Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

S'explorer, je n'en vois pas l’intérêt... comment peut-on s'explorer ? Vous n'allez pas vous retourner comme une chaussette, et puis pourquoi faire ? Le vous que vous êtes, durant cette incarnation, n'a pas beaucoup d’intérêt. Il a de l’intérêt pour vos proches, vos collègues, votre patron, vos voisins, mais pour vous ?

Satsang de sri hans Yoganand ji sur la spiritualité, La Voie, le silence et le Saint-Nom.
Dans le plus parfait silence, ce que l'on entend c'est le Saint-Nom

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

L'accueil du blog

 

 

 

Télécharger le mp3

 

 

 

 

 

 

 

Vous, les pratiquants de La Voie, entendez et lisez souvent qu'avant tout, avant de faire et de dire quelque chose, il est bon de « se mettre dans le Saint-Nom ». Qu'est-ce que ça veut dire : « se mettre dans le Saint-Nom » ? Ça signifie pratiquer la technique du Saint-Nom, tout simplement ! Parce que d'être vraiment conscient du Saint-Nom, ressentir son feeling si particulier, cette espèce de sourire-intérieur, ça ne se décrète pas.

 

 

Il y a quelque chose que vous pouvez faire, vous qui avez reçu la Révélation : vous pouvez utiliser, la technique du Saint-Nom. Elle peut se pratiquer de deux façons, assis en méditation formelle et tout au long de la journée, en même temps que vous faites ce que vous avez à faire. C'est un des quatre piliers de La Voie, le service. Il y a donc le Saint-Nom, cette force que vous avez en vous et tout autour de vous. Il y a aussi la béatitude que vous ressentez quand vous en avez conscience et il y a la technique de méditation. Il y a donc trois Saint-Nom.

 

 

L'idéal est de remettre tout ce que vous faites dans le Saint-Nom, traduction : tout ce que vous faites, vous pouvez le faire en pratiquant la technique du Saint-Nom. S'il y a bien une chose que vous devriez remettre sans cesse dans le Saint-Nom ce sont vos pensées !

 

 

Dans le cas où ce sont des pensées domestiques, apprivoisées, tenues en laisse, utilitaires, d'accord. Ce qu'il s'agit de remettre dans la méditation, c'est cette sorte de pensée vaine sur votre vie, votre existence, vous, votre caractère… Vous pouvez faire trente ans de psychanalyse, si vous voulez, sans arriver nulle part spirituellement.

 

 

Vous, les plus motivés et les plus disponibles pour la pratique, quand vous êtes pris dans un tourbillon de pensées, plongez votre cogitation dans le Saint-Nom, pratiquez la technique jusqu'à ce que la pensée s'épuise. Coupez-lui la parole, empêchez-la de « parler ». Il ne faut jamais, jamais faire confiance à la cogitation même si ce qu'elle dit semble juste : on n’attire pas les mouches avec du vinaigre et la vanité est prête à tout pour vous reprendre, vous replonger dans sa confusion !

 

 

Si vos pensées sont utiles, sont une aide pour prendre une décision, faire quelque chose, très bien : elles sont là pour ça, mais d'abord soumettez-les au Saint-Nom. Quand vous avez quitté la conscience, revenez-y et faites ainsi tout le temps, systématiquement.

 

 

 

Ne croyez pas

à vos pensées

 

 

 

On peut choisir d'être triste et confus, mais franchement, c'est mieux de ne pas l'être. Si vous répondez à la confusion des autres par votre propre confusion, comment voulez-vous que cesse la confusion ? Dans le doute, soumettez vos pensées au Saint-Nom ; pratiquez la méditation quelques instants et si la pensée reprend son cours sans changement, à l'issue de cette micro-méditation, alors c'est qu'elle est pertinente. Une pensée qui résiste à la méditation n'a pas la vanité, la prétention d'explorer les tréfonds de votre âme. Vous n'explorez pas votre âme : vous êtes votre âme !

 

 

S'explorer, je n'en vois pas l’intérêt... comment peut-on s'explorer ? Vous n'allez pas vous retourner comme une chaussette, et puis pour quoi faire ? Le vous que vous êtes, durant cette incarnation, n'a pas beaucoup d’intérêt, sauf pour vos proches, mais pour vous ? Nous avons si peu de temps, nous sommes si éphémères que la pertinence de notre avis est comme une étincelle qui ne laisse pas de trace.

 

 

 

Que faire de votre vie ?

 

 

 

Que devez-vous faire de cette vie ? Que voulez-vous en faire ? Voulez-vous développer vos capacités ? Si c'est dans un but professionnel, oui, pourquoi pas ? D'avoir de l'ambition peut-être bien, dans votre métier, au titre de votre dharma. Si vous avez une famille à charge et que vous visez à la faire vivre dans plus d'aisance, de confort et de sécurité, pourquoi pas ?

 

 

Pour ce qui est de la vie profonde, intime, celle qui ne regarde que vous, personne d'autre ne peut la vivre : c'est la vôtre ! Aucun être humain, aussi lié à vous soit-il, ne peut vivre votre vie et il a la sienne à vivre aussi. L'intimité de votre vie-intérieure ne concerne que vous. Personne ne peut vous aider, alors soyez sincère. Vous n'avez pas à vous mentir à vous-même ! Quel intérêt de se mentir à soi-même ?

 

 

Que voulez-vous faire de votre vie, cette vie intime ? Si vous voulez… Grandir, votre croissance est finie, il fallait le faire quand vous étiez petit, vous êtes maintenant assez grand ! Vous n'êtes pas heureux ? Et alors ? Ce n'est pas une raison pour être malheureux ! Vous n'êtes pas heureux, vous êtes plus heureux, vous êtes moins heureux, qu'importe ! Ce n'est pas le problème. « La raison de ta vie est de revenir au Tout en toute conscience et liberté comme le fils du livre est revenu chez son père. » (Bhaktimàrga 1-3-14) Le bonheur n'est pas le but de la vie.

 

 

Soyez conscient, soyez dans l'instant, soyez avec Lui, soyez avec le Saint-Nom, revenez à Lui le plus souvent possible et vous verrez que tout le reste prendra un sens. Alors, l'idée du bonheur ne sera plus aussi importante. Ça ne vous dérangera pas d'être dans le Saint-Nom plus souvent. Tout le temps que vous passez à vous poser des questions, passez-le à méditer et vous verrez ; ça va changer beaucoup de choses dans votre vie. Les questions n'ont aucun intérêt : une question n'apporte jamais de réponse, elle apporte d'autres questions et, finalement, de la confusion et de la souffrance. Voulez-vous souffrir ?

 

 

Simplement en pratiquant, en remettant à chaque fois vos questions, vos pensées, vos doutes dans le Saint-Nom, vous y arrivez : il y a un grand silence qui se fait en vous. Parfois vous sortez de méditation comme d'un rêve que vous ne pouvez pas raconter et vous retournez à vos occupations. Ne croyez pas qu'il ne se soit rien passé ! Et puis la méditation est terminée, elle est déjà dans le passé.

 

 

Restez dans le présent. L'Observance change votre vision de la vie et du monde. Le meilleur effet de la méditation régulière est de vous déconnecter des fausses priorités. De vous faire relativiser, vous montrant ce qui compte vraiment et qu'est-ce qui compte vraiment ? C'est d'être conscient de l'instant. Tout le reste n'est que passé, futur et billevesées.

 

 

 

La paix

 

 

 

Ce que nous aimons, finalement, c'est être en paix. Nous n'aimons pas avoir faim, avoir soif, être en colère et tant d'autres choses encore, simplement parce que ça nous empêche d'être en paix ! Et la paix vient quand nous nous abandonnons à cette force de vie qui est en nous... le Saint-Nom ou quel que soit le nom qu'on lui donne. Son énergie nous traverse tout le temps comme l'éponge est tout le temps traversée par le courant marin.

 

 

Nous sommes tout le temps traversés par cette énergie. Elle est en nous et hors de nous. Elle est dans l'air que l'on respire, elle est partout et rien ne l'arrête. Nous sommes les dépositaires de cette énergie qui s'est encapsulée en nous comme certains électrons peuvent être emmagasinés dans les minéraux d'une pile.

 

 

Jésus a dit la même chose, en son temps : « Si ceux qui vous guident vous disent : voici, le Royaume est dans le ciel, alors les oiseaux du ciel vous devanceront. S’ils vous disent : il est dans la mer, alors les poissons vous précéderont ; mais le Royaume est au dedans de vous et il est au-dehors de vous ». (L'évangile selon Thomas, Logion 3). Ce qu'il nommait le Royaume c'est cette énergie d'origine divine, ce que Lao-Tseu désignait par le nom de vertu du Tao, le "Te" qu'il y a dans le mot Tao-Te-King, l'énergie du Tao.

 

 

L'énergie ne vous a pas été donnée à la naissance pour rester en vous et repartir au moment de la désincarnation... ça, c'est votre âme ! L'énergie qui vous fait vivre, qui vous alimente en vie, qui vous fait voir, entendre, ressentir, respirer, qui fait battre votre cœur et alimente votre système nerveux, cette énergie-là est partout.

 

 

Votre âme est comme un dessin à la craie sur un tableau et ce tableau, c'est cette énergie. Elle est la structure de l'univers et votre âme, dans le samsàra (le cycle des incarnations), est comme un tramway roulant sur des rails qu'un fil alimente en énergie. Cette électricité qui alimente les moteurs du tramway, c'est ce Saint-Nom… S'il n'y avait pas ce Saint-Nom et la connexion avec Lui, votre âme s'éteindrait définitivement.

 

 

Ce qui peut vous rendre heureux, c'est d'être à votre place. Quelle est cette place ? Cette place est la dévotion et la reconnaissance. Pour y arriver il est bien que vous ayez conscience de cette vie et pas seulement de ses épiphénomènes. Que sommes-nous en dehors de ce Saint-Nom ? Nous sommes à quatre-vingt-dix pour cent composés d'eau. Ensuite il y a quelques traces de minéraux et autres éléments, carbone, calcium, magnésium, hydrogène… Ce qui compte, chez-nous, ce n'est pas ça. Ce qui compte, ce qui est le plus vrai, le plus beau, c'est la conscience, autre nom de l'âme-incarnée.

 

 

Ce que vous pensez varie tellement ! Vous n'êtes pas cet échafaudage de croyances, de certitudes, de doutes, d'avis, de convictions... Pour ce qui est de la spiritualité vraie, tout ça n'a aucun intérêt ! Priorisez vraiment votre relation à L'Un ! Faite ce que vous devez et aimez le faire. Mais ne vous trompez pas dans la hiérarchie de vos priorités. Ce qui fait de vous des êtres humains, c'est votre conscience, la conscience de la béatitude.

 

 

Cette conscience colore votre conscience du monde, des gens et des priorités, du bien et du mal. Le propos de l'Observance n'est pas d'être plus gentil, plus moral, plus éthique... C'est bien si l'on devient meilleur, mais ce n'est pas le but. Il s'agit d'être conscient.

 

 

N'accordez aucun crédit à ce que votre mental vous dit, sauf pour ce qui est du choix de la mèche pour percer ce mur, ou de telle épice dans votre cuisine, toutefois pour ce qui est de la spiritualité vraie, ne croyez rien de ce que le mental vous dit, seule compte la connexion : « Just do it ! »

 

 

L'important n'est pas ce que vous pensez à propos du Saint-Nom, de vous, de la vérité, l'important c'est d'y être, de le faire ! C'est difficile, à cause de toutes les sollicitations de l'existence, mais à chaque fois que vous y pensez, à chaque fois que vous le pouvez, remettez-vous dans le Saint-Nom et profitez de moi, votre guide ; dites-moi vos doutes, vos craintes, vos joies. Je sais que vous ne savez pas comment faire, mais il en est qui le savent et qui le font, alors je suis là. Sachez-le.

 


 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #silence, #saintnom, #lavoie, #positive, #bonheur, #méditation, #spiritualité
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :