Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'âme est comme une corde de guitare : elle entre en résonance avec ce qui vibre autour selon comment elle est accordée. Seule une âme accordée d'une certaine façon résonnera au satsang : « Que celui qui a des oreilles pour entendre entende. »

Satsang de sri hans Yoganand ji sur la spiritualité, La Voie, l'harmonie, les pensées et la méditation.
Pour s'accorder avec l'harmonie du Tout vous devez ne plus écouter vos pensées

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir, faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

 

Simplicité, humilité et constance, sont des mots auxquels vous êtes habitué, vous qui avez reçu la Révélation et qui avez la volonté d’observer l’agya, pratiquer les quatre piliers. Il y a un autre mot caractéristique, en parlant de La Voie, ce mot, c'est : « paradoxe ».

 

 

Un exemple : vous ne devez vous attendre à rien et simultanément être déterminé, alors comment faire ? Peut-on être déterminé à ne rien désirer ? Désirer ne rien désirer ? Quelle est cette histoire ? À vrai dire, il s’agit d’être déterminé à faire bien, du mieux qu’il nous est possible de faire, sans rien désirer recevoir en retour.

 

 

Vous pouvez marcher déterminé sans savoir où vous mènent vos pas, sans désir particulier à propos du but à atteindre. Le bien faire dans le non-agir. Oui, je sais, ça peut vous paraître paradoxal dans un premier temps. Vous pouvez méditer avec détermination sans pour autant tirer des plans sur la comète… tenir droit, sans bouger ne serait-ce qu’un doigt durant une heure (dans la méditation), si telle est la limite que vous vous êtes fixé.

 

 

« Le non-agir n’est pas le rien faire »

 

Bhaktimàrga 2-3-3

 

 

 

Déterminé à lâcher-prise

 

 

 

Vous pouvez être déterminé à obéir à l’agya, aux piliers de la pratique. Il faut une force certaine pour se soumettre à une sàdhana. La soumission, du point de vue de la spiritualité, demande une grande volonté. Pourquoi est-ce que ça demande plus de force de se soumettre à une sàdhana spirituelle plutôt qu’à un maître d’esclaves ? Un esclave n’a pas le choix.

 

 

En spiritualité, vous avez le choix, le libre-arbitre tout le temps. C’est le libre-arbitre qui rend la chose difficile. Il y a en l’être humain quelque chose qui n’aime pas se soumettre à la vérité. Pour ce qui est de se soumettre à ses désirs, à ses pulsions, à ses addictions, à un dictateur paranoïaque, là ce quelque chose, le faux-ego, ne s’oppose pas, au contraire !

 

 

Voilà de quelle détermination il s’agit sur La Voie. Ce n’est pas une détermination à atteindre la perfection ni à vous libérer, c’est la détermination à bien faire avec constance. Il y a quatre façons d’aller sur La Voie, vous le savez déjà : il y a à être pratiquant occasionnel, pratiquant assidu ou amoureux de Dieu. Qu’est-ce qui différencie ces différents Pratiquants ? La détermination, le besoin, la soif, la motivation.

 

 

 

Boire selon sa soif

 

 

 

Une personne n’ayant pas très soif ne fera pas grand-chose pour trouver à se désaltérer, une autre, sur le point de mourir de soif, fera tout pour trouver de l’eau. Comme on a faim, on mange, comme on en a besoin, on observe l’agya. Il n’y a rien à faire contre ça, c’est ainsi.

 

 

Le Marcheur voudra un mieux dans sa vie, qu’elle ne soit pas aussi vide de sens qu’il la ressent. Il aura été aspirant quelques mois et aura reçu la Révélation, ensuite, je n’aurais plus de nouvelles de lui ou d’elle… En tout cas pas régulièrement. Je ne sais pas ce qu’il adviendra de ce pratiquant.

 

 

Le pratiquant désireux d’aller plus profond, qui aura besoin des conseils du guide, deviendra plus constant, assidu sans sa pratique et posera des questions au guide, pour progresser. Ce disciple aura à cœur d’observer l’agya, de pratiquer ses quatre piliers et d’avoir l’enseignement du Guide. Il ressentira la Guidance dans son existence.

 

 

L'amoureux de Dieu sera dans Bhakti, la dévotion. L’Un, Sa Grâce aura plus d’importance que sa propre personne. Il voudra vivre sous son regard. Un amoureux de Dieu est un dévot. Il aura la perle du chemin. Il n’attend rien, car ce qui lui importe, c'est de donner, pas de recevoir.

 

 

« Rechercher la perfection dans chaque geste,

Simplement pour plaire au regard de L’Être-Suprême

mène au bonheur de Bhakti »

 

Bhaktimàrga 2-3-8

 

 

 « Mrdu-madhyàdhimàtratvàt tato'pi visesah.

Même dans ce cas, l'intensité de l'Observance fait une différence. »

 

Yogasûtra, 1.22

 

 

Parmi ceux qui ont eu la Révélation, il y aura des pratiquants occasionnels, des assidus et des amoureux de Dieu, chacun sera payé selon ses mérites. Les actes portent leurs fruits. C’est un fait. Vous êtes libre de choisir. L’Un vous a donné le libre-arbitre. L'amoureux de Dieu, le pratiquant assidu sont dans la Sàdhana, l’agya comme des poissons dans l’eau. Ils font preuve de constance, de simplicité et d’humilité, le tiercé gagnant en spiritualité.

 

 

Maintenant, je vois que beaucoup désirent tout recevoir tout de suite sans fournir d’effort, comme on télécharge une appli gratuite sur son smartphone. C’est le règne de l’instantanéité, du moindre effort et de la gratuité. La spiritualité n’est pas une appli ni un droit.

 

 

 

Entrer en résonance

 

 

 

Qui médite et ressent la douceur du Saint-Nom, entre en résonance avec lui, comme la corde d’une guitare, laissée seule, vibre à l’unisson d’une corde accordée pincée par un musicien. Pour que cette corde vibre à l’unisson de la corde accordée et jouée, elle doit être accordée, elle aussi, et à la même fréquence. Une âme est pareille avec les manifestations de L’Un.

 

 

Un chercheur proche de la vérité entrera en résonance avec le satsang. Un Marcheur entrera en résonance avec le Saint-Nom, dans la méditation et le service, si son âme est proche, accordée. Pour accorder son âme, il y a les quatre piliers et l’agya. Pour accorder son âme, ça demande du temps et tout le monde sera différent à cet égard… il y aura des lents, des moyens et des rapides, ça dépendra du nombre de tours de clé qui seront nécessaires.

 

 

Plus vous êtes proche du Saint-Nom et moins vous trouvez la voie paradoxale. Il faut du temps, de la pratique pour se rapprocher. Ne soyez pas impatient, à chaque jour suffit son Observance et ses joies. Faites en laissant venir ce qui vient au fur et à mesure. Des mises à jour de votre compréhension sont téléchargées à chaque méditation après chaque journée de service et à chaque satsang.

 

 

« Si tu peux attacher à L'Unité,

à son Saint-Nom, ton mental sans faillir,

observant la sadhana, tu auras conscience de la Grâce. »

 

Bhaktimàrga 2-7-26


 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais je dois préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #satsang, #yogaoriginel, #harmonie, #lavoie, #spiritualité, #bonheur, #méditation
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :