Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce satsang vous invite à retrouver votre vraie identité, à vous identifier à la bonne ''personne'', à vous, à votre âme et vous rassure à propos de votre personnalité: vous ne la perdrez pas, vous ne deviendrez pas quelqu'un d'autre. Les plans sont différents.

Satsang de sri hans Yoganand ji sur la spiritualité, La Voie, les livres saints et la vérité.
Lisez les livres "saints" pour vous inspirer, n'attendez pas d'y lire la vérité : la vérité ne peut s'écrire

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

 

Ce que l’être humain est capable de comprendre de la spiritualité est vraiment très peu… ce n’est même pas la pointe visible de l’iceberg ! Les choses profondes ne se voient pas, elles sont au fond ! L’être humain se sert de son cerveau pour comprendre, la plupart du temps et ce cerveau, aussi brillant soit-il, a des capacités limitées et les choses spirituelles ne peuvent pas être comprises, dans toutes leurs dimensions, avec ce cerveau. Même en passant soixante ans à lire, à relire et à apprendre par cœur tous les livres saints, sacrés et documentés vous n’effleurerez même pas le sujet.

 

 

Tout au plus, connaîtrez-vous toute l’histoire des « Bhàrata », les 81936 « shlokas » de mémoire et la « Bhagavad-Gîtâ » (ou « le chant du bienheureux ») et la Bible, toute la Bible, le Coran, le Tao-Te-King, le Bardo, etc. Mais, vous ne saurez encore rien. Apprendre par cœur le guide du routard à propos des Indes ne vous fera jamais connaître les Indes.

 

 

 

Les mots

sont des incapables

 

 

 

Ce que vous pouvez partager d’un sentiment profond que vous ressentez, ce n’est pas grand-chose. Les mots sont incapables de partager la conscience ! Ce que vous vivez au dedans restera toujours au dedans. Personne ne pourra jamais connaître vraiment l’état de votre conscience.

 

 

Regardez comment je vis, à l’ashram (communauté)… apparemment je suis comme tout le monde : je n’ai pas la peau bleue, ni une flamme violette au-dessus de ma tête. Suis-je bien un guide ? Un maître spirituel ? Croyez-vous que krishna avait véritablement la peau bleue ? Que Jésus n’allait jamais aux toilettes ? J’en vois qui tordent le nez en se disant : « Voilà que josé se prend pour Jésus ! ». Je ne peux pas ressusciter les morts, ni marcher sur l’eau, ni multiplier les pains et je n’ai pas la peau bleue, alors ? Comment pourrais-je me prendre pour ces maîtres du passé ?

 

 

Le mental n'accepte pas qu’une personne puisse être un maître, alors il invente des mythes, parce qu’il les vaut bien ! S’il pense ça, comment pourrait-il se croire capable de réaliser la raison de sa présence ici-bas ? C’est le piège du faux-ego (le méchant !) : rendre inaccessible, à grands coups de concepts, ce qui est simple, afin que vous vous perdiez en chemin, mieux encore, que vous vous découragiez avant même de penser à le parcourir.

 

 

 

Les superpouvoirs

 

 

 

Une profonde conscience fait que vous ressentez plus la présence de Dieu en toutes choses, que vous sentez sa volonté dans la marche des choses, mais elle ne change pas ce que vous êtes, n’augmente pas vos capacités. Si vous rêvez de pouvoirs supranormaux, alors vous serez déçu. Continuez de rêver, ce n’est pas interdit, mais n’entreprenez pas de travail spirituel, car le but de la spiritualité n’est pas votre but.

 

 

Certains disent que dans le « Yogasûtra » on y parle de superpouvoirs, les « siddhis », donnés aux yogis par la pratique toutefois en vérité le Yogasûtra ne dit pas ça. La traduction qui en est faite la plupart du temps se trompe : « Vibhùtipàdah » ne signifie pas « à propos des pouvoirs » mais « de l’ultime accomplissement », car « vibhùti » ne veut pas seulement dire « pouvoir ».

 

 

Un des sens que ce mot possède est « Ultime accomplissement », ce qui semble logique à propos d’une pratique mystique, plus que d’acquérir des pouvoirs. Mais l’ego-spirituel préfère viser des pouvoirs qu’un accomplissement spirituel. Il n’aura jamais ces pouvoirs, car ils ne peuvent exister, c’est une pure invention et ils n’atteindront pas l’accomplissement spirituel, car ils ne le cherchent pas. C’est là où le piège fonctionne.

 

 

Si vous voulez lire les Yogasûtra avec une traduction différente, alors je vous propose de lire la traduction nouvelle qui en a été faite : il parle du yoga pas de pouvoirs magiques et tant pis pour ceux qui les recherchent. Je suis là pour vous mettre en garde, encore faut-il m’écouter et me croire. C’est le rôle d’un guide, de prévenir ceux qui le suivent des pièges. Mais, le guide ne force personne à le suivre. « Le guide a un Dharma celui de te guider » (Bhaktimàrga 3-1-2)

 

 

 

Revenir à vous

 

 

 

Vous avez quelque chose de précis à faire de la vie qui vous a été donnée et pour faire cette chose, vous devez revenir à vous. Qui est « vous » ? Vous êtes composé de plusieurs éléments, durant votre vie humaine, qui tous participent à faire qui vous êtes, le corps, le cerveau et son mental, l’âme-incarnée ou conscience. Mais, pour ce qui est du cheminement spirituel, c’est à l’âme de prendre les commandes, pas au mental !

 

 

Vous devez reprendre les commandes. Comment ? Déjà, cessez de vous identifier à votre mental, à vos pensées, à vos sentiments, à vos souvenirs, à vos concepts et retrouvez la conscience, reparlez, re-vivez depuis l’âme étant (comme on dit dans le sud-ouest de la France).

 

 

Avant de vouloir réaliser spirituellement le propos de votre venue sur terre, redevenez vous-même, retrouvez une bonne identification. Quand vous dites, en parlant de l’âme : « Mon âme » c’est que vous n’êtes pas identifié à votre âme, puisque vous en parlez comme de quelque chose qui n’est pas vous, mais que vous détenez. Le moyen pour faire l’un et l’autre est le même : observer l’agya, ses quatre piliers. Le propos de l’observance, avant d’être de vous réaliser, est déjà de faire en sorte que quand vous dites « Je » ce soit l’âme qui parle.

 

 

Une fois ce préalable fait, vous pouvez commencer à réaliser. Ce préalable peut prendre du temps, toute une vie ou être très rapide, ne prendre que quelques mois ou plusieurs années. Prendre son mental pour son âme, c’est la confusion, la nescience. Quand vous êtes dans la confusion vous ne savez pas que vous êtes dans la confusion… c’est normal : vous êtes confus ! La première chose à faire c’est de vous rendre compte de votre confusion. Mais, vous savez, la vanité du faux-ego déteste être remise en question. Plus vous savez de théories à propos de la spiritualité et moins vous aimez être remis en question.

 

 

« Les concepts sont le produit d’une connaissance sans vérité. »

 

Le Yogasûtra verset 1.9

 

 

Vous êtes comme une flamme, fait de plusieurs niveaux… regardez une flamme de bougie, le centre est d’une couleur, et puis il y a une autre couleur qui l’entoure et une autre encore compte tenu de la température. L’âme est la première couleur, celle du centre, la plus chaude, ensuite vient la conscience du mental et puis d’autres choses encore qu’il serait vain et fastidieux d’énumérer ici. Entrez « Corps subtils » sur Google et vous aurez une liste exhaustive de ces corps qui vont de treize à plus, avec les sous-dossiers, selon l’école ésotérique.

 

 

 

Retrouvez votre centre

 

 

 

Retrouvez la conscience de votre centre, remettez-vous au bon endroit de la flamme. Voilà le début du travail spirituel. Mais, ce début a encore un préalable : accepter d’être confus et d’abandonner ses certitudes, de lâcher-prise et ça, c’est difficile. Ensuite il vous faudra trouver plus de simplicité et être simple, c’est difficile quand on ne l’est pas. C’est ce qui vous attend si vous voulez connaître, intimement, la vérité toute nue.

 

 

Parfois, il y a une peur confuse, dans l’esprit des chercheurs ou des jeunes initiés aux techniques de La Voie : se perdre en lâchant-prise. C’est l’ego qui a peur, mais qu’il se rassure ; il est bien attaché à l’âme ! Durant l’incarnation l’ego est marié à l’âme sans divorce possible. Ne confondez pas l’ego, ce principe qui a été donné à l’âme pour qu’elle ait conscience d’elle-même, et le faux-ego, qui est l’incarnation de la confusion, l’égrégore personnel suscité par la nescience ou absence de connaissance. Je ne vous parle pas là des connaissances apprises, mais de la connaissance non apprise.

 

 

Votre ego, vous ne le perdrez jamais… votre vanité peut-être, mais votre ego, votre conscience individuelle, vous ne la perdrez pas en lâchant-prise.

 

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #satsang, #lavoie, #yogaoriginel, #conscience, #spiritualité, #concepts, #fauxego, #ego, #comprendre, #vanité
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :