Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Quand on est perdu dans nos occupations, l'important, c’est de ne pas lâcher le doigt de notre père. Ne pas lâcher le doigt de notre père, c’est la technique dite du « Nectar »... Les initiés comprendront ce que ça signifie, car ils connaissent cette technique.

Satsang de sri hans Yoganand ji sur la spiritualité, la dévotion, La Voie et la pratique du Saint-Nom.
Ne pas lâcher sa main ça veut dire rester toujours en conscience de l'amour de Dieu pour nous

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

 

Quand j'étais enfant, j'avais une existence assez peu rassurante ; j'étais constamment trimballé d'un endroit à un autre, du jour au lendemain, sans même que l'on m'ait prévenu une heure avant de partir. Je vivais quelque part, assez heureux et quelqu'un venait, me prenait par la main et me conduisait en un autre endroit, que je ne connaissais pas, chez des gens que je ne connaissais pas.

 

 

Aussi ai-je développé une stratégie pour ne pas être déçu par l'endroit où j'arrivais : je ne m'imaginais rien à propos de cet endroit. Je me réfugiais dans l'instant, goûtant à mon existence au goutte-à-goutte. Cette disposition m'a bien été utile quand j'ai reçu la Révélation, en Inde, à l'âge de dix-neuf ans. Ainsi je cessais de ressasser ma déception et je gagnais du temps pour m'apercevoir que, finalement, ce nouvel endroit était au moins aussi bien que l'ancien et que si l'endroit changeait, pour ma part, je ne changeais pas.

 

 

 

Vivre

au jour le jour

 

 

 

C'est pareil avec La Voie ; l'état de conscience dans lequel on se retrouve après avoir reçu la Révélation et avoir pratiqué un moment, cet état de conscience on ne peut pas le concevoir d'avance. Je veux dire que cette conscience nouvelle, on ne pouvait pas l'imaginer, l'anticiper avant de l'avoir, ni s'imaginer comment serait le monde vu avec cette nouvelle perspective.

 

 

Il est vain de se projeter, de s'imaginer ce que sera notre vie avec le temps, à force d'observer l'agya, de recevoir l'enseignement du guide, à travers ses satsang. Ce qui compte, c'est de vivre au jour le jour cette voie sans se mettre martel en tête. Chaque jour nouveau annule et remplace le jour passé, vous savez, comme ces ardoises magiques, qu'il suffisait de secouer pour effacer ce que nous y avions écrit et dessiné.

 

 

Pratiquer les quatre piliers de La Voie, le service, le satsang, la méditation, respecter les angas ce n'est pas le but, c'est le moyen. Le but est d'être conscient, d'être dans la vérité, à sa place, d'avoir conscience de sa Grâce dans sa vie... le but dépend de chacun, en même temps. Certains voudront simplement moins souffrir, d'autres être heureux, d'autres encore se libérer des chaînes du cycle des incarnations !

 

 

 

La motivation

 

 

 

Des pratiquants assidus pratiquent parce que, quand ils ne pratiquent pas, ils ne peuvent pas vivre normalement, c'est comme un berger du maquis corse que l'on obligerait à vivre en région parisienne. Toutes les motivations se valent, l'important, c'est le résultat. Notre vie d'amoureux de Dieu, c'est d'être accroché à Son regard, de profiter de l'attention que Le Seigneur nous porte. Tout le monde n'est pas un dévot, sur La Voie, certains sont de « simples » pratiquants occasionnels, d'autres sont des pratiquants réguliers si La Voie est la même pour tous.

 

 

Quand on ressent que l'on est porté par Sa Grâce, on sait que là est notre place, on y est bien, parfaitement bien. Alors notre but, c'est d'y rester. La façon d'y rester c'est de pratiquer chaque jour. Voilà notre motivation. Bien sûr qu'il nous arrive de nous écarter de La Voie, tant nos obligations, souvent, nous tirent hors du havre de paix de l'observance. Nous nous devons à nos obligations, ça fait partie de l'agya, d'assumer ses obligations, ses devoirs, mais vite, bien vite on retourne dans le giron de la Grâce dès que possible.

 

 

Comment pourrions-nous respirer sans le souffle de Sa Grâce ? Sans elle ce n'est pas une vie, à peine une existence et tant de malheureux vivent sans avoir cette conscience ! Nous faisons tout notre possible pour le leur dire, mais si peu écoutent ! La plupart nous traitent de prosélytes quand on ne cherche qu'à les aider. C'est là où le détachement, le non-agir sont utiles.

 

 

 

Ne pas lâcher

son doigt

 

 

 

Quand on est perdu dans nos occupations, l'important, c'est de ne pas lâcher le doigt de notre père, et ne pas lâcher le doigt de notre père, c'est la technique dite du « Nectar »... les initiés comprendront. Cette technique n'a l'air de rien, ou de pas grand-chose, mais je peux vous dire d'expérience qu'elle est vraiment efficace pour nous sauver bien souvent. Le Nectar est notre ligne de vie quand on est tombé du bateau.

 

 

La différence entre la vie en conscience et la vie dans la confusion, c'est que la vie en conscience, c'est vrai ! Je ris en disant ça parce que je fais référence à ce que ma fille disait du père Noël par rapport aux fantômes, quand elle était à l'école maternelle : « La différence entre les fantômes et le père Noël, c'est que le père Noël, c'est vrai ! » quand des copains de classe essayaient de la convaincre de l'existence des fantômes.

 

 

Personne ne peut imaginer ce que sera son regard... à chaque jour suffit sa peine. Le Nil donnait sa richesse à chaque crue, mais ce n'est pas lui qui cultivait les champs. C'est ainsi aussi pour la Grâce : elle nous donne sa richesse, mais c'est à nous de la cultiver. Comment ? En faisant ce que l'on a à faire, comme on doit le faire et quand on doit le faire sans quitter la conscience du Saint-Nom, le détachement et la simplicité.

 

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #satsang, #spiritualité, #lavoie, #yogaoriginel, #bonheur, #méditation, #saintnom
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :