Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dans un monde où être un gagnant est recommandé, ce satsang dit aux disciples de la voie, aux suiveurs d'une vraie spiritualité que la faiblesse est un état normal pour l'être incarné. Il vous invite à accepter cette faiblesse pour gagner en humilité.

Satsang de sri hans Yoganand ji sur la spiritualité, La Voie et l'humilité.
Ne pas être aveugle de ses forces et de ses faiblesses, se voir objectivement c'est l'humilité

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

 

 

Quand on a été initié, que l'on observe l'agya, que l'on pratique ses quatre piliers et que l'on vit en ashram, on peut être malheureux. Je ne veux pas dire que c'est un droit, seulement que c'est un fait : il peut arriver que l'on ne soit pas heureux, même en allant sur La Voie. Cet état mental passe, sur le ciel bleu de notre vie heureuse, comme un nuage noir. Il arrive sans que l'on sache pourquoi ni comment et, en passant, peut cacher le soleil un moment.

 

 

Alors, quand ça arrive, il fait plus gris, plus froid et notre humeur s'en ressent négativement. C'est dommage, mais que voulez-vous ? Parfois on ne peut l'éviter. C'est le principe de réalité. Si vous le sentez, pleurez, ce n'est ni interdit ni mal de pleurer. Vous n'êtes pas toujours souriant, béat.

 

 

 

Ne cherchez pas

à comprendre

 

 

 

Ne recherchez pas les causes de cette tristesse, ne cherchez pas à la comprendre, qu'importe ! La plupart du temps cette tristesse est sans raisons. On lui en invente, parce que notre nature a horreur du vide, mais c'est ajouter des concepts à la tristesse, lui permettre de se cristalliser autour d'un noyau ce qui n'aide pas à la laisser partir.

 

 

Vous êtes un peu dépressif ? Votre cerveau subit des perturbations neurochimiques ? Qu'importe : ce nuage noir passera comme passent tous les nuages. Dans la méditation formelle, sur la technique du Saint-Nom, vous savez faire ; laisser passer les nuages des pensées sans leur prêter attention. Faites ainsi aussi avec les nuages noirs de votre humeur.

 

 

Acceptez cet état de fait... C'est le début et puis lâchez-prise, comment ? En continuant d'observer l'agya, de pratiquer ses quatre piliers et si ça ne fonctionne pas bien, en ce moment, ce n'est pas une raison de ne pas le faire ! Au contraire. Ne soyez pas malheureux de ne pas être heureux... ça ne vous aidera pas à être heureux. Le but n'est pas le bonheur, mais la Réalisation. Ces occasions sont bonnes pour exercer votre détachement.

 

 

 

Vous en remettre à Lui

 

 

 

Quand ce nuage est gros et qu'il cache bien la lumière, quand vous vous sentez démuni, incapable d'aller mieux même en pratiquant les trois piliers, alors vous vous en remettez à L'Un : vous déposez à « Ses-pieds » votre peine et le suppliez de vous venir en aide et vous savez quoi ? La plupart du temps, ça fonctionne !

 

 

Est-ce parce qu'un grand barbu, là-haut dans le ciel, vous a exaucé ? Non... C'est parce qu'en suppliant vous vous êtes mis dans la bonne posture-intérieure et que l'Observance, la pratique ne sont rien sans une bonne posture-intérieure. « Ton seul refuge est la Grâce » (Bhaktimàrga 2-7-19)

 

 

Vous pouvez prier, ce n'est pas interdit ! Sans la connaissance du Saint-Nom, des quatre techniques de méditation, la prière est insuffisante bien souvent, mais avec l'agya, avec le baptême dans l'Esprit-Saint et dans le feu (la Révélation), la prière est utile. Elle est comme une espèce de mantra qui vous remet à l'endroit.

 

 

La réalisation se fait sur la durée et vous ne devriez pas regarder au jour le jour. Voyez ce que vous êtes devenu, depuis que vous avez reçu la Révélation des quatre techniques. Quels changements ! En vous et dans votre existence. Je parle ici pour ceux qui observent les piliers de l'agya, qui reçoivent régulièrement mon enseignement par le satsang.

 

 

 

On est faible

 

 

 

On est faible, sachez-le. Si vous vous sentez fort, c’est que vous vous trompez. Je parle de la spiritualité vraie, pas de la vie sociale, professionnelle. C'est ainsi et il n'y a pas à culpabiliser... est-ce la faute d'un papillon si une tornade peut le pulvériser ? Votre force, c'est votre lucidité, votre humilité. En, en étant humble, vous pouvez vous en remettre à L'Un et, quand vous vous en remettez à L'Un, par l'Observance assidue dans une posture correcte, vous ressentez les effets de Sa Grâce, de Sa Guidance.

 

 

« Quand l'homme vient de naître, il est souple et faible ;

quand il meurt, il est raide et fort.

Quand les arbres et les plantes naissent,

ils sont souples et tendres ;

quand ils meurent, ils sont raides et secs.

La raideur et la force sont les compagnes de la mort ;

la souplesse et la faiblesse sont celles de la vie.

 

 

C'est pourquoi, une armée forte ne remporte pas la victoire.

Lorsqu'un arbre est devenu fort, on l'abat.

Ce qui est fort et grand occupe vient en dernier ;

ce qui est souple et faible vient en premier. »

 

Tao-Te-King 2:76

 

 

Un voilier perdu au milieu de l'océan est bien incapable d'avancer sans l'aide du vent ! Mais, pour que le vent le fasse avancer il faut hisser les voiles. Ce n'est pas le vent qui le fera. Hisser les voiles, c’est observer l'agya, pratiquer. « Dans l'Observance tu vois la Grâce, son harmonie diriger ta vie » (Bhaktimàrga 2-7-13)

 

 

Si le bonheur n'est pas le but de la vie ce n'est pas non plus quelque chose d'interdit : si vous le pouvez ; soyez heureux ! Heureux ou moins heureux, observez l'agya si vous avez reçu la Révélation. Votre conscience s'approfondit à cet « exercice » et c'est ça le but : d'approfondir votre conscience.

 

 

Si votre attention est occupée à Dieu, vous êtes moins malheureux, car vous n'êtes plus le sujet principal de votre vie. Vous pouvez même être heureux ! Le bonheur est alors un effet secondaire de la Réalisation. Un effet secondaire positif, agréable, gratifiant, mais qui a dit que les effets secondaires devaient être négatifs ? Si vous vous trouvez nul, c'est que vous êtes très vaniteux. Pour vous trouver nul, il vous faut croire que vous avez des pouvoirs et regretter de ne pas arriver à les utiliser, mais quand vous avez conscience de votre faiblesse, votre impuissance ne vous étonne plus.

 

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #satsang, #yogaoriginel, #humilité, #grâce, #observance, #spiritualité, #bonheur, #confusion, #agya
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :