Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est vrai qu'au début la dualité est forte et l'extérieur nous parait opposé à l'intérieur, le monde à la méditation. Mais, à force de pratiquer les quatre piliers, d'observer l'agya, on se rend compte que tout est harmonie (ce qui vient de Dieu).

Satsang de sri hans Yoganand ji sur la spiritualité, La Voie, la dualité et le tout ou Tao.
La dualité n'est qu'une illusion, en fait tout se tient, tout est réuni par la même force

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir, faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

 

Cette histoire d'intérieur et d'extérieur est vraiment une étape dans l'évolution de la conscience : après être resté tant de temps occupé à l'extérieur, en ignorant presque toujours l'intérieur, on focalise sur l'intérieur, quand on a reçu la Révélation.

 

Je me souviens, quand je l'ai reçue, en Inde, j'ai médité formellement une dizaine d'heures par jour, chaque jour, et je passais le reste du temps à méditer dans le service. J'avais une telle soif d'intériorité !

 

 

Toute mon enfance, j'avais connu la contemplation en même temps que l'ennui... nous n'avions ni télé, ni smartphone, ni ordi ! Et, puis l'existence s'est accélérée quand j'ai été « chassé » de mon cocon, pour être projeté dans la vie de tous les autres ados de terminale.

 

Quelque temps plus tard, quand j'ai retrouvé la contemplation et la source de la béatitude, en moi, je me suis gavé d'intériorité ! Elle m'avait tant manqué.

 

 

Avec le temps

la frontière s'estompe

 

 

Avec le temps, avec la pratique régulière, on finit par accorder beaucoup moins d'importance à cette dichotomie entre le dedans et le dehors, le Un et le multiple. À un moment, on réalise qu'aucune différence n'existe entre le dedans et le dehors. Que cela signifie-t-il ?

 

Imaginez-vous assis face à un coucher de soleil, une symphonie de lumières et de couleurs. Vous êtes là, à contempler cet instant vivant et montent en vous des bouffées d'un feeling indescriptible.

 

Je sais maintenant le nom de ce feeling : c'est le Saint-Nom quand vous en avez conscience. Votre poitrine se met à gonfler comme un ballon dans lequel on entre de l'air chaud et plus vous gonflez plus vous vous élevez.

 

Ce paysage vous a plongé dans l'intériorité... l'intérieur et l'extérieur ne font qu'un. Mais, quand vous vous placez au centre de l'équation, comme unique valeur de toutes les inconnues, la dualité se met en place.

 

Une fois que vous réalisez que toutes les inconnues ont la même valeur, la connaissance non apprise, alors le dedans, le dehors, l'Un et le multiple sont réunis.

 

 

Le yin et le yang

 

 

Vous savez, le symbole du yin et du yang, c'est ça qu'il veut dire ! Quand vous respirez vous vivez cette complémentarité, cette synergie parfaite du yin et du yang : en inspirant l'air. Vous inspirez le yin et cet élément yin, en pénétrant vos poumons, entre dans le yang. Si vous prêtez un peu d'attention à cette phase, vous vous intériorisez. Quand vous expirez, l'air qui était dans vos poumons sort, le yang rejoint le yin.

 

Ce mouvement répété du dehors et du dedans, qu'est la respiration, c'est le yin et le yang en action. C'est la manifestation concrète de la Grâce de Dieu qui vous donne vie et qui, à chaque expiration, vous offre une inspiration.

 

Imaginez si ce n'était pas le cas, votre expiration serait votre dernier souffle ! L'intérieur se donne à l'extérieur et l'extérieur vous plonge à l'intérieur. Vous avez besoin des deux : il n'y a pas dichotomie, mais complémentarité.

 

L'intérieur et l'extérieur sont unis, ils font partie de la même réalité. C'est la perfection, c'est la vie qui est un perpétuel enchaînement de l'extérieur et de l'intérieur. Cette notion d'intérieur vient de ce que vous vous donnez une importance qu'en vérité, vous n'avez pas. Imaginez une éponge qui se dirait que l'Océan est en elle sous prétexte qu'elle est traversée par son eau.

 

C'est ainsi pour l'être-humain. Tant qu'il se croira le centre de tout, il fera la différence entre le dedans et le dehors, et donnera vie à la dualité antagoniste, à la confusion. Il n'y a que l'harmonie divine. Vous êtes plongé dedans, comme toutes choses, mais souvent, vous ne le savez pas.

 

 

N'ayez plus peur

 

 

Au début de la pratique de La Voie, après que vous avez reçu la Révélation des quatre techniques, vous avez tendance à vous réfugier à l'intérieur… Et, c'est bien, c'est le début logique de votre évolution. Vous avez un peu peur de l'extérieur, de vous y perdre. Mais, avec le temps, vous n'avez plus peur. Quand même, restez dans le Saint-Nom (pour les non-initiés : continuez de pratiquer la technique dite du Saint-Nom).

 

Vous avez des concepts sur ce qu'est l'extérieur agressif, bruyant, perturbant et empêcheur de méditer en rond. C'est vrai qu'il y a des choses, dans la vie, qui sont énervantes, qui ont tendance à vous sortir de votre méditation ! Mais, est-ce que vous ne pouvez pas être dans le Saint-Nom tout en étant énervé par quelque chose d'énervant ?

 

Vous savez, il y a des tas de choses qui m'agacent dans la vie. Je ne vais pas m'empêcher de m'agacer sous prétexte que je suis guru, maître, guide, l'animateur de La Voie (au choix) et que je dois correspondre à l'image du guru équanime... Je n'ai pas à me conformer aux concepts des autres

 

Quand quelque chose m'agace, ça m’agace, ce qui ne m'empêche pas d'être bliss, d'avoir le sourire, de ressentir l'amour. Quand mes enfants m'agacent, ça ne m'empêche pas de les aimer !

 

Le but de La Voie n'est pas de vous calmer, il y a le Valium pour ça ! Le but de La Voie est de vous permettre de vivre la vraie vie, celle que Dieu a prévue pour vous. Le but de la pratique est d'améliorer la qualité de votre conscience, de manière à la préparer au grand rendez-vous qui ne manquera pas d'arriver.

 

Certaines personnes ont un tempérament calme, d'autres ont un tempérament speed... j'ai, depuis toujours, un tempérament speed. Dois-je passer mon temps à changer mon tempérament ou dois-je le passer à être en conscience ?

 

Changer son tempérament est voué à l'échec : chassez le naturel, il revient au galop. Ce sont des concepts de l'ego-spirituel qui voudrait mettre tout le monde dans le même moule, celui de l'équanimité bouddhique. Ce ne sont que des concepts. Allez-vous passer votre vie à travailler à vous y conformer ou allez-vous passer votre vie à observer l'agya ?

 

 

Les nuages passent

 

 

Faites comme vous le pouvez et détendez-vous : ce n'est pas si grave de sortir du Saint-Nom, ce qui est plus grave, c’est de ne pas y revenir. La Réalisation vient avec le temps, vous sortez de moins en moins souvent du Saint-Nom et vous y restez de plus en plus longtemps.

 

Chaque jour, vous relevez ce défi. « Celui qui observe l'agya se place sous la Grâce, s'il en sort qu'il s'y remette et s'y remette encore. » (Bhaktimàrga 1-4-36). Observez l'agya et soyez heureux, mais ne culpabilisez pas s'il vous arrive de ne pas l'être parfois. Les nuages noirs passent, les nuages noirs s'en vont, toujours.

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais je dois préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #satsang, #observance, #yoga, #yogaoriginel, #spiritualité
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :