Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Si vous plongez vos pieds dans l'eau, vous aurez les pieds mouillés, si vous plongez les jambes, jusqu'aux genoux, vous aurez les jambes mouillées. Acceptez de vivre la vie que vous vivez, même s'il n'est pas mal de travailler à la changer, quand il le faut ! il suffit de faire de votre mieux, rien de plus.

Satsang de sri hans Yoganand ji sur la méditation, la béatitude, La Voie et la spiritualité.
plus vous méditez et plus vous allez profond dans la béatitude

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

 

L'accueil du blog

 

 

Télécharger le mp3

 

 

 

 

 

 

 

Sur La Voie il n'est pas obligatoire d'avoir un but pour y être bien ; il suffit d'accepter de ne pas avoir à atteindre quelque chose. Il s'agit ici du point de vue spirituel, pas d'un objectif de vie, comme un diplôme, une maison, etc. Si vous cherchez à atteindre quelque chose, cela signifie que vous n'y êtes pas, que vous vous considérez comme en dehors.

 

 

Atteindre la Réalisation est ''officiellement'' le but de l'Observance, ce qui veut dire que du lever jusqu'au coucher, tout ce que vous faites est dans la pratique spirituelle, sa sadhana (les quatre piliers). Certains auront comme but la Libération des chaînes du samsâra (le cycle des incarnations). Pour d'autres, ce sera l'éveil.

 

 

Il est possible de passer sa vie à discuter, et chacun comprend, entend ce qu'il a envie de comprendre, d'entendre, accepte ce qu'il est prédisposé à accepter, adhère à ce qui l'arrange. In fine il n'y a pas de but ! Bien sûr qu'il faut rendre réelle La Voie, quand on l'a choisie, mais le mieux est d'accepter l'idée que vous êtes déjà arrivé et de vous en rendre compte. Je suis vivant, je respire, je sais où et comment trouver l'essence de ce souffle en moi et la paix qu'il attise. J'ai envie que chaque souffle porte.

 

 

 

Vivre

en trois dimensions

 

 

 

Je réalise la Grâce que j'ai d'être vivant et je vis d'abord sur un plan physique, comment faire autrement ? Il faut bien satisfaire les besoins fondamentaux du corps et aussi certains désirs d'amour, d'amitié, de partage, d'accomplissement familial et social.

 

 

C'est bien de travailler à satisfaire ces besoins, c'est de l'ordre du dharma (devoir sacré), de la condition humaine. Vous pouvez aussi vivre sur le plan de l'intellect, en étudiant, en créant, en ressentant. Les sentiments sont de l'ordre du mental, il n'y a pas qu'un niveau de mental, l'empêcheur de méditer ! Il y a aussi l'intelligence créatrice, rêveuse, artistique.

 

 

Il y a le plan spirituel, celui de la méditation profonde, dhyana, où la pensée n'est plus prise en compte et où seule la conscience profonde compte. Mais, vous n'êtes pas fragmenté : tous ces niveaux sont interconnectés. Si votre corps n'était pas comme il est, vous ne pourriez pas méditer avec les quatre techniques révélées. S'il n'y avait pas le mental vous ne pourriez pas assumer vos devoirs ni mettre des mots sur votre compréhension.

 

 

Il vous faut absolument vivre dans ces trois plans pour vivre pleinement. La plupart des gens, la plupart du temps, vivent en deux dimensions : celle du corps et celle du mental. Vous vivez dans ce corps et le mental se perd dans cette vie qu'il ne peut comprendre. Il y a l'âme aussi et pour que cette âme prenne le pas sur votre mental, il est besoin d'une vie spirituelle.

 

 

Le corps humain est fait pour vivre la spiritualité. « Dieu fit l'homme à son image » (Genèse 1:27) et « Le corps est le temple de Dieu ». (Corinthiens 6:19) Dieu vous a fait pour que vous puissiez être admiratif de sa Grâce. Le monde est un monde de Grâce, il est la Création de Dieu : Dieu a fait ce monde pour vous et vous êtes ses usufruitiers, responsables du monde qu'il vous a donné et il vous faudra le transmettre aux générations qui suivront. C'est votre biotope et vous devez le respecter.

 

 

 

Accepter

 

 

 

Acceptez d'être dans l'imperfection. Vous n'avez rien à atteindre, il vous suffit de fermer les yeux et de méditer et petit à petit, si vous vous soumettez à cette douceur intérieure, vous connaîtrez la félicité de la conscience. Faites-le ! Chaque fois que vous y pensez et que c'est possible !

 

 

Ne laissez pas passer l'opportunité : on ne se connecte jamais trop. Ce n'est jamais du temps de perdu. Le travail se fait en vous que vous vous en rendiez compte ou non. Il n'est pas besoin que le voyageur regarde le paysage pour qu'avance le train. Alors viennent les cadeaux de la Grâce, sa Guidance... Le discernement, la dévotion, la joie innocente et sans autre raison qu'elle-même.

 

 

Il est une autre qualité importante, dans l'existence et dans une vie spirituelle, c'est le discernement, reconnaître ce qui est bon et ce qui ne l'est pas, du point de vue spirituel. C'est aussi reconnaître ce qui vient du faux-ego et ce qui vient d'un profond besoin de l'âme. Attention, distinguer le bien du mal n'impose pas de choisir le bien.

 

 

Chaque être humain dispose de son libre-arbitre et peut délibérément choisir ce qu'il considère comme étant mal, si ça l'arrange. Si une personne vous a vexé et que vous lui faites du mal en retour, vous savez bien que ça ne va rien arranger, mais ça vous a soulagé sur le moment. C'est votre libre-arbitre. La méditation, le fait d'approfondir votre conscience vous apporte le discernement, mais il n’annihile pas votre libre-arbitre.

 

 

Le libre-arbitre s'exerce mieux avec du discernement : si vous voulez avoir vraiment le choix, il vous faut comprendre les différentes alternatives possibles. Cette conscience vous vient dans la Grâce, par l'Observance. Le discernement n'est pas intellectuel. Par exemple la philosophie est intellectuelle, elle s'apprend, pas le discernement. La notion de bien et de mal peut se discuter à l'infini.

 

 

Pour simplifier je vous dis ce qui est bien et mal : ce qui favorise votre conscience est bien, ce qui la défavorise est mal. Ensuite, il y a les notions morales et légales à respecter. Le bien, c'est la conscience... la conscience de quoi ? De la béatitude !

 

 

 

Une évidence

 

 

 

La vérité, le bien, pour une âme engagée sur La Voie, c'est d'être conscient de la béatitude. Je sais que le mot béatitude est difficile à comprendre et que peu de gens savent exactement ce qu'il recouvre. Il faut connaître la béatitude pour savoir ce qu'elle est, ce que ce mot signifie. Jésus nommait la béatitude « Royaume » et il disait que ce « Royaume » était à l'intérieur de l'homme et aussi à l'extérieur d'ailleurs ! En Inde, on dit « ananda ».

 

 

Jésus a dit : « Si ceux qui vous guident vous disent : voici, le Royaume est dans le ciel, alors les oiseaux du ciel vous devanceront. S’ils vous disent : il est dans la mer, alors les poissons vous précéderont ; mais le Royaume est au dedans de vous et il est au-dehors de vous ». (évangile selon Thomas, logion 3) Avec le temps cette faculté de distinguer le bien du mal vient.

 

 

Le discernement n'est pas l'intuition, c'est une évidence. Quand vous adhérez à cette évidence, que vous la réalisez, vous êtes dans la paix-intérieure, conforté dans votre abandon à sa Grâce. Alors c'est là que vous voyez la Grâce en action dans votre vie !

 

 

Les choses se passent pour vous permettre de bien pratiquer, d'observer les quatre piliers de l'agya dans les meilleures conditions possible. Parfois la Grâce vous met dans des situations que vous n'aviez pas forcément projetées, mais vous vous rendez à l'évidence : c'est là qu'il vous est possible de pratiquer. Vous vouliez être explorateur-clown ? Vous êtes archiviste et vos horaires réguliers, le calme de votre activité vous permettent de vivre votre voie spirituelle de façon optimale... voilà un effet de la Grâce. Elle ne vous donne pas toujours ce que vous désirez, elle vous donne ce qu’il vous faut.

 

 

Plus vous donnez, plus vous recevez : si vous plongez vos pieds dans l'eau, vous aurez les pieds mouillés, si vous plongez les jambes, vous aurez les jambes mouillées et ainsi de suite. Vous devriez accepter de vivre la vie que vous vivez, même s'il n'est pas mal de travailler à la changer quand les choses ne sont pas optimales ! Il suffit de faire de votre mieux, rien de plus. La Voie est un plus, pas un problème de plus. « Depuis toujours ceux qui veulent se donner rencontrent La Voie » (Bhaktimàrga 2-1-32)


 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #satsang, #grâce, #observance, #lavoie, #spiritualité, #yoga, #méditation
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :