Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Si vous vous sentez dépassé, impuissant et que la compétition vous effraie et/ou vous indiffère, c'est que vous cherchez autre chose que le vain, c'est que vous avez soif de vérité. Quand depuis l'enfance on apprend à gagner c'est pénible de ne pas y arriver !

Satsang de sri hans Yoganand jo à propos de spiritualité, d'humilité, de vérité et de bonheur.
L'eau va toujours là où c'est le plus bas et pourtant rien ni personne ne lui résiste

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

 

 

Quand on est un pratiquant régulier dans l'Observance de l'agya, la pratique de ses quatre piliers et que ça fait déjà un bon moment que l'on est en marche sur La Voie, eh bien… Paradoxalement, mais juste en apparence, parce que les paradoxes sont souvent la forme prise par notre incompréhension, donc paradoxalement, on semble ne plus s'intéresser à la spiritualité.

 

 

On s'intéresse à toutes sortes de choses, à chacun ses centres d’intérêt, mais on ne s’intéresse plus à la spiritualité, en tout cas comme comprise généralement. Après, si l'on a du goût pour ça, on peut s'intéresser à l'histoire des spiritualités à travers le monde, mais aux pratiques, aux théories, aux concepts spirituels plus du tout. En spiritualité, ce qui nous intéresse, c'est d'être ''in'', pas ''out'', c'est tout ! Être à l'intérieur, à notre place, voilà qui nous plaît ! On est pleinement heureux qu'à notre véritable place : à l'intérieur, conscient du Saint-Nom.

 

 

Quand on est bien accroché au Saint-Nom on ne craint plus de tomber du train. On sait où va ce train et, sans avoir hâte d'arriver, on y va avec confiance, même si la chair est faible et qu'une peur sourde continue de la tenailler. Bientôt arrivera l'entrée d'un tunnel où le train s'engouffrera. Cependant, ce tunnel n'est pas la fin, juste un passage vers autre chose, autre chose dont on ne se souvient pas. L'inconnu fait peur, donc, comme ça nous est apparemment inconnu, nous avons peur. Rien que de très normal.

 

 

Être en paix dans l'instant, dans le Saint-Nom nous satisfait pleinement, mais réfléchir au pourquoi du comment, est-ce bien nécessaire ? Quand on a failli mourir de soif et que l'on a trouvé de l'eau, qu'on l'a bu, ça ne nous intéresse pas de savoir pourquoi on a eu tant soif. On est désaltéré, vivant, ça nous suffit. C'est ça La Voie, c'est une voie qui est en même temps le chemin et le but. Celui qui va sur cette voie est déjà arrivé… Oh, pas au tunnel, encore moins à l'autre bout, mais là où il fait bon vivre en attendant.

 

 

Quand on est sur La Voie on est arrivé, il ne reste plus qu'à s'en rendre compte ! Pour s'en rendre compte il faut ouvrir les yeux et pour ouvrir les yeux il ne faut pas les garder fermés… Je sais, c'est une tautologie, mais parfois ça vaut le coup d'enfoncer le clou. Pour faire ça, vous qui avez reçu la Révélation, il y a l'Observance de l'agya, la pratique de ses piliers.

 

 

Personne ne vous force à observer l'agya, mais La Voie ne ''fonctionne'' que si vous l'observez ! Faites-le sans réfléchir, à quoi voudriez-vous réfléchir ? Vous savez que cet arbre porte de bons fruits ! Vous n'aimez pas les bons fruits ? La Voie est faite pour les faibles, les looser (perdants), ceux qui sont incapables de s'en sortir seuls. Ces derniers seront les premiers.

 

 

« Celui qui veut se dépasser ne tient pas longtemps. Attaché à son avis, on n'apprend rien. La vanité abaisse le vaniteux. Ces conduites repoussent la conscience et la paix de l'Unité. Celui qui, humblement, suit La Voie est à l'abri ». (Lao-Tseu, Tao-Te-King, 1:24) Vous ne vous êtes pas adapté à la société de l'absurdité, vous ne savez pas comment gagner, mais gagner n'est pas le but ! Gagner quoi ? Finalement, le même tunnel attend tout le monde, winners comme loosers. Gagnera bien qui gagnera à la fin.

 

 

Pourquoi vivez-vous ? Pour gagner votre vie ? Vous passez votre enfance et une partie de votre jeunesse à aller à l'école, à apprendre un métier et quoi ? Si vous trouvez du travail vous allez travailler, gagner du galon, gagner de l'argent, vous acheter une jolie auto, une grande maison, vous marier, avoir des enfants, mais attention : le travail, on peut le perdre, le mariage se défait, la maison devra être revendue et partagée, les enfants ne restent pas des enfants. Ils sont comme ces cochons nains qui finissent par peser plus de cent kilos ! C'est de l'arnaque !

 

 

C'est la vie, comme l'on dit, mais vous, vous n'y êtes pas arrivé… Cette absurdité a fait de vous des loosers, au regard des autres, de ceux que les promesses de la société de consommation attirent. Mais, les premiers seront les derniers et les derniers seront les premiers. Que voulez-vous être, à la fin ? Vous vous êtes sentis comme une nullité et vous l'avez accepté, finalement et ça, c'est fort ! C'est un bon début pour aller sur La Voie, l'acceptation, l'humilité, le lâcher-prise, le détachement. La moitié du travail est fait, il ne vous reste plus qu'à vous intéresser à quelqu'un d'autre qu'à vous.

 

 

« Quand l'Homme vient de naître, il est souple et faible ; quand il meurt, il est raide et fort. Quand les arbres et les plantes naissent, ils sont souples et tendres ; quand ils meurent, ils sont raides et secs. La raideur et la force sont les compagnes de la mort ; la souplesse et la faiblesse sont celles de la vie. C'est pourquoi, une armée forte ne remporte pas la victoire. Lorsqu'un arbre est devenu fort, on l'abat. Ce qui est fort et grand vient en dernier ; ce qui est souple et faible vient en premier. » (Lao-Tseu, Tao-Te-King, 2:76)

 

 

La Voie est vraiment pour ceux qui n'ont plus qu'elle pour continuer à vivre. Sans la voie, ceux-là n'ont plus de raison de vivre. Le matin, ils finissent par ne plus se lever parce qu'il n'y a rien qui leur donne envie de se lever. Le monde est absurde sans la clé, sans connaître la raison de notre venue... sans savoir ce que l'on est censé y faire. Quand on sait ce qu'il est vain d'y faire, mais que l'on ne sait pas ce qu'il est important d'y faire, on est dans un vide... un vide de raison. La Voie vous dit qu'elle est votre raison de vivre et vous montre comment faire. Ensuite, le reste vous appartient, personne ne le fera à votre place.

 

 

Personne ne peut arriver à la vérité, l'universelle, pas l'individuelle, sans humilité et il faut souvent avoir vécu l'humiliation pour devenir humble. Comment transformer l'humiliation en humilité ? En acceptant, l'acceptation transforme l'humiliation en humilité. Vous n'êtes pas un winner ? Tant pis, ça ne vous empêche pas d'être vivant et il y a quelque chose à faire de cette vie, quelque chose qui n'a rien à voir avec la force ni le talent, où la compétition n'a rien à voir.

 

 

Quand vous avez accepté de ne plus marcher dans la même direction, et à la même vitesse que les autres sur le trottoir de la vie, que vous vous arrêtez et vous asseyez sur un banc, en levant les yeux vous retrouvez la vraie dimension du monde : le ciel, les nuages, le soleil, les oiseaux. Ces gens qui vont en foule compacte sur le trottoir, où courent-ils ? Sont-ils comme ces Lemmings qui se précipitent par milliers pour se jeter du haut d'une falaise dans la mer quand ils sont en surnombre ? Même pas, ils vont où tout le monde va, ne sachant où aller.

 

 

Depuis tout petit, on est éduqué à gagner, à mettre le cube dans le carré, la boule dans le rond et à faire ses besoins dans le pot. On est éduqué à avoir de bonnes notes : la moyenne ne suffit pas ! Comment voulez-vous changer de paradigme si facilement ?

 

 

« La sagesse d'un éveillé ne se voit pas. Il reste dans l'Unité. Inconnu, il n'a pas à répondre aux vanités. Sa parole de vérité paraît fausse au plus grand nombre et ne persuade personne. Le mouvement triomphe du froid et le repos de l'ardeur. Le vrai bonheur est dans le calme et la sérénité. La création repose sur l'harmonie du Tout. » (Lao-Tseu, Tao-Te-King, 2:45)

 

 

La vie est faite pour autre chose. Si vous n'êtes pas heureux dans la vie, c'est que votre âme a soif d'autre chose et cette autre chose, la société des Hommes est incapable de vous la donner. Oh, elle donne toutes sortes de choses super, la société des Hommes, mais si elle donne le superflu, elle ne peut pas donner l'essentiel.

 

 

Vous n'êtes pas un vilain petit canard, mais un cygne. Vous n'êtes pas non plus des guerriers de lumière ! Vous êtes des amoureux de Dieu qui n'ont pas encore trouvé leur chéri. Mais ce chéri, ce Dieu est là, au rendez-vous, c'est vous qui n'y êtes pas. Vous y êtes ? Vous observez l'agya ? Vous pratiquez les quatre piliers ? Alors continuez et ne vous faites pas d'idées à ce propos, mais une réalité par la constance et la simplicité.

 

 

Parce que vous dites des choses que la majorité des gens ne dit pas, vous croyez avoir tort, mais vous avez raison ! L'amour, le vrai, le bel amour ne vient pas de choses extérieures, mais du dedans de vous. Encore faut-il savoir comment y aller, dans ce dedans de soi, et une fois que l'on sait comment y aller, il reste à y aller. C'est ça la vie du disciple de La Voie : il ne s'intéresse plus aux questions tout occupé à vivre la réponse. Parfois des gens, pour se moquer de moi, me disent : « Tu as toujours raison, toi ! »… Non, ce n'est pas vrai, je n'ai raison qu'une fois, mais ça dure !

 

 

 

Quand on connaît la graine

on connaît l'arbre

 

 

 

« Sans le trou du moyeu, le char ne servirait à rien. C'est le vide qui justifie le vase, pas l'argile. Une maison, sans le vide des portes et des fenêtres, ne servirait à rien. Comment y entrer, en sortir et comment le soleil pourrait-il l'éclairer ? L'Unité est faite de l'être et du non-être, de matière et de vide. » (Lao-Tseu, Tao-Te-King, 1:11)

 

 

Quelqu'un de satisfait ne se bat plus, celui qui a trouvé ne cherche plus. Le Saint-Nom c'est votre axe, restez attaché à cet axe et vous passerez à travers l'illusion sans vous perdre ; l'illusion est ce qui change, le Saint-Nom ne change jamais. Vous êtes à la bonne place ? Restez-y !

 


 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #lavoie, #bonheur, #humilité, #simplicité, #vanité, #spiritualité, #vérité
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :