Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Krishna, son enseignement dirige le char, l'incarnation d'Arjuna en guerre contre l'ignorance. Ce char est tiré par quatre chevaux et Krishna maîtrise ces quatre chevaux. Ces quatre chevaux symbolisent les sens, qui sont quatre au niveau du cerveau.

Satsang de sri hans Yoganand ji à propos du Saint-Nom, de la spiritualité, de La Voie et d'un trésor.
Il y a en nous un trésor qui, comme le Jade, n'apparait que losqu'on le travaille

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

L'accueil du blog

 

 

Télécharger le fichier audio

 

 

 

 

 

Il a déjà été dit, dans le satsang précédent, que la constance était bien utile pour être là quand les conditions sont réunies et pour, ainsi, vivre intérieurement quelque chose de motivant à continuer la pratique assidue. Il était question d'aurore boréale, si vous vous en souvenez. Eh bien ce n'est pas la seule vertu de la constance, elle est beaucoup plus importante que ça, la constance. Je vais prendre un chemin détourné pour vous l'expliquer, ne vous impatientez pas ; vous savez, il y a dans votre cerveau deux types de mémoires, une mémoire à court terme et une mémoire à long terme. La mémoire à court terme a son siège dans le cortex du cerveau, cette partie qui fait les circonvolutions remarquables de cet organe. Au milieu du cerveau, entre les deux lobes, il y a l’hippocampe, qui est le siège de la mémoire à long terme.

 

 

 

Les deux mémoires

 

 

 

Quand vous êtes en phase d'apprentissage, ce que vous apprenez passe d'abord dans la mémoire à court terme. C'est un peu comme la mémoire RAM de votre ordinateur. Immanquablement, tout ce qui passe par la mémoire à court terme, à force de répétition, comme on apprend une poésie, par exemple, migre vers la mémoire à long terme. Alors, les choses apprises s'inscrivent dans l'hippocampe comme dans un disque dur.

 

 

Ce qui est important, ce qui se répète, ce qui est habituel finit toujours par s'inscrire dans la mémoire à long terme, par s'installer dans votre cerveau. Il y a ainsi des leçons que l'on a apprises par cœur à l'école et dont nous nous souvenons toute notre vie, en fonction de notre intérêt pour la matière. Il y a des leçons de biologie végétale dont je me souviens encore près de cinquante ans après les avoir apprises.

 

 

On dit que l'être humain s'est adapté à son milieu : quand le milieu était froid, eh bien l'être humain s'adaptait et cette adaptation, le changement de régime alimentaire, par exemple, finissait par s'inscrire dans le génome, afin qu'elle se transmette aux générations suivantes. Donc les changements de comportement liés à l'adaptation au climat, s'inscriraient dans les gènes de l'être, eh bien apparemment, cette théorie est fausse !

 

 

C'est le climat qui change le codage ADN, directement, permettant l'adaptation de l'être humain. S'il fait chaud, sec, froid, humide, cela agit sur l'ADN, change sa structure et ces changements génétiques permettent à l'organisme de vivre dans son milieu. C'est l'inverse de la théorie de Darwin.

 

 

 

L'Observance

 

 

 

Avec la pratique de La Voie, avec l'Observance c'est la même chose, c'est là où je voulais en venir. Quand on débute, que l'on vient de recevoir la Révélation, ce n'est parfois pas évident. La méditation, le service sont difficiles à appréhender, à comprendre, à pratiquer sans efforts au début. Mais, à force de répétitions cette pratique passe de la mémoire à court terme à la mémoire à long terme. Une fois dans le « disque dur » c'est plus facile, ça devient une habitude.

 

 

Plus vous pratiquez et plus ça s'inscrit en vous, vous « mutez », c'est ça la réalisation. Quand le disciple s'est adapté, a adapté son quotidien à la pratique, la pratique devient naturelle et porte ses fruits. C'est la vertu de la constance. Sans constance les infos ne passent pas de la mémoire immédiate à la mémoire à long terme et la mutation, la réalisation ne se passe pas.

 

 

Que la pratique devient une habitude ne doit pas signifier qu'elle devienne une routine, il ne s'agit pas de faire les choses machinalement non plus. C'est toute l'utilité du maître, du satsang, de vous re-booster, de vous remotiver quand la flamme s'éteint un peu. C'est pourquoi il y a quatre piliers à La Voie, et pas seulement deux, la méditation et le service. Le satsang va avec le service et la méditation. Vouloir ne pratiquer qu'un ou deux des piliers serait une erreur.

 

 

 

La chaîne

des incarnations

 

 

 

Je vais vous parler de concepts, de concepts oui, mais de concepts valides… Il paraîtrait que nous nous réincarnons maintes fois. Ceci afin qu'à force d'incarnations, nous affinions notre conscience, notre âme. Ainsi elle devient suffisamment « déo-compatible » pour se libérer et se fondre, en toute conscience et liberté, dans son « milieu » d'origine. Jésus, parlant de ce « milieu » parlait du « Royaume », en Inde certains disent « satçitananda » ou « parfaite conscience de la béatitude ». D'autres disent le « Tao », pour parler du Royaume, de satçitananda.

 

 

On ne peut pas mélanger de l'huile avec de l'eau, donc il faut bien faire quelque chose pour que l'âme puisse se fondre dans le Tao... satçitananda, le Royaume, alors ? Comment l'âme fait-elle pour se raffiner à force de se réincarner ? À force de constance, à force de pratique, à force de fréquenter le Saint-Nom, les manifestations de ce « grand-tout » accessibles durant notre incarnation, grâce à des techniques appropriées, à force de fréquenter ces manifestations, nous nous améliorons (notre âme). Nous passons du mental à l'âme, comme les informations passent du cortex à l'hippocampe.

 

 

C'est le but des incarnations : que notre conscience finisse par s'identifier à l'âme, non plus au mental. Le mental, siège de nos pensées, de nos souvenirs, de notre personnalité, de nos émotions, est un outil, mais beaucoup s'identifient à lui. Quand vous vous identifiez à l'âme, vous revenez à vous, c'est vous qui pourrez être libéré, pas votre mental qui périra avec le corps !

 

 

 

Le mental à la manœuvre

 

 

 

Ne négligez pas le mental. C'est lui qui décide, ou non, de s'asseoir en méditation. C'est lui qui décide, ou non, de lire un satsang. C'est lui qui décide, ou non, de se concentrer sur la technique du Saint-Nom tout au long de la journée. Le mental est un allié, à condition de le maîtriser. C'est le propos de l'agya de La Voie, c'est le propos de l'enseignement du maître vivant.

 

 

C'est le manque de maîtrise (samyama) du mental par la conscience (ou âme) qui génère la confusion, le faux-ego, l'ignorance, la dualité, la souffrance. C'est ça que symbolise la fameuse image où l'on voit krishna diriger le char de guerre d'Arjuna. Arjuna est en guerre contre l'ignorance, et c'est krishna, le maître (ou son enseignement), qui dirige le char d'Arjuna, son incarnation. Ce char est tiré par quatre chevaux et krishna maîtrise ces quatre chevaux. Ces quatre chevaux symbolisent les sens. Je sais que vous êtes habitué aux cinq sens, mais sachez qu'au niveau du cerveau le sens de l'odorat et celui du goût n'en forment qu'un.

 

 

C'est donc l'enseignement du guide, la pratique de cet enseignement qui donnent à votre incarnation la maîtrise des sens et c'est cette maîtrise des sens (samyama) qui vous mène à la réalisation, puis à la libération. L'Observance de l'agya, la pratique constante des quatre piliers, c'est ça remettre les rênes de votre vie entre les mains de Dieu, de l'enseignement de La Voie.

 

 

Une fois que vous avez donné les rênes vous êtes dans le non-agir décrit par le Tao-Te-King. Comment donner les rênes ? En pratiquant la technique du Saint-Nom tout au long de la journée (ce qui est le service, un des piliers). Vous voyez, tout se recoupe !

 

 

Par le service, vous vous placez hors du karma... vous êtes où, quand vous êtes hors du karma ? Vous êtes dans la Guidance, qui est la Grâce en mouvement, qui est nommée « vertu du Tao », dans le Tao-Te-King. À force d'incarnations passées à cette pratique, vous transformez votre âme comme on transforme une banale pierre en jade la plus précieuse à force d'être polie.

 

 

« Mon enseignement est facile à comprendre et à pratiquer. Pourtant, peu cherchent à le comprendre et à le pratiquer. Mon enseignement a de profondes racines, mes actes ont une règle ancienne. Les hommes ne comprennent pas, c'est pourquoi ils ne prêtent aucune attention à mon enseignement. Rares sont ceux qui m'entendent et privilégiés sont ceux qui me suivent. C'est pourquoi le Sage, sous son apparence banale, cache un véritable trésor, un trésor de jade. » (Tao-Te-king, 2:70)

 

Un Satsang complémentaire : Le joyau de votre âme

 

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #lavoie, #observance, #spiritualité, #bonheur, #yoga, #krishna, #Jade
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :