Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Beaucoup de choses sont dites et écrites à propos de Jésus, du krishna, du bouddha historique. On parle de pouvoirs, de miracles, mais sachez une chose : le principe de réalité est têtu. Quand quelque chose vous semble impossible, c'est que ce n'est pas vrai.

Satsang de sri hans Yoganand sur la spiritualité, La Voie, la croyance et la réalité.
Il y a ce que l'on croit et la réalité. On peut changer nos croyances, pas la réalité

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

 

Le détachement n’est pas évident… et puis c'est quoi, le détachement ? Est-ce l’acte délibéré de lâcher quelque chose ? Le détachement est-il la conséquence d’un approfondissement de la conscience par une pratique spirituelle ? Prenez l’exemple d’un bodhisattva, qui est un être humain ayant réalisé le propos de l’existence, qui a atteint l’éveil et quoi ? Que va-t-il faire après ? Vivre isolé au fond d’un ermitage en attendant la désincarnation et sa Libération ? Ou bien rester dans la société humaine, vivre comme tout le monde, afin de garder la lampe allumée sur le rebord de sa fenêtre, pour que d’autres puissent la voir ?

 

 

Normalement, quand on a atteint l’éveil on a seulement soif de rester dans la conscience de la béatitude, satçitananda. Rester impliqué dans la société humaine, y accomplir son dharma, ses responsabilités est un acte d’amour, de dédication qui demande un certain sacrifice : celui d’un peu de béatitude. Il n’est pas possible de rester équanime tout en étant très impliqué dans la vie de la société, tout en s’occupant d’autres êtres vivants, d’une famille.

 

 

Il est dit que Jésus s’est fait homme pour la rémission des péchés. Oui, il s’est fait homme, car il avait atteint l’éveil, comme le seigneur Gautama (un bouddha) en son temps. Il a choisi de rester parmi les hommes et les femmes de son temps, pour s’adresser à ceux qui avaient les oreilles pour l’entendre et donner le baptême dans l’Esprit-Saint et dans le feu.

 

 

Jésus ne marchait pas sur l’eau, pas plus qu’il ne multipliait les pains ou qu’il ne changeait l’eau en vin ou rendait la vue aux aveugles… il était humain et un humain ne fait pas ça. Ce serait comme si un cycliste se dopait pour rouler plus fort et plus longtemps que les autres ! Oui, il rendait la vue aux aveugles en montrant la lumière-intérieure, en allumant l’œil qui, en eux, était comme une lampe.

 

 

Le Bodhisattva accepte de rester homme, femme pour se dédier et en faisant ça, il accepte les limites de l’être humain. Le Christ n’a-t-il pas demandé au Seigneur pourquoi il lui avait fait ça ? Ne s'est-il, pas mis en colère tant de fois, contre les marchands qui commerçaient sur le parvis du temple, contre sa mère et ses frères qui, parfois, venaient le déranger alors qu’il donnait satsang à une assemblée, etc.

 

 

Évidemment le faux-ego, mué chez le mystique, le chercheur, en ego-spirituel, n’aime pas l’idée d’un maître non parfait. Ses concepts veulent générer le rêve et rendre inaccessible l’occurrence de l’éveil, à cause des pouvoirs qui y seraient attachés. Marcher sur l’eau, être présent en plusieurs endroits simultanément, se téléporter, ressusciter les morts sont des choses qui ne se peuvent pas.

 

 

« Celui-qui-sépare n’aime pas l’idée d’un guide vivant. »

 

Bhaktimàrga 3-1-7

 

 

Tant que l’on n’a pas atteint l’éveil, on croit ces choses-là vraies, mais quand on a atteint l’éveil et que l’on est resté humain, sans pouvoirs magiques, on doit bien se rendre à l’évidence : sur l’eau personne ne peut marcher, un mort désincarné ne se ramène pas à la vie et la peau ne devient pas bleue (allusion à krishna)… Il faut faire le deuil de ces concepts, s’en détacher. Rester actif dans la société humaine, s’occuper de ses proches, des chercheurs, des pratiquants et Chelas (disciples), de ses amis, ça porte un nom : c’est la dédication, l’abnégation et comme on se donne on reçoit à condition de refuser de se donner pour recevoir !

 

 

La vie d’un disciple assidu, c'est service, satsang, méditation et angas, les quatre piliers, mais alors comment doser chacun de ces quatre piliers ? Si je médite dix heures assis chaque jour j’aurais des expériences plus trippantes ! Ce sera au détriment du service et je risque de devenir fou aux yeux des autres gens.

 

 

« Celui qui observe la Sadhana se place sous la Grâce,

S’il en sort qu’il s’y remette et s’y remette encore. »

 

Bhaktimàrga 1-4-35

 

 

C'est un long travail de bien doser les piliers et souvent l’existence s'en charge, à notre place ! La Grâce passe pour celui qui se donne, que ce soit dans la méditation, dans le satsang ou dans le service. Celui qui s’oublie la Grâce ne l’oublie pas. Comme on se donne on reçoit, mais on ne reçoit pas forcément ce que nos concepts s’attendaient à recevoir.

 

 

Si vous vivez seul, que la conscience de Sa Grâce est une priorité, que vous êtes un pratiquant assidu, alors vous aurez une pratique différente de celle d’un parent. Chacun est payé selon ses mérites. Le but n’est pas de correspondre à l’image que vous avez du mystique, mais de vivre votre vie en pleine conscience à travers l’Observance de l’agya, de ses piliers. S’il vous plaît de suivre les enseignements du guide, alors vous serez Chela (disciple) et vous garderez un contact plus étroit avec lui.

 

 

Choisissez ce qui vous correspond le mieux et tenez-vous à votre choix. La Grâce est là pour tout le monde, quelle que soit votre existence. Ce qu’il vous faut faire c’est seulement d’en prendre conscience. Acceptez votre vie telle qu’elle est, si elle est supportable et faites au mieux avec cette réalité. Vous avez votre vie pour réaliser et même après… ce n’est pas la première fois que vous essayez ! Chaque progrès, dans la conscience, s’ajoute incarnation après incarnation. Il y a un effet cliquet, il n’y a pas de retour en arrière possible. Le principe de réalité est incontournable. Son acceptation mène au lâcher-prise qui engendre le détachement, l’humilité, la simplicité, et alors… le Royaume entrouvre ses portes-intérieures.

 

 

« Le détachement ouvre la porte du Royaume,

l’indifférence la referme »

 

Bhaktimàrga 1-5-12

 

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #satsang, #vérité, #réalité, #yogaoriginel, #lavoie, #spiritualité, #méditation
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :