Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Encore un satsang destiné aux initiés parce qu'il ne parlera pas aux chercheurs qui viendront ici. Il n'y a rien de secret, mais seuls ceux qui pratiquent La Voie et qui observent son agya auront les clés pour le comprendre.

Les six vertus cardinales

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir, faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

Voici un focus à propos de certaines vertus nécessaires pour entrer dans ce Royaume dont le Christ parlait et dont la porte est en vous. Je vous les cite pour vous encourager à les cultiver, sinon à délibérément les provoquer, car peut-on accéder, par sa seule volonté, à quelque vertu que ce soit ? Je joins un témoignage afin d'illustrer l'une des six vertus :

 

 

« Je méditais normalement ce matin, comme d'habitude, rien à signaler, j'étais dans la musique et tout à coup, j'ai compris l'acceptation. Jusqu'à présent, j'acceptais, surtout à contrecœur, plutôt avec la tête, que mes méditations ne soient pas toujours super. Il y a des jours où je vais mieux et des jours où je vais moins bien et c'est pareil pour la méditation.

 

Je commençais depuis quelque temps à ne plus me tracasser ni à me prendre la tête à ce sujet bien que ce soient des termes un peu exagérés et ce matin, c'était l'explosion. Oui, j'accepte avec le cœur de recevoir la méditation comme elle vient.… Et au moment où je ressens cela en moi, la musique m'emporte dans sa douceur comme une confirmation de ce que je viens de comprendre ».

 

 

Vous aurez compris, à la lecture de ce témoignage, que le lâcher-prise est une des vertus dont il est question. Je vous énumère ces six vertus cardinales : la soif, l'humilité, le lâcher-prise, la constance, la simplicité, la confiance.

 

 

– 1, la soif de Dieu est la première de ces vertus, car sans elle, il n'est pas d'Observance possible. Il y a quelque chose en chacun d'entre vous qui déteste l'Observance et seule une grande soif peut vous inciter à observer l'agya.

 

 

La soif de dieu est nécessaire après avoir reçu la Révélation, car sans elle la constance n'est pas possible. Dans un voyage, le but, la destination seule n'est pas suffisante pour définir un itinéraire : il faut un point de départ. La motivation est le point de départ. La seule motivation qui vaille est la soif.

 

 

– 2, l'humilité est indispensable, car comment demander de l'aide sans elle ? Dans la définition du mot humilité, il est dit qu'elle procède de l'objectivité, de la lucidité. L'humilité n'est pas la veulerie, l’auto-déconsidération ni l'humiliation. L'humilité est la juste considération de ses qualités, de ses défauts, de ses capacités et de ses limites.

 

 

Tout un chacun, s'il est doué d'humilité, reconnaîtra le besoin où il est de Dieu, de son aide, l'incapacité d'atteindre, seul, la paix qu'il désire ardemment. Alors, reconnaissant ce besoin et cette impuissance où il est, il demandera de l'aide. Le Christ disait : « Frappe et l'on t'ouvrira, demande et l'on te donnera » (Luc 11:9).

 

 

Même après avoir reçu la Révélation, vous devez entretenir l'humilité, l'ego-spirituel vous guette, prenez garde à lui ! Croyant avoir quelques pouvoirs, vous faites preuve d'un bel aveuglement. L'humilité demande du discernement et de l'objectivité. Vous ne devez compter que sur la Grâce et elle coule en vous constamment.

 

 

– 3, le lâcher-prise et le détachement sont liés : comment voulez-vous vous détacher si vous ne lâchez pas prise ? Pourquoi se détacher ? Pour vider votre coupe des concepts qui l'encombrent, des avis que vous avez sur vous-même, sur la pratique, sur Dieu, sur tout. Vous n'entrerez pas en méditation profonde sans lâcher-prise, sans vous détacher.

 

 

– 4, la constance est indispensable, sans elle votre chemin n'est fait que de hauts et de bas, de pointillés qui vous découragent. Observez l'agya et les piliers avec constance, sans vous préoccuper de la « météo spirituelle » de votre existence. Un jour, c'est parfait, un autre, ça l'est moins, qu'importe : la constance vous gardera dans l'agya, la pratique et la conscience de la Grâce. Laissez du temps au temps.

 

 

– 5, la simplicité. La vérité est simple. Tout ce qui est compliqué n'est pas la vérité. La lumière est simple, les ténèbres sont compliquées ! Ce que l'on imagine dans les ténèbres ! Dans la lumière, on n'imagine pas : on voit. O n'est jamais trop simple. Certains parlent de simplisme, car ils ont l'esprit compliqué. Le faux-ego, la vanité, les concepts sont compliqués.

 

 

– 6, la confiance est le remède contre le doute et permet, quand on n'est pas très régulier dans son Observance, de laisser à la Grâce le temps de nous montrer sa vérité sans se mettre martel en tête. La confiance peut se dire aussi la foi.

 

 

Si vous ne parvenez pas à réunir toutes ces vertus, soyez indulgents avec vous-même. Attention : indulgence n'est pas faiblesse ! L'indulgence est l'antidote du découragement, elle demande de l'humilité, de l'objectivité dans la considération de ses capacités et de ses faiblesses. Ces vertus ne peuvent pas se décréter, elles viennent au fur et à mesure de l'Observance par la Grâce de la méditation, du service et du satsang. Laissez du temps au temps ! Courage, La Voie est belle, marchez-y sans rien attendre et vous recevrez beaucoup.

 

 

Un pratiquant occasionnel pratiquera seul sans jamais entrer en contact avec le maître, sans lui demander conseil, sans lui dire ce qu'il vit et, ainsi, être en mesure de recevoir, en réponse, une aide, une inspiration. Le pratiquant a l'agya, ses piliers, il les suit ou ne les suit pas. Il n'y a pas de problème avec ça. Mais, s'il se désole de ne pas expérimenter le Royaume, la paix intérieure à la mesure de sa soif, qu'il s'en ouvre au maître.

 

 

Un pratiquant restant en contact régulier avec moi a soif de mes conseils. Il les sollicitera régulièrement et profitera ainsi de mon enseignement. Son expérience et sa conscience de la Grâce seront plus profondes. Un pratiquant dévot fera de L'Un, de Son regard posé sur lui, une priorité dans sa vie et il connaîtra la douceur de la dévotion, la perle du chemin. À chacun sa pratique.

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais je dois préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.
 

Tag(s) : #yogaoriginel, #vérité, #lavoie
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :