Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vous ne pourrez jamais guérir votre mental à l'aide de votre mental. Si la source de vos problèmes, de vos souffrances, de vos doutes est mentale, ne comptez pas sur le mental, l'intelligence, les concepts et postures pour tout régler. Cherchez ailleurs la solution.

Satsang de sri hans Yoganand ji sur la spiritualité, La Voie, les questions, les réponses et la vérité.
La meilleure réponse est celle qui éteint les questions

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir, faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

 

Vous le savez que rien ne sert jamais de leçon à l’humanité, sinon les choses ne seraient pas telles qu’elles sont, il n’y aurait pas toutes ces guerres, ces injustices, ces destructions ! Pour les pratiquants de La Voie, de ses quatre piliers, c’est la même chose : ce qui arrive au quotidien ne vous sert pas de leçon… vous continuez les mêmes erreurs. Le mental prend toujours de bonnes résolutions, mais ne peut les tenir. Vous ne pourrez jamais guérir votre mental à l’aide de votre mental. Si la source de vos problèmes, de vos souffrances, de vos doutes est mentale, ne comptez pas sur le mental, l’intelligence, les concepts et postures pour tout régler.

 

 

 

Il vous faut

un autre intervenant

 

 

 

Pour vous aider à vous tenir debout, régler vos problèmes intérieurs, vos souffrances, ne vous servez pas du mental. Qu’est-ce qui peut le remplacer ? Avec de l'expérience, la pratique et quelques échanges avec le guide vous commencez à avoir une petite idée à ce propos, non ?

 

 

Yogà citta-vrtti-nirodhah.

« La liberté est l'indifférence aux variations du mental. »

 

Yogasûtra, 1.2

 

 

« Celui qui observe l’agya se place sous la Grâce.

S’il en sort, qu’il s’y remette et s’y remette encore. »

 

Bhaktimàrga 1-4-36

 

 

Pour vous rapprocher de l’harmonie pleine de paix, seule capable de panser vos plaies, je ne vois que la Grâce et l’Observance. Service, satsang, méditation et angas, telle est l’Observance, elle est là toute. Si vous espérez apprendre quelque chose de l’Observance, vous vous trompez : l’Observance ne sert pas à apprendre quoi que ce soit, elle sert à vous positionner correctement, au bon endroit et de la bonne façon pour recevoir la Grâce et en profiter.

 

 

« L’initié vit dans la Grâce du monde

parmi les êtres qui y vivent aussi »

 

Bhaktimàrga 1-5-2

 

 

Pour apprendre il y a le mental. La spiritualité ne s’apprend pas, elle se vit. On peut comprendre, pas apprendre. Les connaissances ne sont pas la connaissance. C'est un endroit, un moment, un état de conscience où les connaissances ne servent à rien. Sous l'eau, vos poumons ne sont d’aucune utilité. L’être humain a une nature… la nature humaine comme les animaux ont leur propre nature. Rien ne changera jamais cette nature. Le doute, la peur, le questionnement sans fin font partie de cette nature.

 

 

Quand les instincts se mélangent aux hormones et qu’ils viennent se mêler au mental, vous avez le paradigme qui gère l’existence intérieure des gens. Rien n’y pourra rien changer. Celui qui s’attelle à cette tâche perd son temps et du temps, pour ce qui est de l’existence présente, il n’y en a pas tant que ça. En attendant, vous ne faites pas ce pourquoi vous êtes venu.

 

 

 

Au fond

 

 

 

Vous pouvez détacher un peu votre conscience du mental, vous rendre compte que vous n’êtes pas votre mental, au fond. Vous n’êtes pas non plus votre corps, au fond. Mais, il faut connaître ce fond, savoir comment y aller pour vous rendre compte de cette vérité !

 

 

C’est le propos de la Révélation et de l’Observance de l’agya. L’Observance fait comme les murs de contention pour certains animaux. Quand des éleveurs de gros animaux veulent les diriger en un endroit précis, ils les poussent entre deux murs de planches ou de barrières métalliques, qu’ils ne puissent plus aller que dans une seule direction. L’agya, les quatre piliers, leur Observance sert de murs de contention pour votre mental.

 

 

Personne ne va vous y pousser, c’est à vous de vous engager. C’est le libre-arbitre. Mais, le mental n’aime pas être contraint, vive la liberté ! Pourtant, il va bien falloir que vous y alliez, entre les murs de l’Observance, si vous voulez avoir le contrôle sur lui et vous en libérer un peu.

 

 

Alors ? Comment faire ? Le mental ne veut pas y aller. Il est possible d’observer les quatre piliers de l’agya, de faire en sorte que votre mental y aille, mais à une condition : que votre désir de le faire soit plus fort que votre réticence. Comme pour beaucoup de choses, c'est une question de motivation. La Sàdhana vous libère des errements du mental à condition de l’observer. Quand, avec le temps, l’Observance sera plus agréable que la non-Observance, vous observerez l’agya naturellement.

 

 

 

Faire et refaire

 

 

 

Les questions sont comme des ombres : elles disparaissent quand la lumière vient. Devant l'évidence, les doutes s’effacent. Attention, d’autres repoussent et il faut recommencer comme la tonte du gazon au printemps. De toute façon il y a déjà tant de choses qu’il vous faut recommencer sans fin : boire, manger, dormir, aimer…

 

 

L'Observance est une autre chose à faire et à refaire. La lumière intérieure, celle que vous voyez devant vos yeux fermés quand vous pratiquez la méditation en utilisant la technique idoine, une des quatre révélées, cette lumière fait disparaître les questions. Elle ne répond pas aux questions, elle les fait disparaître. Il n’est pas nécessaire, pour ça, que vous la voyiez très forte, même petite, scintillante comme une nuée, ça fonctionne.

 

 

« Le Saint-Nom est lumière qui brille à l’intérieur

en éclairant l’Esprit »

 

Bhaktimàrga 1-1-29

 

 

Comme l’herbe repousse, les questions reviennent, c'est pour ça que vous méditez tous les jours et même deux fois par jour pour ceux qui le veulent et le peuvent. C’est pour maintenir votre mental sous contrôle. La vie spirituelle est une hygiène de vie, comme de se brosser les dents, de boire et de manger. Vous respirez régulièrement, faites pareil pour la pratique du Saint-Nom ou Verbe. Profitez de ce que vous respirez régulièrement pour vous en rendre compte, simplement sans faire plus de chichi que ça.

 

 

 

Simple harmonie

 

 

 

La Voie est si simple, vous ne l’imaginez même pas ! Il en faut du temps, des années de pratique pour arriver à la simplicité nécessaire. La vérité est simple, évidente. Tant que vous serez compliqué, vous ne l’embrasserez pas comme il faut, mais vous êtes en chemin… si vous marchez et qu’est-ce que marcher, sur cette voie ? C’est observer l’agya, pratiquer les quatre piliers. Si vous ne le faites pas, vous n’y marchez pas et il est alors vain d’en attendre un mieux-être. Cette Observance est faite de telle sorte qu’il est relativement facile de le faire au quotidien sans avoir à se contorsionner.

 

 

Toutes vos activités créent des espèces de vrttis, de petits clusters éparpillés sur le disque dur de votre mental, vous avez le mental fragmenté et en ressentez de la fatigue, de la confusion. Le service, le satsang et la méditation, rassemble ces clusters éparpillés et défragmente votre disque dur. Vous devez procéder à cette défragmentation régulièrement. C’est l’Observance.

 

 

Maintenant si tout va bien pour vous, vous n’aurez pas envie de le faire… heureux ceux qui souffrent, ils seront consolés. Tous les êtres humains ont l’harmonie en eux, tous, même ceux qui paraissent en être les plus éloignés. La différence entre quelqu’un qui paraît très éloigné de l’harmonie intérieure et quelqu’un qui en semble très proche est infime. Entre un exécuteur de Daesh et un moine zen, la différence est infime. Ils ont tous deux l’harmonie en eux, juste sous la surface de leur « conscience-domestique ».

 

 

Cette harmonie, c'est la conséquence de la vie que Dieu a mise et qu’il maintient en vous. Cette harmonie, c'est le milieu naturel du Saint-Nom ou Verbe. La Voie c’est de s’unir à cette harmonie. La Révélation vous montre où trouver cette harmonie et comment vous y plonger. Les quatre piliers de l’agya vous permettent de le faire au quotidien et le guide… vous guide si vous le lui demandez.


 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais je dois préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #satsang, #yogaoriginel, #observance, #agya, #lavoie, #spiritualité, #méditation
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :