Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce qui va se passer au dernier moment de votre vie, quand vous allez passer de l'autre côté, c'est que vous aurez le choix entre deux chemins, l'un vers la Libération et l'autre vers le monde matériel. Comment allez-vous choisir l'un ou l'autre ?

Satsang de sri hans Yoganansd ji à propos de la spiritualité, de la mort et de la vérité.
Au rendez-vous final il y a deux chemins, vous avez toute la vie pour apprendre à les différencier

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

 

Il existe un dispositif de sécurité en cas d'incendie dans les édifices de grande hauteur... Ce dispositif est une espèce de tube de tissus dans lequel se glissent les gens pour s'échapper des étages jusqu'au sol. Ce dispositif sauve les gens, mais imaginez que le jour où ça arrive, qu'un incendie se déclare, les gens ne s'en servent pas ! Un dispositif de secours est utile seulement si on s'en sert.

 

 

C'est ce qui se passe au dernier moment de votre existence, quand vous allez passer de l'autre côté du miroir : vous aurez le choix entre deux chemins, l'un vers la Libération, vers le Royaume et l'autre vers le monde matériel, via le sein d'une femme. Comment allez-vous choisir l'un ou l'autre ? « La mort a deux chemins, l'un est lumineux l'autre plein de ténèbres, l'un est retour l'autre non-retour. » (Bhaktimàrga 1-3-32)

 

 

C'est comme pour les dispositifs de secours : il faut s’entraîner à les utiliser. Durant votre existence, durant vos existences, vous avez l'opportunité de vous entraîner. C'est le propos de La Voie. Vous n'arriverez pas au bout, au but avant d'y être arrivé, ce n'est pas comme au karaté où vous pouvez avoir votre ceinture noire et vos Dan. En spiritualité, vous n'arrivez pas au bout avant d'être arrivé au bout et le bout, c'est la désincarnation. De maintenant à ce moment-là il s'agit de vous entraîner à reconnaître le bon chemin afin que cela soit inscrit en vous et qu'au moment fatidique vous preniez le bon chemin sans avoir à réfléchir.

 

 

Vous qui avez reçu la Révélation (initiation) entraînez-vous, que vous alliez bien ou mal, entraînez-vous. Vos ''états-d'âme'' d'aujourd'hui n'ont rien à voir avec le moment dont je vous parle, où vous devrez choisir. Vous n'allez pas méditer sur la lumière seulement les jours de grand soleil ! ? Et ne pas méditer sur la lumière quand le temps est couvert.

 

 

 

Souvent

ce n'est pas facile

 

 

 

Aux disciples, je dis qu'il est bon de rester tout le temps dans le Saint-Nom (pratiquant la technique homonyme). Je sais bien qu'il n'est pas évident d'y arriver dans ce monde où les sollicitations mentales et sensuelles ne manquent pas. Il vous faut constamment réagir à des stimuli, assumer des devoirs, faire ce que vous avez à faire et pas tout le temps dans un rythme favorable à l'harmonie intérieure.

 

 

Aux disciples, je dis qu'il est bon de rester tout le temps dans le Saint-Nom (pratiquant la technique homonyme). En même temps je sais bien qu'il n'est pas évident d'y arriver dans ce monde où les sollicitations mentales et sensuelles ne manquent pas. Il vous faut constamment réagir à des stimuli, assumer des devoirs, faire ce que vous avez à faire et pas tout le temps dans un rythme favorable à l'harmonie intérieure.

 

 

Alors vous vous chargez en résidus d’énervement (les vrtti), en restes de sentiments inexpliqués, de souvenirs en roue libre et toutes ces sortes de choses. Il est contrariant de ne pas arriver à rester dans le Saint-Nom, quand on est tiraillé par la réalité humaine. Si l'on n'y arrive pas alors que l'on est installé sur son coussin de méditation, au calme, c'est encore plus contrariant ! Souvent, on n'y arrive pas, car quelque chose en nous se dit qu'on ne peut pas arriver comme ça à la méditation, après être resté des heures « dans-sa-tête » mais cette chose n'a pas raison. C'est encore une tentative pour vous empêcher de remettre votre conscience sur La Voie.

 

 

Pendant les « pauses-Saint-Nom », pendant les méditations, vous sonnez la fin du round et vous pratiquez les techniques comme je vous les ai montrées. C'est le moment de laisser les délires du mental à la porte, de ne pas les laisser entrer. C'est entre vos mains, ça ne dépend que de vous : de rester accroché à vos « états-d'âme » ou de les laisser tomber.

 

 

 

Le Saint-Nom

toujours là

 

 

 

Un jour, alors que j'étais revenu des Indes, je marchais dans Paris, la foule était dense, comme souvent, et que depuis un moment, j'étais « dans-ma-tête », pris par la fièvre du trottoir. Finalement, je me suis assis sur un banc et il me prit de lever la tête. Là j'ai vu qu'au-dessus des immeubles haussmanniens, il y avait le ciel bleu plein d'oiseaux et de nuages blancs, comme à la campagne ! Finalement, le Saint-Nom était là, toujours en moi, même dans le tsunami de la foule parisienne.

 

 

Revenir au Saint-Nom ça fonctionne toujours… Encore, s'agit-il, de ne pas se faire d'idée préconçue sur le résultat de cette méditation et/ou « pause-Saint-Nom » ! Si vous entrez en méditation en espérant un résultat précis et, qu'au sortir de cette méditation, vous n'avez pas reçu le résultat escompté vous serez déçu et incapable de recevoir, de voir ce que vous avez reçu. Il y a toujours un résultat, même si ce n'est pas celui que vous aviez escompté.

 

 

Souvent, vous souffrez et vous ne voulez pas méditer, parce que vous « boudez » et voulez rester seul avec votre souffrance... eh bien boudez ! Le Saint-Nom est toujours là, même si vous le quittez le temps d'un deuil, le temps d'une révolte, le temps d'une échappée. Quand vous serez de nouveau assoiffé, vous y reviendrez et il sera là.

 

 

Vous pouvez lui tourner le dos un moment, ce n’est pas grave. Il n'est pas une personne humaine avec des sentiments et la capacité de se vexer et de se venger. Si vous n'êtes pas bien, ne vous désespérez pas. Les nuages passent toujours et le soleil ne disparaît pas, même quand les nuages le cachent. Il disparaît à votre regard, mais pas « pour-de-vrai ». Quand les nuages disparaissent le soleil réapparaît à vos yeux. Il suffit d'attendre.

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #spiritualité, #bonheur, #conscience, #royaume, #harmonie, #lavoie, #mort
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :