Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La Grâce existe ''pour-de-vrai'' ! Je l'expérimente concrètement depuis que j'ai reçue, en Inde, la Révélation en 1975. ''Aide-toi et le ciel t'aidera'', c'est la même chose avec la Grâce : pratique régulièrement et tu verras la Grâce.

Satsang de sri hans Yoganand ji sur la spiritualité, La Voie, la Grâce et la providence.
La Grâce existe pour tout le monde tout le temps mais seuls ceux qui la ressentent la suivent

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

« Quand un chercheur trouve la vérité,

il est bouleversé par la Grâce »

 

Bhaktimàrga 1-3-22

 

 

Je vous parle souvent de confiance, de lâcher-prise, de détachement. Toutes les vertus, sur La Voie, sont liées. Par exemple la Guidance, qui est la Grâce en action, vous en prenez conscience quand vous laissez la direction de votre vie en pratiquant la technique du Saint-Nom, en observant l'agya, ses quatre piliers.

 

 

Faites ce que vous avez à faire et ensuite laissez faire la Guidance. C'est de la confiance, de la foi, mais de l'acceptation, du détachement aussi et de l'humilité. Au fait, l'humilité... c'est de la lucidité. Quand on est conscient des choses, objectivement, on ne peut qu'être humble. Alors que faire ? Dresser une liste des vertus souhaitables et travailler à les cultiver ? Cette démarche serait un manque de lucidité, une vanité. Si vous avez l'habitude de tout diriger et que ça va bien, que vous êtes satisfait, alors continuez. Comme disait le Christ dans Matthieu 9:12 : « Ce ne sont pas ceux qui se portent bien qui ont besoin de médecin, mais les malades ». 

 

 

 

La Guidance ne se voit pas toujours

 

 

 

Si vous avez besoin d'être soigné, pourquoi refuser les soins, les médicaments prescrits ? Si vous vous sentez débordé par votre existence et victime d'un mal- être dont vous ne savez pas la cause, alors demandez de l'aide et une fois cette aide venue, acceptez-la ! Vous êtes en voiture et vous avez un rendez-vous, trente minutes plus tard vous devez rencontrer une personne importante pour votre existence. Un de vos pneus éclate, vous perdez le contrôle de votre auto et vous retrouvez bloqué dans un fossé.

 

 

Vous allez être en retard, ça va vous coûter un dépannage, des réparations et vous êtes fauché... Là je vous défie de ne pas vous demander où est la Guidance ! Franchement, si vous en aviez besoin, c'était bien là ! Mais ce que vous ignorez, et que vous ignorerez toujours, c'est que trois cents mètres plus loin passe un camion qui vous serait entré dedans et vous aurait tué. C'était sûr et certain, c'était écrit, sauf que la Guidance a fait que vous avez fini dans le fossé et que vous n'avez pas eu cet accident et vous ne le saurez jamais. C'est là où la confiance devrait vous faire dire : « Si ça m'est arrivé c'est que ça devait arriver ».

 

 

J'ai vécu des choses comme ça dans ma vie. Je vous assure que de telles choses arrivent tous les jours et que vous ne vous en apercevez pas. Elles arrivent et vous sauvent et parfois des événements désagréables sont des bénédictions. Mais comment le savoir ? On ne le peut pas et c'est là que la confiance fait bien les choses. Vous ne saurez jamais à quoi vous avez échappé, mais vous pouvez choisir de voir le verre à moitié plein. C'est la foi et la confiance. Quand tout ne va pas comme vous l'avez programmé vous pouvez douter, mais que savez-vous de ce qui est bon pour vous ?

 

 

 

La Guidance est là, vraiment !

 

 

 

Quand vous avez conscience de la guidance, c'est merveilleux, cette sensation d'être pris dans un courant chaud, ascendant et bienveillant, mais ce n'est pas toujours le cas, vous n'en avez pas toujours conscience. Méfiez-vous de l'autre, là ! Celui qui aime bien le mauvais, les apocalypses, les malédictions, la malchance et la désespérance : ne l'écoutez pas, ça ne vous amènera rien de bon et dans le doute, préférez la confiance. Générez-le bien en l'évoquant plutôt que le contraire. N'ayez pas peur de la fin du monde, votre fin viendra bien avant !

 

 

Il n'y a pas besoin que le monde arrive à sa fin pour que vous arriviez à la vôtre ! Quelle vanité, avons-nous parfois, de craindre ainsi la fin du monde alors que la nôtre peut arriver au détour d'un croisement, d'un AVC, d'une crise cardiaque ! Et puis la mort... est-ce une si mauvaise chose que ça ? La Guidance est là, vraiment ! Je vous ai parfois parlé de ma vie, raconté des anecdotes ceci pour illustrer cette vérité : la Guidance existe et elle n'existe pas plus pour moi que pour vous. Il s'agit juste de s'en rendre compte. Mais croyez-moi, je me suis rendu compte de sa réalité souvent.

 

 

 

Il était une fois

 

 

 

Un jour, c'était l’hiver, j'étais sur la route, marchant sur les coteaux du Beaujolais (une région viticole en France, au nord de Lyon), à la recherche de travail. Je voulais faire la saison de taille de la vigne. Revenu des Indes, j'habitais, à l'époque, à Lyon. Je marchais, cherchant un vigneron qui pourrait m'embaucher, et je faisais du stop, mais aucune voiture ne passait. Le jour finissait et je commençais à avoir faim, soif et à être fatigué.

 

 

Après un tournant, je vois, à ma gauche,  au sommet d'un coteau, un de ces petits abris de pierre traditionnels de cette région. Je vais vers lui, il ressemble à un igloo, mais de pierres, j'entre. L'intérieur de l'abri est bien sec et entièrement recouvert d'une épaisse couche d'une bonne paille saine. À mi-hauteur, il y a une sorte d'étagère où sont entreposées de belles pommes.

 

 

J'ai passé la nuit dans ce refuge, bien confortablement installé sur la paille. J'avais les pommes pour me nourrir et m'abreuver, j’avoue que j'ai vu l'action de la Guidance. Qu'auriez-vous pensé, vous ? Le lendemain matin, j'arrivais à une maison, j'y rencontrais une vieille personne qui n'avait pas besoin de moi, mais qui m'adressa à un vigneron, qui m'embaucha tout de suite pour tailler, avec lui, sa vigne.

 

 

Il m'offrit une chambre propre, les repas et un salaire convenable. J'y ai passé trois mois et quand je suis parti, le vigneron m'accompagna à l'arrêt d'un autocar qui allait à Lyon. Au moment où ce car s'arrêta et où j’allais monter dedans, ce vigneron me serra contre lui en pleurant, lui qui ne m'avait pratiquement pas adressé la parole durant ces trois mois ! J'avoue, encore une fois, que j'ai vu le signe de la Grâce. Qu'auriez-vous fait à ma place ?

 

 

 

Des histoires, j'en ai plein

 

 

 

Des histoires comme ça j'en ai plein ! Oui, la Grâce, la Guidance existent pour moi comme pour vous et pas plus pour moi que pour vous. Juste, vous devez vous en rendre compte pour mieux en profiter. Je me souviens bien de l'état d'esprit où j'étais à l'époque et je peux vous assurer que je n'avais pas l'ombre d'un doute à propos de l'importance de la Grâce dans ma vie. Ma seule ambition était de ne pas lâcher le petit doigt de mon père. Je n'avais ni famille, ni ami, ni argent... comment être plus démuni ? Mais je n'étais pas malheureux, au contraire !

 

 

Quand je suis revenu des Indes, je n'avais rien. Un jour, je suis parti de Paris en stop pour Lyon. Arrivé à Lyon, le soir, je ne savais pas où dormir et je suis passé devant l'armée du Salut. À Lyon cette organisation occupait les deux côtés d'une même rue. Sur un trottoir l'hostellerie, la salle de prières et de l'autre le « Restaurant » ou « Soupe-populaire ».

 

 

J'entrais dans ce bâtiment, celui de l’hostellerie où l'on me proposa un lit propre dans un grand dortoir où s'alignaient des lits superposés. Je suis ensuite allé manger au restaurant, en face. Le matin une personne de cette organisation charitable m'adressa à une connaissance qu'elle avait à l'agence pour l'emploi. On m'y proposa un stage de formation de cuisinier commençant dès le lendemain, payé et nourrit. Cet agent m'adressa à un foyer de jeunes qui m'offrit une chambre. J'avais trouvé un travail intéressant, une formation, où j'étais nourri et un logement décent. J’y ai vu la Grâce... et vous ? J'aurais pu me plaindre, me dire : « Je suis tombé bien bas », mais non, je ne voyais que la Grâce et mon cœur débordait de reconnaissance.

 

 

Sans doute est-ce plus difficile de sentir la Grâce quand on a de l'argent. Je vous invite à marcher sur La Voie, à suivre l'agya, le cœur joyeux et plein de confiance ! Si je m'étais attaché à mes désirs, plutôt qu'à la conscience du Saint-Nom, peut-être aurais-je été frustré et malheureux. Des fois, il vous arrive des problèmes qui sont, en fait, des Grâces et vous ne le saurez jamais, alors dans le doute, faites confiance, Dieu veut votre bien.


 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #satsang, #grâce, #guidance, #lavoie, #méditation, #bonheur, #spiritualité
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :