Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce satsang est pour les initiés de La Voie. Vous pouvez le lire, mais il ne vous dira pas grand-chose. Le propos de ce satsang est de redire aux pratiquants qui sont peu assidus que l'Observance est importante. Maintenant chacun a le libre-arbitre, tout dépend de ce que l'on attend de la pratique.

 

 

 

 

Aussi motivé que vous soyez dans l'Observance, il y a toujours quelque chose qui vous dérange et ce sont les concepts. Les concepts sont là tout le temps. Quand ils sont spirituels et qu’ils vont dans le sens de votre sensibilité, ils sont les plus difficiles à circonvenir, à identifier en qualité de concepts.

 

 

Parce qu’ils sont de couleur spirituelle, vous les voyez avec intérêt. C’est ainsi que le faux-ego, devenu l’ego-spirituel, met le pied dans l’entrebâillement de la porte et s’invite dans votre pratique. Il entre chez vous, s’y installe et vous vend ses encyclopédies de concepts spirituels, religieux.

 

 

Parmi tous les concepts, il en est un qui est très fort chez les chercheurs et les disciples, c’est qu’il faut arriver quelque part. Vous savez, vous allez arriver au bout, ne soyez pas pressé. Vous êtes dans un train à grande vitesse et vous ne connaissez pas la destination. Profitez du voyage au lieu de spéculer sur la destination. Vous ne savez pas où vous allez. Tout ce que vous pouvez savoir c’est où vous êtes à l’instant T, c’est à cet instant T qu’il vous faut prêter toute l’attention qu’il mérite.

 

 

Vous n’avez rien à atteindre, ce n’est pas un concours, il n’y a pas d’examen à la fin. L’important, c’est de regarder l’image de votre père, en qui vous espérez, et de l’aimer, sans plus de questions. Vous qui avez connaissance des quatre techniques, vous avez été initié à La Voie, vous la connaissez cette image dont je parle et vous savez comment la regarder. Si vous ne savez pas de quoi je parle, alors demandez-moi, je vous le dirai.

 

 

Si vous avez oublié de regarder cette image et que vous sentez le voile de la tristesse, de la confusion redescendre sur vous, alors retournez à la pratique, méditez, écoutez le Saint-Nom, regardez la Lumière, pour ceux qui la voient. L’existence où vous êtes, il n’y en a qu’une. Ne comptez pas sur l’existence prochaine, ne procrastinez pas. C’est aujourd’hui qu’il vous faut être dans la paix du dedans.

 

 

Vous avez des outils, les quatre piliers de l’agya, utilisez-les tous : le service, le satsang, la méditation et les angas. La plus grande partie de votre temps, vous la passez dans le service, alors soyez attentif à ce pilier. C’est le service qui vous permet de vous dédier à Dieu. La dédication est la dévotion pratique et Bhakti est le diamant de la voie.

 

 

Quand vous méditez, ne jugez pas votre méditation vous disant : j’ai mal médité. Vous ne savez pas ce qu’est la méditation et ne pouvez pas la juger. Vous savez, un pianiste, un concertiste fait ses gammes et même quand il ne dispose pas de piano, il fait ses gammes sur une table. Il n’en sort aucune musique, mais l’important, pour lui, c’est de faire ses gammes. Parfois, vous méditez, vous croyez qu’il ne s’est pas passé grand-chose, mais vous avez fait vos gammes. Observez l’agya sans attendre de résultats.

 

 

Je vois ce qu’il se passe quand on cesse l’Observance. Je vois des disciples retombés dans les affres d’avant.

 


 

Tag(s) : #satsang Chela & premie
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :