saint-Nom… la technique, c'est le support, l’objet de méditation… le Saint-Nom, que dans le Tao-Te-King ou désigne par l’expression : « La Vertu du Tao » n’est pas une suite de lettres formant un mot. C’est le Tao en action ou la force de Dieu.

 

 

Quand on commence à avoir un peu d'expérience dans la pratique, on ne pratique plus le Saint-Nom : on se met dedans. Bon, entendons-nous bien, la technique, on continue de la faire, mais on se plonge dans le Saint-Nom plutôt que de pratiquer uniquement la technique. On connaît par cœur le chemin vers la vacuité, si pleine de paix, et on y va directement.

 

 

Il faut des années pour en arriver là, ou c’est rapide, tout dépend de la personne, où elle en était arrivée à la Révélation. Mais beaucoup de gens voudraient arriver avant même d’être parti ! De la patience, voilà ce qu’il faut. Un pèlerin, sur la route de saint Jacques, ne prendra pas l’avion pour arriver plus vite, il ne voudra pas faire l’économie du chemin. Le chemin est aussi important que le but.

 

 

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #lavoie, #satsang, #spiritualité, #bonheur, #méditation, #vérité, #graine
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :