Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Soyez prêts à recevoir la Grâce... Préparez-vous comme le renard habillait son cœur pour la venue du petit prince. Rendez-vous disponible pour quand ces éclats d'étoile tombent sur votre chemin. Ne perdez aucune occasion de vous émerveiller. La Grâce est toujours là, soyez là aussi.

 

Satsang de sri hans Yoganand ji à propos de la spiritualité, de l'amour, de la Grâce de Dieu au quotidien.
Chaque jour la Grâce nous offre des diamants d'amour, de joie, d'ahrmonie, il s'agit de les voir

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

 

Dans la série « C’est simple, mais ça demande beaucoup d’explications », je reviens sur la notion de lâcher-prise, de non-agir qui n’est pas le rien-faire. J'y ajoute un petit point susceptible d’édifier ceux qui sont prêts à apprendre.

 

 

Je veux vous mettre en garde contre une fausse piste vers laquelle vous allez en toute bonne foi et qui risque de vous perdre… oh, pas de panique ! Il suffit de fermer les yeux, de méditer quelques instants pour se retrouver : le Royaume étant partout vous pouvez partir de n’importe où pour vous y rendre. Cette fausse piste, c'est de prendre le lâcher-prise pour la passivité, c’est de se contenter de pratiquer les quatre piliers, d’observer l’agya et de laisser la main à la Grâce.

 

 

Vous devez lâcher l’idée que ce que vous pouvez faire a un quelconque effet sur la finalité de votre histoire. Quoique la fourmi fasse, sur son petit bout de bois emporté au milieu de l’Amazone, elle arrivera à l’océan. Mais si ce que vous faites n’a aucun effet sur la finalité ça a des effets sur la qualité de votre vie. La finalité, c'est la Libération, mais vous pouvez y arriver en souffrant ou en profitant d’un bien-être possible.

 

 

 

Les fruits

de vos efforts

 

 

 

Le résultat n’est pas proportionnel aux efforts que vous déployez dans la pratique. Si vous ressentez qu’il vous faut fournir des efforts, c'est que vous n’êtes pas au bon endroit. Si ça vous est difficile, c'est que vous êtes encore prisonnier du passé, de vos concepts, de l’idée que vous avez de vous. La vitesse de votre avancée est la même que vous fassiez des efforts ou non, sauf que vous êtes dans l’inconfort ou le confort.

 

 

Ce qui compte, pour un pratiquant de La Voie, c’est vraiment d’être attentif, ouvert, curieux, à l’affût, désireux de ne rater aucune occasion de saisir les manifestations de la Grâce. L’Observance de l’agya est acquise, elle n’est plus un problème, et quoi que vous fassiez, à cet égard, ça ne changera rien à ce qui va advenir de vous. Mais de voir ou de ne pas voir les fleurs sur la rive du fleuve pour reprendre l’image de la fourmi sur son morceau de bois, ça dépend de vous, de votre regard, de votre attention.

 

 

La Grâce a des trésors pour vous, des perles, des joyaux de paix, de joie, de satisfaction, d’amour et ces trésors, ces joyaux ne dépendent pas de vous : ce n’est pas vous qui les fabriquez, ce n’est pas vous qui les suscitez, qui les faites venir, mais ce qui dépend de vous, c'est de les voir ou de ne pas les voir. À quoi ça sert un trésor si vous ne le trouvez pas ?

 

 

 

Que celui qui ferme les yeux

n’aille pas dire

qu’il n’y a rien à voir !

 

 

 

Soyez prêts à la Grâce… préparez-vous comme le renard habillait son cœur pour la venue du petit prince. Rendez-vous disponible pour quand ces éclats d’étoile tombent sur votre chemin. Celui qui regarde de côté ne voit pas le diamant qui se trouve sous ses pas.

 

 

Lâcher-prise ne signifie lâcher la soif de Son Amour ! Ce n’est pas lâcher l’espoir de vous rouler dans la paille avec Son Amour, Sa Lumière, Sa Musique ! Vous pouvez vous organiser, de temps en temps, un Week-end amoureux, quitte à louer un gîte rural, manière d’ermitage, où vous n’aurez rien à faire que de méditer, de dormir, de chanter des Bhajan (chansons dévotionnelles), d’avoir du satsang et de vous promener en conscience.

 

 

Assumer son dharma (devoir) c’est bien, mais de temps en temps, il vous faut penser à vous et à Lui et vous y consacrer. Être attentif à la Grâce, dans votre vie, c'est comme de faire complètement ce que vous faites. Je vous ai déjà parlé de ça, vous souvenez-vous ? Refermer le tube de dentifrice, éteindre la lumière, refermer le robinet d’eau, débarrasser la table, faire la vaisselle et aspirer les miettes sur le sol… Commencer et finir ce que l’on fait, le faire complètement.

 

 

Il en est qui ne referment pas leur tube de dentifrice, qui n’éteignent pas la lumière du couloir après l’avoir allumée et toutes ces sortes de choses. C’est une forme de négligence, d’inattention. Quand vous êtes inattentif à ces petites choses triviales, pourquoi voudriez-vous être attentif à la Grâce ? À quoi ça sert d’observer l’agya, de pratiquer ses quatre piliers si vous êtes inattentif aux manifestations de la Grâce dans votre vie ?

 

 

Quelles sont ces manifestations ? À vous de voir, c’est du sur-mesure. Tellement de choses qui nous semblent couler de source, aller de soi sont des fruits de Sa Grâce. Parce qu’elles nous semblent aller de soi, parce qu’on les vaut bien, nous passons à côté de leur magie. Avoir un foyer où dormir à l’abri et en paix, confortablement est une Grâce, pouvoir manger à sa faim en est une autre, et toutes ces sortes de choses.

 

 

« La Grâce de la respiration t'emplit de vie, elle va et vient sans cesse» (Bhaktimàrga 1-1-27) Soyez attentif afin de ne manquer aucun cadeau. Lâchez vos ambitions pour vous contenter des petits cadeaux du quotidien. La musique de votre vie est le Saint-Nom, jouez de votre instrument et gardez vos yeux et votre « cœur » ouverts. Si vous avez cette veille, cette attention vous pouvez, quand les choses viennent, les recevoir comme elles le méritent et en retirer toute la substance. Quand la Grâce vous distribue ses bienfaits, soyez un receveur actif. Soyez prêt, attrapez la balle au bond.

 

 

Cessez de vous regarder le nombril pour être capable de voir les trésors de bonheur, de petits et simples bonheurs quotidiens qui sont aussi les fruits de Sa Grâce. Si vous vous intéressez moins à vous, vous serez plus disponible. Ayez faim de ces fruits, cherchez-les et n’en ratez aucun.


 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #satsang, #yoga, #spiritualité, #bonheur, #conscience, #grâce, #lavoie
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :