Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Se croire capable d'aider les autres est une grave erreur ; occupez-vous de vous aider vous en observant l'agya, en pratiquant ses piliers du mieux que vous le pouvez. Vous n'êtes pas encore réalisé pour ainsi vouloir aider les autres. Certains veulent recevoir la Révélation afin d'aider les autres, cette motivation est mauvaise.

Satsang de sri hans Yoganand ji à propos de la spiritualité, de vrai soi et des concepts d'illusion que l'on croit être.
Avant de vous occuper à ceci ou à celà vous devriez vérifier si vous êtes bien celui que vous croyez

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''

 

L'accueil du blog

 

 

 

 

 

 

Tous les pratiquants de La Voie connaissent ses quatre piliers ; satsang, service, méditation et les angas. C’est le socle de sa pratique. Après il est vrai que tout ça se mélange un peu, que chaque pilier a à voir avec les deux autres : donner satsang peut-être considéré comme un service, méditer c’est être en compagnie de la vérité (satsang, ce mot signifie « Compagnie de la vérité ») et dans le service on médite.

 

 

« Le service est le couloir menant à la méditation,

la porte en est le satsang.

Les angas font que le mental reste sous le contrôle de l'âme. »

Bhaktimàrga 2-3-23

 

 

 

Les quatre piliers

 

 

 

Chacun des trois piliers est une pratique différente qui vise le même objectif, atteindre l’état de conscience. Le service a plusieurs aspects : un de ces aspects est le fait de pratiquer la méditation sur le Saint-Nom tout en faisant ce que l’on a à faire dans sa journée. Un autre des aspects du service, c'est aussi le service-direct : passer le balai dans les couloirs de l’ashram, par exemple ou, si on habite trop loin et qu'on le peut, adresser un peu de son temps sous forme d’argent : par exemple, si vous êtes payé trois euros de l’heure et que vous adressez à l’ashram six euros, vous avez fait deux heures de service direct. Encore un aspect du service : la dédication, c’est-à-dire faire les choses au mieux tout en les vouant au Seigneur par amour.

 

 

Un autre aspect du service est le « satsang-vivant » : quand, par notre service on devient un exemple pour d’autres. Ainsi, parce que l’on fait tout au mieux, avec conscience et détachement, d’autres personnes sont inspirées à faire bien. On devient alors un canal de la Grâce qui peut éclairer le « cœur » de ceux que l’on croise. Mais attention à cet aspect : il peut être dangereux de vouloir être un canal de la Grâce. On peut très bien l’être mais à notre insu. Le faux-ego (sous la forme de l’ego-spirituel), la vanité aime se croire l’instrument de Dieu, en toute simplicité et humilité. Ceux qui ambitionnent, par leur humilité et leurs capacités, à être un canal, à aider les autres sont sur un mauvais chemin. Il s’agit d’observer l’agya, de pratiquer les quatre piliers, le reste ne nous regarde pas : c’est l’affaire de la Grâce.

 

 

Se croire capable d’aider les autres est une grave erreur ; occupez-vous de vous aider vous, en observant l’agya, en pratiquant ses quatre piliers du mieux que vous le pouvez. Vous n’êtes pas encore réalisé pour ainsi vouloir aider les autres. Certains veulent recevoir la Révélation afin d’aider les autres, cette motivation est mauvaise. La Révélation vous aidera, « Charité bien ordonnée commence par soi-même ». N’oubliez-pas : l’humilité est une des vertus cardinales de La Voie, avec la simplicité et la constance.

 

 

 

Charité bien ordonnée

 

 

 

Quand je vous dis ça je ne vous dis pas qu’il ne faut pas prendre quelqu’un en stop, ni qu’il est inutile d’aller aider un ami à déménager ou quoi que ce soit d’autre. La solidarité, la générosité sont de bien belles choses et quand on a cette tendance il n’est pas question de l’étouffer. Je vous parle sur un plan spirituel.

 

 

Attention aussi à l’idée que vous seriez des serviteurs de Dieu, Dieu n’a pas besoin de vous, il est assez grand pour se servir tout seul. C’est vous qui avez besoin de Lui, pas le contraire. C’est comme ces croyants qui veulent venger Dieu en tuant ceux qui blasphèment. Pour qui se prennent-ils ? Dieu serait susceptible ? Il aurait besoin d’hommes de main ? Faites les choses pour vous et si la Grâce de Dieu passe par vous pour toucher le cœur de quelqu’un, ça ne concerne que Dieu et ce quelqu’un.

 

 

Pour servir Dieu vous devez vous effacer. Celui qui veut s’effacer pour être un serviteur de Dieu ne s’efface pas : il joue au plus malin. Mais Dieu n’est pas dupe. Croyez-vous qu’il est facile à tromper avec ce genre de démarche tordue ? Vous ne pouvez pas faire semblant. On ne s’efface pas pour que Dieu se serve de nous, on s’efface pour qu’il prenne toute la place dans notre conscience, à notre bénéfice… et si d’autres en profitent, eh bien ce n’est pas notre affaire ! Tout ce que nous pouvons faire c’est de ne pas le gêner. L’ambition est contre-indiquée en spiritualité.

 

 

 

Le rayonnement du guru

 

 

 

Je voulais vous parler d’autre chose… Une disciple m’a écrit, un jour, que je rayonnais comme un soleil et que ça pénétrait son âme et l’éclairait, mais c’est faux, elle se fait des idées ! J’ai rencontré des gurus, en Inde, qui se mettaient, sur le visage, une sorte de crème qui leur donnait des reflets dorés et les spectateurs, les disciples de s’extasier. Il n’y a rien qui sort de moi pour pénétrer en vous.

 

 

Ou alors il faudrait que je sois très, très près de vous et c’est strictement interdit, pour un guru, un maître, un guide, un animateur d’être si près physiquement de ses disciples. Tout ce dont vous avez besoin est déjà en vous. Je ne mets rien en vous qui n’y soit pas déjà !

 

 

Est-ce que j’ai plus de Dieu en moi que vous ? Est-ce que mon âme est mieux que la vôtre ? Non, toutes les âmes sont strictement égales. Dieu ne fait pas des âmes sur mesure selon les mérites de chacun. Bon, toutes les âmes présentes dans un temps donné n’ont pas le même degré de réalisation, mais fondamentalement toutes les âmes sont égales. Je suis guru, maître, guide, animateur (rayez la mention inutile), parce que je suis allé au bout du chemin et que je peux, ainsi, vous guider pour y aller à votre tour, mais je ne vaux pas plus, pour autant, que vous aux « yeux » de Dieu. Il n’a pas de chouchou.

 

 

Ce qui se passe, c'est que le vrai moi interpelle votre vrai vous… je sais, ce n’est pas évident à appréhender du premier coup. Quand je suis conscient, l’esprit bien installé dans le Saint-Nom, je peux faire que votre véritable identité, votre âme, entre en résonance avec la vérité de mon âme comme des cordes pareillement accordées, sur deux guitares différentes, peuvent entrer en résonance. Comme la vérité de mon âme est la même que la vérité de votre âme, ça vous renvoie à la vérité qui est en vous. Un véritable guru, guide, maître, animateur renvoie le disciple à ce qui est vrai en lui, quand je dis lui je parle du disciple !

 

 

 

Quand vous vous effacez

 

 

 

C’est ça le satsang : que les paroles de vérité, inspirées par le Saint-Nom, éveillent, chez celui qui les reçoit, la vérité et qu’elles l’inspirent à la connaître plus encore. Il ne s’agit pas de mettre quelque chose qui n’existait pas chez ceux qui écoutent, qui lisent le satsang. Quand vous vous effacez suffisamment la Grâce passe à travers vous vers l’autre et la première personne à en profiter c’est vous, le canal. Quand vous êtes dans le satsang, dans le service vous êtes le premier bénéficiaire de la Grâce, de l’Amour qui est ainsi suscité. Profitez-en sans vous en glorifier.

 


Pour s’effacer suffisamment il faut n’en avoir rien à faire de soi, il faut que le number one, pour vous, ce soit Lui. Vous ne pouvez pas faire semblant. Quand je dis qu’il faut n’en n’avoir rien à faire de soi je ne veux pas dire qu’il s’agit de se mépriser, de se négliger, car le service, l’agya c’est aussi de s’entretenir, de se laver, de manger sainement, de bien se soigner, mais simplement quand on est fan notre principale occupation, c'est l’objet de notre amour. Bon, je reconnais que c’est plus une démarche de pratiquant assidu que de pratiquant occasionnel.

 

 

« Parmi des milliers d'hommes, un seul cherchera la vérité.

Parmi ceux qui la trouveront, rare est celui qui s'oubliera pour Elle.

Jésus a dit : « J’en choisirai un entre mille et deux entre dix mille. »

 

Bhaktimàrga 2-4-17

 

 

Il se trouve qu’en s’oubliant on se retrouve… on se retrouve « Pour-de-vrai » c’est- à-dire que l’on retrouve le véritable « soi » que l’on est et que c’est un bonheur sans équivalent, celui de l’accomplissement. En oubliant le « faux soi » on trouve le vrai : il faut « mourir au vieil Homme pour renaître en esprit. » (Jésus)

 

 

« En vérité, en vérité, je te le dis, à moins de naître de nouveau,

personne ne peut voir le Royaume. »

L’évangile de Jésus 4:3

 

 

 

 

 

 

 

Ce satsang pourra vous aider dans votre recherche spirituelle, je l'espère, mais il faut préciser ceci : il a été dit à la maison où je vis, enregistré puis retranscrit à destination des initiés qui ont reçu la Révélation. Le plein ''bénéfice'' de ce satsang ne pourra être atteint que si vous avez eu cette Révélation et que vous pratiquez les quatre piliers. Pour se renseigner, demandez en écrivant ici : lavoie.eu@gmail.com

 

Sri Hans yoganand ji.

 

Tag(s) : #satsang, #yoga, #spiritualité, #humilité, #grâce, #vanité, #lavoie

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :