Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Beaucoup de chercheurs passent du temps dans des livres dits spirituels, croyant y trouver l'objet de leur recherche. Pourtant, quand on a soif, on boit, on ne lit pas un livre sur l'eau. C'est ça la pratique des quatre piliers de La Voie : une pratique.

Satsang de sri hans Yoganand ji sur la spiritualité, La Voie, la pratique et la théorie.
La pratique vaut mieux que la théorie

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir, faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

 

« Sot est celui qui croit être le guide de lui-même

Quand il est le sujet soumis de ses désirs,

De sa vanité et de ses concepts »

 

Bhaktimàrga 3-1-8

 

 

 

Il n’est pas besoin d’être Albert Einstein pour savoir que tout est relatif. Trivialement, il n’y a qu’à voir comment chacun jauge les gens, les choses et les événements selon ses critères. Chacun voit midi à sa porte. La relativité des choses commence par là. La relativité du temps est aussi vraie. Je vois bien quand je suis dans la parfaite béatitude comment ce qui me semble avoir duré quelques secondes a duré des heures !

 

 

Je vois que quelques secondes de méditation valent mieux que des heures de discours, en vérité. Quand on a soif de cette vérité, ce qui compte, c'est de lâcher-prise, de cesser de vouloir tout expliquer et de simplement se laisser aller dans l’instant en pratiquant la technique du Saint-Nom.

 

 

C’est très subtil, la plupart du temps, le ressenti que l’on a de cette béatitude. Aussi subtil que ce soit, on sait bien que ce sourire-intérieur, même à peine dessiné, vaut tellement plus, tellement mieux que les idées les plus brillantes, que les arguments les plus convaincants du mental !

 

 

 

Si vous avez soif, buvez

 

 

 

Quand on a soif, un cours magistral sur la chimie de l’eau ne sert à rien, tandis que de boire un verre d’eau, même sans connaître l’oxygène, l’hydrogène, vaut tellement mieux. En spiritualité beaucoup peuvent citer les justes versets des bonnes écritures au bon moment. Ils expliquent, en long et en large, ce qu’est la vacuité, pourquoi le bouddhisme ne possède pas de notion d’âme. Ils parlent de réincarnation et de toutes ces sortes de choses. Ils décrivent un pays qu’ils n’ont pas visité !

 

 

Vous cherchez à comprendre, alors vous réfléchissez et fabriquez des concepts qui tiennent debout avec des mots qui vont bien les uns avec les autres. En vérité, comprendre intellectuellement pourquoi il faut boire quand on a soif ne désaltère pas, ce qu’il faut c’est boire. Certains ont soif et cherchent à savoir pourquoi ils ont soif… Ils passent un temps fou à y réfléchir et continue de se déshydrater. On leur tend un verre d’eau, mais ils sont trop occupés à réfléchir et ne prennent pas le verre qu’on leur tend.

 

 

Quand on est dans la béatitude, même un petit peu, on se moque bien de tout ce qui peut être dit, ce qui peut avoir été écrit à propos de la béatitude, juste, on est bien et l'on en profite. Quelques minutes de méditation valent mieux que des centaines de pages de récits à ce sujet, même en sanskrit.

 

 

 

La vraie connaissance

 

 

 

La vraie connaissance, en spiritualité, est sensuelle, pas intellectuelle. Rien de ce que l’on pourra dire, écrire ne sera aussi vrai que de se taire et d’écouter, de ressentir la douceur de l’instant caressé par le Saint-Nom. Quand on entre dans un temple, on laisse ses chaussures dehors, quand on entre en méditation, on laisse ses pensées au-dehors.

 

 

Sans pensées, les concepts se meurent. La vraie compréhension, c'est la communion, c’est prendre avec soi. Pour ça il n’est pas nécessaire ni d’être intelligent ni d’être instruit, juste il faut avoir très soif et boire. C’est si simple, mais apparemment la simplicité n’est pas facile pour certains esprits compliqués ! La pratique des quatre piliers de La Voie est simple. Le plus difficile, ce qui prend le plus de temps, c'est de se simplifier.

 

 

Certains n’ont pas connu le samadhi, mais donnent les noms sanskrits des différents samadhis recensés par les écritures. Ils collectionnent les noms compliqués et se croient éveillés parce qu’ils sont des bibliothécaires. C’est comme les pharisiens à l’époque de Jésus. Il ne suffit pas de connaître par cœur les quatre-vingt-dix neuf noms de Dieu pour connaître Dieu.

 

 

 

Osez pratiquer

 

 

 

Osez pratiquer… Vous savez pourquoi tant de gens savent tant de choses théoriquement en spiritualité et si peu pratiquement ? Parce que pour savoir des théories il faut prendre, apprendre, mais pour pratiquer, il faut se donner. Il y a chez l’être humain quelque chose qui aime prendre, apprendre et pas se donner. Ce qu’elle aime, cette chose, c'est frimer, montrer son savoir, être la meilleure.

 

 

La pratique spirituelle est, à ce propos, très ingrate. Jésus affirmait que lorsque l’on jeûnait, il fallait se parfumer et avoir l’air enjoué, afin que personne ne sache que l’on jeûne. Il a dit aussi que la main gauche devait ignorer ce que faisait la main droite et que l’on ne pouvait pas être récompensé simultanément par le monde et par le Royaume.

 

 

La vérité est un endroit où rester. Il n’y a rien qui puisse être raconté à son propos. Il y a juste à y rester. Si vous ne savez pas ce qu’elle est, où la trouver, comment y aller et y rester, demandez à ceux qui disent le savoir, vous verrez bien s’ils le savent ou pas… vous le verrez à leur enseignement. C’est comme ça que l’on peut juger un enseignant : à son enseignement.

 

 

Je sais qu’il y a des chercheurs, des chercheuses de vérité qui lisent les satsang que j’ai donné oralement, où je dis de faire, de demander à recevoir la Révélation des quatre techniques de La Voie. Ils, elles les lisent depuis plusieurs années sans rien dire et ne demandent pas à recevoir la Révélation des quatre techniques de méditation. Ils, elles sont entièrement d’accord avec le contenu de ces satsang qu’ils lisent.

 

 

Pourtant, ils ne franchissent pas la barrière de leur mental pour s’inscrire dans les faits : leur soif n’augmente pas et ils ne demandent pas à boire. La théorie leur suffit. Tant que votre peur sera plus forte que votre soif, vous ne goûterez pas au Nectar de la connaissance non apprise.

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais je dois préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #satsang, #yogaoriginel, #conscience, #simplicité, #faire, #lavoie, #spiritualité
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :