Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bien souvent ceux qui se disent spirituels sont attirés par l'histoire, l'habillage d'une pratique. C'est ainsi que font les professionnels de la vente : quand un produit n'a aucun plus ils racontent une histoire à son propos et les gens achètent l'histoire.

Satsang dde sri hans Yoganand ji sur la spiritualité, La Voie, les guru, vrais ou faux et leurs enseignements.
ne vous fiez pas aux apparences, écoutez l'enseignement avant de juger

 

in english

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

 

Il existe une eau de Cologne inventée en 1708, dans la ville allemande de Cologne. Cette eau de toilette a été la toute première eau de toilette composée de plusieurs essences de plantes et de fleurs. Jusqu’alors il existait des parfums, mais pas ce type d’eau admirable, comme elle a été nommée par son inventeur, Jean-Marie Farina, un parfumeur italien installé en Allemagne.

 

 

Cette marque existe encore aujourd’hui et appartient toujours à la même famille. Les rois européens de l’époque et leurs cours, étaient fous de cette eau admirable. Louis XV, Louis XVI et Napoléon Bonaparte s’en servaient régulièrement. Inutile de vous dire que cette eau de Cologne est plus chère que la plupart que l’on trouve dans le commerce, d’ailleurs on ne la trouve pratiquement que sur le site internet de la marque.

 

 

Si vous remplissiez une bouteille vide de cette eau de toilette, avec une eau de Cologne bas de gamme et que vous la faisiez sentir à quelqu’un, après lui avoir raconté l’histoire, il la trouverait extraordinaire. Le prix ne lui semblerait pas excessif.

 

 

 

Les concepts

 

 

 

« Quand l'esprit oublie ses concepts, il traverse l'illusion. »

 

Bhaktimàrga 1-4-44

 

 

Vous avez là un exemple de ce qu’est un concept. La plupart des gens ne savent pas différencier le bon de l’exceptionnel, le vrai du faux. Ils font confiance à l’histoire qu’on leur raconte. Les publicitaires des marques de produits de consommation ont compris ça et quand ce qu’ils fabriquent et vendent manque de réelle qualité, ils le vendent en nous racontant une histoire, c’est la « story-telling ».

 

 

Pour la spiritualité et les promoteurs des spiritualités, maîtres, swamis et autres, c'est la même chose : quand ils n’ont rien à vendre de différent, sur le « Marché » de la spiritualité, ils racontent une histoire, proposent un look, un sourire, une origine géographique, une réputation, un buzz, bref, du marketing et tout le monde trouve ça formidable ! Si tant de gens trouvent ça bien, c'est que c’est bien. Remarquez que la plupart de ces admirateurs sont sûrs qu’ils ne peuvent en aucun cas être manipulés !

 

 

L’emballage vaut mieux que le contenu et si je disais ça à quelqu’un qui serait dans ce cas il ne me croirait pas. Beaucoup de gens m’adressent des mails et croyez-vous qu’ils me demandent s’ils peuvent recevoir la Révélation ? Croyez-vous qu’ils demandent des précisions sur la pratique, les techniques de méditation de La Voie ? Non, ils me demandent le nom de mon guru et celui de son guru et toute la lignée. Je refuse toujours de leur répondre et ils ne m’écrivent plus. Ils veulent que je leur raconte une histoire, ils veulent une story-telling.

 

 

 

Mettre une étiquette

 

 

 

L’enseignement que je délivre ne les intéresse pas, ce qu’ils veulent, c'est pouvoir mettre une étiquette dessus. Mais, un maître éveillé n’est pas éveillé grâce à son maître. Combien des disciples de ce maître ont trouvé l’éveil ? L’éveil vient à celui qui s’est abandonné dans la lumière-intérieure et en a été éclairé tant qu’il peut alors enseigner à ceux qui ont soif de lumière. Le nom de mon guru ne leur apprendra rien. Je n’ai jamais demandé la carte d’identité de mon guru. Je l'appelais guru ji et ce ne devait pas être le nom qui figurait sur son acte de naissance. C’est son enseignement qui m’a permis d’aller profond dans la conscience.

 

 

Depuis huit mille ans qu’existe La Voie, elle n’a pas toujours porté le même nom. Les langues parlées, écrites ayant servi à la décrire, à l’enseigner ont souvent changé selon l’époque et le pays. C’est pourquoi le nom de cette voie a souvent changé. La pratique a changé aussi avec le temps, car cette voie est pure quand le guide qui l’enseigne est vivant. À chaque fois qu’un guide éveillé meurt, il se passe une sorte de guerre de succession, plusieurs dévots veulent être guru à la place du guru et La Voie se partage ainsi en plusieurs branches plus ou moins « orthodoxe ».

 

 

Du même tronc sont nés le védisme, le jaïnisme, le yoga, l’école Sàmkhya, le bouddhisme, le sikhisme, l’enseignement de Jésus, le manichéisme, les Radhasoami, les sant-mat, etc. Connaissant La Voie, sa pratique, je vois la parenté. Mais, je ne la reconnais pas du tout son agya, dans le « raja-yoga », notamment, qui est pourtant un descendant de La Voie, par le Yogasûtra. Je suis certain que si le bouddha Gautama, visitait une lamaserie tibétaine, il ne reconnaîtrait pas du tout son enseignement pas plus que Jésus, s’il allait dans une église russe orthodoxe.

 

 

L’enseignement est essentiel et l’habillage, la lignée ne l’est pas autant. Tant de voies spirituelles qui ont une lignée connue depuis des centaines d’années, se trompent de pratique depuis des centaines d’années ! Prenez, par exemple, la « Bible » du yoga ; le Yogasûtra : les trois quarts de ses aphorismes ne correspondent pas à la traduction que La Voie en a faite à partir du sanskrit. Vous pouvez lire cette traduction en cliquant sur ce lien. Si vous le comparez à un autre exemplaire, trouvé sur le net, vous verrez quelles importantes différences il y a ! Une erreur de mot change tout le sens d’une phrase et donc, si l'on s’y réfère, de notre approche spirituelle.

 

 

 

La forme et le fond

 

 

 

Ce qui compte, c'est le fond, pas la forme. Si vous avez soif de vérité, attachez-vous à « étudier » le contenu des mystiques rencontrées et pas l’histoire qui est racontée à leur sujet. Nous aussi, sur La Voie nous racontons une histoire, mais cette histoire ne vous apportera rien. Si notre voie est juste, bonne elle pourra vous apporter La lumière, la connaissance non apprise, venue des profondeurs de l’âme, mais seulement à condition que vous receviez la Révélation, et que vous observiez les quatre piliers de son agya.

 

 

Une mystique qui raconte une histoire n’est ni obligatoirement vraie ni forcément fausse ! « Tu reconnaîtras l’arbre à son fruit ». Quel est le fruit d’une mystique vraie ? La vérité. Qu’est-ce que la vérité ? Vous la saurez en la connaissant. Si une mystique vous attire à l’intérieur de vous, au-delà des mots, des théories, des concepts, et ce, en toute liberté, alors c’est que cette mystique est bonne.

 

 

Avez-vous besoin de vérité ou d’un trip mystique reconnu et qui fait le buzz ? Vous n’avez pas besoin de dire namasté ni d’avoir une lampe à sel ou des galets empilés, une statuette de Bouddha pour être dans la vérité. Si vous êtes dans la vérité vous pouvez dire namasté, avoir une lampe à sel et une statuette de Bouddha. C’est dans cet ordre que ça se passe : le fond d’abord et la forme ensuite.

 

 

La Voie ne peut se juger, se jauger ; elle demande à être pratiquée. Vous n’êtes pas obligé de le pratiquer, mais pour le connaître les concepts, la lignée ne suffisent pas. Ce n’est pas la théorie qui compte. Sur La Voie ce qui compte, c'est la connaissance non apprise. Les connaissances trouvées dans les livres, comme le Veda et la Bhagavad-Gîtâ, le, ou les Yogasûtra et le Bhaktimàrga sont désignées par le mot smriti… Et ces connaissances livresques, aussi justes soient-elles, ne viennent qu’après La connaissance, shruti ou Veda (pas le livre !), venue sans mots par l’éclairage de la conscience trouvé dans la méditation profonde. Le mot « Veda » signifie « connaissance » et cette connaissance est celle que je vous dis. Elle est la connaissance révélée sur La Voie. C’est une connaissance intime, intérieure.

 

 

Il y a des centaines de milliers de gens qui apprennent par cœur, dans le Veda, que la connaissance ne s’apprend pas dans les livres… cherchez l’erreur ! « Sabda-jnànànupàtï vastu-sùnyo vikalpah. Les connaissances conceptuelles et les discours qu'elles produisent sont des produits d'une vaine imagination. » (Yogasûtra 1.9)

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #satsang, #yogaoriginel, #concepts, #spiritualité, #vérité, #lavoie, #méditation
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :