Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un satsang qui vous met en garde contre le faux-ego, que beaucoup confondent avec l'ego. Il vous encourage à garder le contrôle de vos états d'âme et à ne pas écouter ce que votre mental peut dire sans faire le tri. Il y a une sorte de tamis pour ça.

Satsang de sri hans Yoganand ji à propos de spiritualité, d'équanimité entre la dualité et l'Unité.
Entre la dualité et l'Unité, il y a un équilibre, l'équanimité, mais qu'est-ce que ça veut dire ?

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

Le libre-arbitre

 

 

 

Vous avez le libre-arbitre de suivre ou de ne pas suivre telle ou telle voie. Il n’y a rien que je puisse faire pour vous obliger à suivre La Voie, à observer son agya, à pratiquer ses quatre piliers et c’est bien comme ça. Pour aller à l’encontre du libre-arbitre il ne faut pas aimer Dieu, car c’est Lui qui a équipé l’être humain ainsi : il veut qu’il vienne à Lui en toute liberté, comme le fils prodigue de l'évangile (Luc 15:11).

 

 

Quand je vous dis d'être sourd au faux-ego, c’est un conseil, pas un ordre. Personne ne vous oblige à suivre ce conseil ! Mais, si vous voulez la liberté, la paix et vivre pleinement votre existence il est utile de le suivre. Le faux-ego n’aime pas du tout la pratique de La Voie, le satsang, l’enseignement du maître et il fera tout son possible pour vous en empêcher en se faisant passer pour votre libre-arbitre, pour votre liberté. La nuit déteste le jour.

 

 

 

Maître vivant

 

 

 

Le faux-ego n’aime pas la notion d’un maître vivant… Enfin si, il aime les maîtres vivants qui ne font rien pour le contredire, qui ne l’empêchent pas de tricoter ses concepts et de tisser sa vanité spirituelle. Si le maître va dans son sens, qu’il est un guerrier de lumière et qu’il le prend dans ses bras, alors le faux-ego aime ça. Toutefois, si le maître vivant dit qu’il faut se méfier de lui, et aller là où il n’est pas, il déteste et quand le faux-ego déteste, son hôte déteste aussi tellement il croit être lui.

 

 

Si ce maître vivant vit très loin de lui, sur un autre continent et qu’il ne le voit qu’une fois dans sa vie, au milieu de milliers de fans, alors le faux-ego aime ça. S’il est indien, tibétain, américain, bref : exotique et à la mode il aime encore plus ! Pourvu qu’il fasse le buzz ! C’est ce qui compte, l’apparence, la notoriété : s’il est connu et apprécié de milliers d’autres gens, c'est que c’est bien. C'est connu que les phénomènes de groupe sont bons (ironie).

 

 

Un maître que vous pouvez avoir en face-à-face, qui peut vous dire : « Non, vous avez tort, il ne faut pas vous y prendre ainsi, mais plutôt comme ça », l’ego-spirituel n’aime pas ça du tout ! C’est pourquoi il n’accepte souvent, comme maître que Dieu en personne, ou au moins un archange. Il faut que le guru, son enseignement conforte ce qu’il croit déjà, pas qu’il le contrarie. L’ego-spirituel aime créer sa spiritualité à sa fantaisie, il n’aime pas suivre ce qui ne vient pas de lui.

 

 

 

Plus de paix, moins de peur

 

 

 

Pour qu’une personne accepte La Voie il faut qu’elle n’ait aucune idée préconçue à propos de la spiritualité, qu’elle ne s’y intéresse pas. Par contre, elle souffre et elle a besoin de paix. Si le chercheur a déjà passé des années à se fabriquer une mystique, un patchwork sur mesure, il ou elle aura du mal à tout jeter au panier pour recevoir l’enseignement d’un maître vivant.

 

 

Le faux-ego, revêtu des atours du mystique aime les apparences. Si le maître est indien, ou indienne, qu’il a une barbe, des dents blanches, qu’il a de grands yeux brillants et qu’il parle anglais avec un accent hindi, alors c’est tant mieux. Il pourra ajouter sa photo sur son autel domestique, entre la statue du bouddha Gautama, les bâtons d’encens, la lampe de sel et le bambou posé près des trois galets empilés et à côté du bol chantant tibétain. Ces choses-là n’ont rien de risible, mais quand il n’y a qu’elles, que le fond manque, c'est tout de même un peu léger comme spiritualité, non ?

 

 

 

Le fond plutôt que la forme

 

 

 

Êtes-vous de cette espèce d’être spirituel ? Si vous avez reçu la Révélation des quatre techniques, que vous observez l’agya, pratiquez ses quatre piliers au quotidien, alors la réponse est non. Mais, vous pouvez quand même avoir un bol tibétain et une lampe à sel rose ! Si vous vous intéressez plus au fond qu’à la forme alors allez au fond des choses. Lisez les textes du blog, lisez les satsang, ils disent le fond des choses et vous verrez bien si ce fond entre en résonance avec le vôtre… de fond !

 

 

Le faux-ego, toute sa problématique est qu’il ne veut pas être remis en cause, pourtant il ne risque rien, il est attaché à l’ego et l’ego dure toute l’existence et au-delà. L’ego est indispensable à la conscience et au libre-arbitre, alors le faux-ego ne risque pas de disparaître. Simplement, le pratiquant tiendra moins souvent compte de ses avis.

 

 

Tout va dépendre de l’intensité de votre soif : si elle est plus forte que votre peur, alors vous irez profond sur cette voie, en route pour votre accomplissement. Certains ont peur de perdre ce qui fait leur vie en embrassant cette spiritualité. La spiritualité, c'est la vie et votre vie est spirituelle… même faire la vaisselle, les courses alimentaires, prendre sa douche, aller au travail est spirituel. Sur La Voie, un des quatre piliers, le service, permet de faire que ces activités triviales soient mystiques aussi, en toute légèreté.

 

 

 

L’extérieur et l’intérieur

 

 

 

Dans l’existence, il y a deux grandes forces qui s’exercent : une vers l’intérieur, le centre, la force centripète et l’autre vers l’extérieur, la force centrifuge. Plus vous êtes éloigné du centre et plus la force centrifuge est grande, à contrario, plus vous êtes près du centre et plus la force centripète est grande. Le propos des piliers est de vous permettre, si vous le désirez, de ne pas vous éloigner trop de votre centre. Qu’est-ce que votre centre ? C’est ce qui vous est montré le jour de la Révélation des quatre techniques.

 

 

Il y a le monde du ça, des sens tournés vers l'extérieur : la vue, l’ouïe, le toucher, le goût, l’odorat. Il y a le monde du dedans, c'est le centre de vous, ce que vous voyez, ce que vous entendez, ce que vous ressentez quand vous fermez vos yeux, vos oreilles. Mais, ce qu’il y a au-dehors n’est pas mauvais : c’est une Grâce, la Création de Dieu qu’il nous offre pour y vivre l’existence. Ce qui est mauvais, c'est de ne vivre qu'une dimension de notre être.

 

 

Ce qu’il s’agit de faire ce n’est pas de privilégier l’intérieur, mais d’être au point d’équilibre, au centre, comme une toupie. C’est tout le propos de La Voie, de ses piliers : le service, le satsang, la méditation et les angas. Suivre ces quatre piliers, c’est l’Observance. Il ne s’agit pas de tout changer dans sa vie, mais simplement de la vivre pleinement, en toute conscience en posant son regard au bon endroit.

 

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #satsang, #conscience, #fauxego, #spiritualité, #yogaoriginel, #lavoie
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :